Navigation – Plan du site

Un 2 décembre de Bas-Bretons

les sinuosités du temps politique après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte
Laurent Le Gall
p. 129-152

Résumés

Le temps politique apparaît, à bien des égards, comme un oublié des travaux historiques. Comme s’il était une donnée stable par essence, équivalente pour tous. Or, le temps est avant tout construction, représentation, expérience des contemporains à un moment donné. Que fut le 2 décembre 1851 pour les Finistériens ? Une vraie rupture, un non-événement dans un département qui ne prit pas les armes contre le coup d’État, une date équivoque, concurrencée rapidement par un plébiscite annonçant la presque fin de la République ? L’affrontement de deux logiques temporelles : celle des représentants du pouvoir qui souhaitèrent rapidement consacrer le 2 décembre comme une bénédiction du présent ; celle de nombreux édiles qui lui préférèrent les 20 et 21 décembre, affichant ainsi l’importance d’un rythme électoral qui subjuguait l’événement.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle

Noms de lieux :

Finistère
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Le Gall, « Un 2 décembre de Bas-Bretons », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 110-2 | 2003, 129-152.

Référence électronique

Laurent Le Gall, « Un 2 décembre de Bas-Bretons », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 110-2 | 2003, mis en ligne le 20 juillet 2005, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/1421 ; DOI : 10.4000/abpo.1421

Haut de page

Auteur

Laurent Le Gall

Agrégé d’histoire Doctorant à l’université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page