Navigation – Plan du site

Les bavures de l’action corsaire : l’exemple du Croisic, 1450-1540

Alain Gallicé
p. 7-17

Résumés

L’action corsaire est, à la fin du Moyen Âge, souvent difficile à distinguer de la piraterie. Cette difficulté tient à la nature des sources dont nous disposons qui ont trait à des contentieux. L’étude d’un dossier concernant le port du Croisic entre 1450 et 1540 montre qu’il convient de considérer les affaires connues par notre documentation comme des bavures de l’action corsaire.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe siècle, XVe siècle

Noms de lieux :

Croisic
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gallicé, « Les bavures de l’action corsaire : l’exemple du Croisic, 1450-1540 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 109-3 | 2002, 7-17.

Référence électronique

Alain Gallicé, « Les bavures de l’action corsaire : l’exemple du Croisic, 1450-1540 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 109-3 | 2002, mis en ligne le 20 septembre 2004, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/1549 ; DOI : 10.4000/abpo.1549

Haut de page

Auteur

Alain Gallicé

Enseignant au collège J. Brel de Guérande, Docteur en histoire médiévale, CRHMA-Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page