Navigation – Plan du site
Les droits en France de 1936 à 1940

La crise du parti nationaliste (PRNS, successeur des Jeunesses Patriotes) à la fin des années trente

Jean Philippet
p. 79-93

Résumés

Pour le Parti Républicain National et Social, successeur des Jeunesses Patriotes et dernier descendant direct de la vieille Ligue des patriotes, les dernières années de la IIIe République sont des années de décomposition. Mis en échec dans ses tentatives d’unification des droites au travers du Front national puis du Front de la Liberté, le parti de Taittinger ne réussit pas plus dans sa stratégie de contournement du colonel de La Rocque. L’humiliation de Munich confirme la mort d’un nationalisme de défense sociale compromis par des campagnes pacifistes fortement teintées de sympathies pour les régimes fascistes. Profondément divisé entre les tenants d’une voie parlementaire passant par l’alliance avec les radicaux et ceux d’une Révolution Nationale inspirée de l’exemple des pays voisins, le PRNS comme la LDP se sabordent en juin 1940 sans laisser de successeurs.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Philippet, « La crise du parti nationaliste (PRNS, successeur des Jeunesses Patriotes) à la fin des années trente », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 109-3 | 2002, 79-93.

Référence électronique

Jean Philippet, « La crise du parti nationaliste (PRNS, successeur des Jeunesses Patriotes) à la fin des années trente », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 109-3 | 2002, mis en ligne le 20 septembre 2004, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/1558 ; DOI : 10.4000/abpo.1558

Haut de page

Auteur

Jean Philippet

Docteur en histoire contemporaine

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page