Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Charles Frostin, Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux xviie et xviiisiècles

Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2008, 272 p.
Coline Le Mat
p. 200-201
Référence(s) :

Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2008, 272 p.

Texte intégral

1Historien et professeur honoraire à l’Université Lyon III, Charles Frostin s’est notamment consacré, depuis les années 1970, aux études socio-administratives de la France moderne. Il est ainsi l’auteur d’un ouvrage sur Les Pontchartrain, paru en 2006 aux Presses Universitaires de Rennes. Le présent ouvrage constitue une réédition de la thèse de Charles Frostin, la première version ayant été publiée en 1975. Dans sa préface, Olivier Petré-Grenouilleau insiste sur l’importance de cet ouvrage, un « classique » « quasiment introuvable » ces dernières années alors même qu’il constitue une référence en matière d’histoire coloniale. En effet, si la recherche a été prolifique, depuis les années 1970, concernant les révoltes blanches en Amérique ou le phénomène de l’esclavage, aucune étude n’a été consacrée de manière aussi rigoureuse et complète au cas domingois. Le renouveau de l’intérêt pour la société coloniale de la « perle » des Antilles françaises a également motivé la réédition de cette thèse.

2Charles Frostin ouvre son propos par une description de la situation spatiale et économique de Saint-Domingue et par un rapide rappel du contexte historique. Ainsi, il évoque l’organisation politique et administrative de la partie française de l’île, ses caractéristiques géographiques qui en font une colonie définitivement tournée vers l’extérieur, l’importance de la culture sucrière qui reste dominante jusqu’au milieu du xviiie siècle et l’essor de la culture du café. L’auteur insiste sur la particularité de Saint-Domingue, qui se distingue de ses voisines martiniquaise et guadeloupéenne par une réussite flamboyante mais de lourds problèmes d’approvisionnement, une tradition d’instabilité héritée de ses premiers habitants flibustiers et perpétuée par une véritable pègre immigrée de métropole, et un mode de fonctionnement radicalement différent qui a vu l’augmentation des populations de « Blancs à gage », insatisfaits et frustrés. On prend donc tout de suite conscience de la spécificité de cette colonie française qui associe un sévère penchant pour la violence et l’insubordination à la revendication d’intérêts économiques.

3Charles Frostin suit dans sa démonstration une progression chronologique scandée par l’évocation et l’explication des mouvements séditieux des populations blanches de Saint-Domingue qui n’ont eu de cesse de s’opposer à l’administration centralisatrice du pouvoir royal. Ainsi, si la partie ouest de l’île passe sous domination française en 1665, une émeute éclate dés 1670, motivée par la défense des franchises coloniales. L’auteur montre bien que, dés la fin du xviie siècle, la pratique de l’Interlope se développe pour contourner le système de l’Exclusif et répondre aux problèmes de ravitaillement de l’île en esclaves et en produits de toutes sortes. C’est dans la contrebande que l’on doit apercevoir les prémices du colon séditieux, opposé au monopole royal qui contrarie son appétit de profits personnels. C’est aussi dans la contrebande que naît une véritable solidarité insulaire qui lie les juges corrompus chargés de réprimer cette pratique frauduleuse aux caboteurs et à toute une clientèle, dont le puissant groupe des « habitants-propriétaires ». Charles Frostin montre que l’on assiste alors à la mise en place d’un pouvoir local fort (notamment renforcé par l’octroi, taxe mise en place pour permettre l’entretien d’une garnison à Saint-Domingue et gérée par les conseils supérieurs de l’île) dominé par les grands propriétaires soucieux de défendre leur liberté et celle de leur commerce face au pouvoir royal, à ses représentants et aux Compagnies à monopole.

4Le principal intérêt de la thèse de l’auteur est la mise en avant des différents groupes et acteurs sociaux dans les révoltes blanches de Saint-Domingue. Son étude tend ainsi à montrer le rôle des « Petits Blancs », ensemble hétéroclite de « gens sans aveux » et autres vagabonds immigrés ou exilés de métropole, de gérants d’exploitation au service de grands propriétaires et de travailleurs saisonniers vendant leurs services. Ces « Petits Blancs » restent sous la coupe des « habitants-propriétaires » et alimentent de leur dynamisme les émeutes que ces derniers nourrissent et déclenchent, à l’instar de la longue insurrection de 1723. Toutefois leur contrôle échappe parfois aux riches propriétaires, tant leur frustration est forte de vivre dans la misère. Leur situation est d’ailleurs d’autant plus préoccupante qu’ils doivent faire face aux « gens de couleur » libres qui constituent une main-d’œuvre meilleur marché : dans l’expression violente s’exprime tout le combat pour la terre.

5Charles Frostin montre donc l’écart croissant, au xviiie siècle, entre la métropole et la société coloniale de Saint-Domingue, la seconde refusant de façon de plus en plus appuyée la tutelle de la première. C’est à travers un vaste corpus de correspondances et de descriptions de voyages que l’auteur nous énonce l’évolution des révoltes blanches sur l’île aux xviie et xviiie siècles. Les auteurs qu’il cite sont ainsi déjà bien conscients de la spécificité du cas domingois dans l’histoire coloniale française. Il met en avant la personnalité du colon, cet « homme de nulle part », et des populations blanches qui, à l’instar d’autres provinces françaises métropolitaines, s’opposent à l’administration royale. C’est sans conteste un ouvrage majeur, complet et particulièrement détaillé que les Presses Universitaires de Rennes ont décidé de rééditer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Coline Le Mat, « Charles Frostin, Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux xviie et xviiisiècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 116-1 | 2009, 200-201.

Référence électronique

Coline Le Mat, « Charles Frostin, Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux xviie et xviiisiècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 116-1 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/173

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page