Navigation – Plan du site

Société et structures sociales des communautés d’élevage de la montagne de León à la fin du XVIe siècle : Babia

María José Pérez Álvarez
p. 31-44

Résumés

La communauté de Babia se situe sur le versant sud de la Cordillère cantabrique. Cette société nous est connue par des sources fiscales, les Expedientes de Hacienda (en particulier celles de 1584) et par quelques actes notariés : 136 exploitations ont peut-être reconstituées pour la fin du XVIe siècle. Elles ont été réparties en exploitations autosuffisantes, excédentaires et déficitaires. Pour toutes ces exploitations, la quantité de céréales produite est faible, inférieure aux normes de consommation de cette époque. La mise en culture d’espaces montagneux ne semble pas compenser l’accroissement démographique : les gens de Babia doivent toujours acheter du pain à l’extérieur. Ces communautés sont par contre spécialisées dans l’élevage, ce qui leur fournit des profits importants. Le cheptel se compose de bovins (1/4 des effectifs) mais surtout d’ovins et de caprins. Sa répartition entre les trois types d’exploitations est aussi inégalitaire que celle de la propriété : les plus pauvres louent des bêtes, les plus riches disposent de très nombreux animaux de toutes sortes.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María José Pérez Álvarez, « Société et structures sociales des communautés d’élevage de la montagne de León à la fin du XVIe siècle : Babia », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 108-2 | 2001, 31-44.

Référence électronique

María José Pérez Álvarez, « Société et structures sociales des communautés d’élevage de la montagne de León à la fin du XVIe siècle : Babia », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 108-2 | 2001, mis en ligne le 20 juin 2003, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/1730 ; DOI : 10.4000/abpo.1730

Haut de page

Auteur

María José Pérez Álvarez

Université de León, Espagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page