Navigation – Plan du site
Genre et pouvoir(s)

Genre et pouvoir en cinéma

Notorious (1946), Eyes Wide Shut (1999) ou de l’enchaînement des sentiments au déchaînement du désir
François Rouquet
p. 129-155

Résumés

L’objet de cet article est de montrer pour le second vingtième siècle la grâce de l’art cinématographique dans la traduction des sentiments, du désir et des rapports de pouvoir qui en sont issus. De l’après-guerre des Enchaînés d’Alfred Hitchcock (1946) à la fin de siècle d’Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick (1999), il s’agit moins de baliser un demi siècle de pouvoir sur le thème de l’amour et du pouvoir au cinéma que d’évoquer, à travers ces deux exemples, l’écriture filmique des sentiments et du désir comme lieu de pouvoir sexué. Tout en restituant à l’oeuvre de cinéma sa force singulière.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Rouquet, « Genre et pouvoir en cinéma », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 108-2 | 2001, 129-155.

Référence électronique

François Rouquet, « Genre et pouvoir en cinéma », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 108-2 | 2001, mis en ligne le 20 juin 2003, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/1742 ; DOI : 10.4000/abpo.1742

Haut de page

Auteur

François Rouquet

Maître de conférences en histoire contemporaine CRAP/IHTP/Université Rennes 1/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page