Navigation – Plan du site

Dumons, Bruno, Pollet, Gilles (dir.), La Fabrique de l’honneur. Les médailles et les décorations en France, xixe-xxe siècles

Ludovic Salmon
p. 169-170
Référence(s) :

Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2009, 240 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est publié sous la direction de Bruno Dumons, chargé de recherches CNRS au Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes à Lyon (ses recherches portent sur l’histoire sociale, politique et religieuse de la France contemporaine), et de Gilles Pollet, professeur de science politique et directeur de l’institut d’études politiques de Lyon depuis 2004 (ses domaines de recherche sont l’analyse des politiques publiques, la constitution des « États-providence », la production des savoirs de gouvernement, la socio-histoire des administrations et gouvernements municipaux, et les rapports centre/périphéries). Il comporte des textes de quatorze autres auteurs qui sont pour la plupart chargés de recherche au CNRS, professeurs d’histoire contemporaine ou professeurs de science politique. Ce livre est, en fait, le résultat d’une journée d’étude qui a eu pour vocation initiale de proposer une rencontre entre historiens, juristes et politistes, visant à intégrer dans la réflexion universitaire l’usage des distinctions honorifiques et la gestion des honneurs.

2Le but était d’engager une réflexion sur ce qui a fondé le succès des médailles et des décorations dans la France impériale et républicaine, rejoignant une histoire plus globale des valeurs et des conceptions qui ont été fabriquées par des régimes politiques et des sociétés post-révolutionnaires. L’ouvrage n’a pas pour ambition de passer en revue toutes les distinctions qui ont été créées par les régimes politiques successifs. Bien d’autres distinctions furent en effet créées au sein des ministères ou perçues comme des « croix du peuple » ; elles furent alors imaginées pour satisfaire à la démocratisation de l’honneur, la plupart de ces ordres furent éteints par la réforme gaullienne et remplacés par l’Ordre national du mérite en 1963. L’ouvrage a pour finalité de proposer un état de la réflexion scientifique en cours sur l’étude des décorations (phaléristique) qui n’a pas encore, selon ces auteurs, totalement gagné ses lettres de noblesse dans le champ universitaire. L’ouvrage ne comporte pas de bibliographie, mais les notes permettent de la reconstituer.

3L’illustration de couverture n’est pas un choix anodin de la part des auteurs ; on peut voir un tableau d’André Devambez, conservé au Musée national de la Légion d’honneur, avec comme légende « le général Dubail remettant les insignes d’officier de la Légion d’honneur à une américaine Mrs Brown pour son action humanitaire lors de la Grande Guerre (août 1930) ». L’intérêt du tableau réside non seulement dans le fait qu’on voit une femme être décorée, ce qui, à l’époque, n’est pas fréquent, mais il réside aussi dans la personnalité du général de division Yvon Dubail qui était Grand-Croix de la Légion d’honneur, mais fut aussi le créateur de la société puis du musée (1925) de la Légion d’honneur.

4L’ouvrage s’articule en deux parties. Tout d’abord, il s’attache à considérer la mise en œuvre de ces nouvelles techniques de gouvernement que sont les décorations par des régimes et des institutions politiques qui ont marqué la France au xixe siècle. La seconde partie s’attache principalement au siècle suivant et à l’emploi républicain du management honorifique que la République a parfaitement intégré dans son art de gouverner.

5Vue sur deux siècles d’existence, l’histoire de la Légion d’honneur concerne plus d’un million de personnes ; les auteurs se focalisent donc davantage sur des approches problématiques et des études de cas. La difficulté qu’il y a à reconstituer de manière systématique l’itinéraire d’un futur décoré, entre le dossier de la proposition préfectorale et celui qui a été remis par un service ministériel à la Grande Chancellerie, à la suite d’une décision favorable, a donc conduit les auteurs à opérer un autre choix, celui de privilégier une approche par le bas, en partant des sources initiales, celles du dossier constitué au département et du premier échelon du dossier de proposition.

6Les auteurs ont donc opté pour une méthode qui n’envisageait plus une analyse complète du processus de fabrication du décoré mais qui s’attachait davantage à fournir une photographie, établie à la source, des citoyens que les régimes politiques et les sociétés post-révolutionnaires veulent honorer dans un département, véritable prisme des forces qui animent une société.

7En conclusion on peut reprendre les propos de Frédéric Caille dans l’ultime partie de l’ouvrage : « Les décorations sont certes un moyen de gouverner […] mais elles sont également le support d’expression, de diffusion, voire de défense de certaines valeurs éthiques dont la portée relève d’une morale personnelle, laquelle par définition s’enracine dans des réalités sociales ou culturelles, tout en s’efforçant de les transcender en direction de l’universel. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Salmon, « Dumons, Bruno, Pollet, Gilles (dir.), La Fabrique de l’honneur. Les médailles et les décorations en France, xixe-xxe siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 117-2 | 2010, 169-170.

Référence électronique

Ludovic Salmon, « Dumons, Bruno, Pollet, Gilles (dir.), La Fabrique de l’honneur. Les médailles et les décorations en France, xixe-xxe siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 117-2 | 2010, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/1793

Haut de page

Auteur

Ludovic Salmon

Étudiant en licence Histoire, université Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page