Navigation – Plan du site

Robin, Guillaume, L’architecture des signes.

 L’art pariétal des tombeaux néolithiques autour de la mer d’Irlande
Jean-Noël Guyodo
p. 196
Référence(s) :

Rennes, PUR, 2009, 364 p., 27 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage sur l’art pariétal néolithique est la publication de la thèse de doctorat de Guillaume ROBIN (cotutelle Université de Nantes/University College Dublin, co-direction S. Cassen/M. O’Sullivan) soutenue, en anglais s’il vous plaît, à Nantes en novembre 2008.

2Loin de se restreindre à l’exercice périlleux et réducteur de l’interprétation et de la signification des représentations pariétales, l’auteur analyse les formes géométriques souvent abstraites comme un complexe système de représentations structurant l’espace des tombes.

3Ce sont ainsi 634 dalles gravées provenant de 89 monuments édifiés autour de la mer d’Irlande au cours du IVe millénaires avant J.-C. dont les signes et l’agencement /déploiement dans l’espace de la tombe sont passés en revue. La lecture est passionnante, très détaillée et fournie notamment en ce qui concerne les travaux antérieurs et les contextes archéologiques. L’important travail de remise aux normes graphiques actuelles permet au lecteur de consulter l’ensemble des données de manière objective et attentive.

4Si l’organisation de l’ouvrage se veut académique, elle n’en est pas moins efficace. Aux cadres historique et méthodologique succède très vite un vaste travail de recensement comme en témoigne la seconde partie correspondant au répertoire des figures simples et complexes, des formes élémentaires aux variantes. Loin d’être une simple recherche à partir de sources iconographiques connues, l’auteur a effectué plusieurs voyages d’études afin de compléter et/ou étoffer au mieux cette base documentaire, en partie renouvelée.

5Cœur de la réflexion et du travail de recherche, la relation art pariétal et espace architectural participe à la modélisation de la représentation spatiale déterminant non seulement l’emplacement des signes mais également celui des structures du monument (zones de passage, de rupture) et des dépôts funéraires.

6Les propositions sur la position théorique initiale de dalles en réemploi préalablement ornées, mais de fait désormais spatialement désorganisées puisqu’en position secondaire, trouvent leur parallèle avec les hypothèses soulevées par certaines architectures funéraires contemporaines continentales, notamment bretonnes.

7Le délai de parution de cette thèse, tout juste un an après sa soutenance, est suffisamment rare pour être souligné. Cette sérieuse synthèse fournie par Guillaume ROBIN intéressera, n’en doutons pas, plus d’un lecteur!

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Guyodo, « Robin, Guillaume, L’architecture des signes. », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 117-4 | 2010, 196.

Référence électronique

Jean-Noël Guyodo, « Robin, Guillaume, L’architecture des signes. », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 117-4 | 2010, mis en ligne le 13 janvier 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/1851

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Guyodo

Université de Nantes – UMR 6566 CReAAH UFR d’Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page