Navigation – Plan du site

Heudré, Bernard (dir.), Dufief, André (collaboration de), Souvenirs et observations de l’abbé François Duine

Armelle Le Huërou
p. 214-216
Référence(s) :

PUR, 2009, 348 p (cahier photo. 24 p.).

Texte intégral

  • 1 Cf. en dernier lieu, J.-C. Poulin, L’hagiographie bretonne du Haut Moyen Âge. Répertoire raisonné, (...)
  • 2 Actuellement conservés à la BnF (Nouvelles acquisitions françaises 12997-13000).

1Le nom de l’abbé François Duine (1870-1924) est aujourd’hui surtout familier aux spécialistes d’hagiographie bretonne, qui s’appuient encore sur nombre des travaux érudits de cet esprit critique et clerc atypique. En dépit de leurs dates anciennes de publication, beaucoup d’entre eux, qu’il s’agisse de monographies, d’articles publiés aux Annales de Bretagne, ou dans d’autres revues savantes, demeurent dans ce domaine un point de départ obligé et stimulant1. La publication des quatre cahiers2 qui constituent l’actuel volume de ses Souvenirs et observations ne manquera pas d’élargir son lectorat, en intéressant aussi bien les amateurs de Mémoires que les historiens de la période contemporaine et ceux de l’Église, en particulier en Bretagne.

  • 3 Voir par exemple n. 22, p. 239 : « Quand je ferai ma copie définitive, j’y introduirai des particul (...)

2Quand, en octobre 1914, F. D., alors aumônier des lycées de Rennes (fonction qu’il occupa de 1906 à sa mort), entreprend la rédaction de son premier cahier, « ce Cahier de souvenirs et d’observations », avant tout « confident » et « ami », il entend aussi laisser « une contribution à l’histoire morale de [son] temps » et « pour les historiens futurs de l’Église un tableau rare par l’exactitude et la franchise des traits » (p. 28). Certes, au fil des pages, ces déclarations liminaires sont mises en doute par les interrogations récurrentes de leur auteur sur la destinée de ces « feuilles qu’[il] laboure de traits noirs » (p. 281) et des incertitudes subsistent sur la forme qu’il souhaitait voir revêtir son « fagotage de tant de pièces diverses » (p. 270 − Cf. Montaigne, Les Essais, II, 37). Toutefois la lecture de l’ensemble convainc qu’il en espérait la publication – même posthume. En témoignent explicitement quelques passages, mais aussi la genèse même de ces cahiers, repris, annotés, corrigés – voire, pour certains chapitres, réécrits3 – jusqu’à la veille de sa mort, ses méthode de travail analysées ici par P. Riché dans sa postface, ou encore la revendication, plus ou moins ouverte, du prestigieux héritage littéraire et moraliste de grands mémorialistes comme Saint-Simon et Chateaubriand. Les références à ce dernier, dont il connaît parfaitement l’œuvre, ont beau sembler beaucoup plus nombreuses, c’est en définitive au premier que, la plupart du temps, on pense irrésistiblement, même si, pour parodier Chateaubriand parlant de Saint-Simon dans sa Vie de Rancé, ce n’est pas à la diable que F.D. écrivait pour l’immortalité. La galerie de portraits qui émaillent les Souvenirs et observations, quand ils ne les structurent pas, n’y est pas étrangère : jamais fades ni serviles, souvent caustiques, parfois injustes, ils fixent les traits physiques et moraux de ses contemporains, petits et grands, anonymes ou célèbres, aimés ou honnis. Ainsi dresse-t-il un portrait décapant d’un M. Michel, vicaire général aujourd’hui sombré dans l’oubli, qu’il appelle ailleurs « l’archange Michel » ou le « Torquémadaire Michel » parce qu’il « eût proposé ses services avec enthousiasme à Torquemada ». Après avoir dépeint cet « homme de l’évêque » de Rennes comme « petit, grêle, nerveux et sanguin, affamé d’autorité, gavé de théologie et congestionné de cléricalisme », F.D. poursuit : « Qui n’a pas entendu ce chafouin réciter la prière d’une voix exiguë, aiguë, cagote ; ce casuiste conseiller des procédés bas et des vilenies dissimulées ; ce chef pousser aux violences ; qui a manqué ce spectacle ne saura pas à quel point certains ecclésiastiques peuvent donner la nausée de leur religion » (p. 59). Son esprit ne s’exerce pas à l’encontre des seules figures ecclésiastiques, encore qu’elles soient les mieux représentées : un Anatole Le Braz (p. 201-203), un Arthur de La Borderie (par ex. p. 181-182), ou, pour prendre quelques exemples moins célèbres, Hippolyte Vatar, imprimeur à Rennes, « “bien-pensant” depuis plusieurs siècles, sauf quelques années de la Révolution, où les meilleures familles oublièrent les principes » (p. 288-289) et les « spécimens de tératologie » (p. 320) que sont certains enfants – pour lesquels, dit-il ailleurs (p. 39) « le mot qui fut dit de Judas est plein de sens : Mieux vaudrait qu’il ne fût pas né » – ne sont pas épargnés par sa plume acérée. L’ombre du mémorialiste de Louis XIV plane également sur la représentation que F.D. donne des milieux ecclésiastiques, enseignants et savants, dans lesquels il évolue, et auxquels, de fait, il appartient, comme autant de micro-cours traversées de complots, déchirées par les querelles intestines de factions et de courtisans, tantôt en faveur, tantôt tombés en disgrâce.

  • 4 Dufief, A., « L’abbé François Duine (1870-1924), clerc de Dol : un étranger parmi les siens », MSHA (...)

3Cela étant, contrairement à son illustre devancier, jamais F. D. ne sombre dans l’aigreur vindicative. Il demeure toujours, comme l’a très justement écrit A. Dufief, un « étranger parmi les siens4 ». Etranger à la famille qu’il a rejointe par la force des choses plus que par vocation, l’Église, il est incompris d’une hiérarchie pour qui, en pleine crise moderniste, il faut professer un « pidisme » (le terme revient fréquemment sous la plume de F. D.) sans faille, sous peine d’être accusé de « favoriser le relâchement de la piété, le désordre social, et créer un scandale fâcheux » (p. 59) ou, comme un Loisy, d’être excommunié. F. D. se verra pour sa part interdit de publication, ce qu’il contourna en recourant à différents pseudonymes ou à l’anonymat. Alors qu’il rêvait d’une « petite aumônerie à Paris », qui à la fois aurait été « un foyer de vie religieuse pour [s]on sacerdoce » et lui aurait permis de continuer ses relations intellectuelles et poursuivre ses recherches (p. 143), il est affecté à Guipel, un poste « loin d’être convoité » dans la campagne rennaise, avant de « s’embarquer dans la galère » de l’aumônerie des lycées de Rennes, grâce à l’amitié de Georges Dottin. Quant à la famille qu’il s’est choisie en embrassant les études historiques, elle n’est trop souvent à Rennes guère plus qu’une « collection de chiffonniers qui ne comprennent rien au travail historique » (p. 291). Ainsi ceux-là même qui auraient dû comprendre et soutenir ses travaux d’érudition hagiographiques, sont eux aussi pétris de préjugés qui les paralysent d’effroi devant ce qu’ils estiment de dangereuses provocations, car F.D. s’appuie sur l’analyse des sources plutôt que sur des arguments d’autorité en « bataillant avec les noms de Lobineau et de La Borderie » (p. 184).

4Ne serait-ce que pour cela, les Souvenirs et observations de l’abbé Duine méritent d’être lus, car ils permettent d’embrasser le parcours singulier d’un prêtre et d’un historien dont l’honnêteté intellectuelle, la liberté d’esprit et de ton s’expriment en des pages roboratives et réjouissantes. Au-delà, il offre aux historiens un regard inédit et une mine inépuisable de renseignements sur son époque et en particulier, mais sans exclusive, sur le diocèse de Rennes. Ainsi peut-on énumérer, sans prétendre à l’exhaustivité : le retentissement de l’affaire Dreyfus, les coulisses de l’affaire de l’Oratoire à Rennes, la crise moderniste, Joseph Turmel, l’influence d’Alfred Loisy, les « fausses nouvelles de la grande guerre », la déchristianisation des campagnes, l’ignorance et la bêtise de « professeurs médiocres dans toutes les dimensions » (p. 40) des séminaires bretons et bas-normands de la fin du xixe siècle, etc.

  • 5 Un bon exemple de la difficulté que pose la culture classique de F.D. est représenté par l’intitulé (...)

5À cet égard, on peut déplorer le choix des éditeurs de n’avoir pas proposé d’index systématiques, privant ainsi le texte de F.D. de ces instruments indispensables pour se déplacer dans le foisonnement de noms propres, d’événements, de lieux et l’abondance des notes. C’est d’autant plus regrettable qu’ils ont par ailleurs tout mis en œuvre pour faciliter l’accès à ces Souvenirs et observations, en élucidant nombre d’implicites relatifs à l’époque, aux milieux dépeints, aux préoccupations religieuses et intellectuelles d’alors, en identifiant beaucoup des références et allusions littéraires d’un auteur cultivé et érudit ou encore en traduisant la plupart des auteurs latins qu’il cite dans le texte5. Or ce précieux travail de contextualisation et d’éclaircissement, disponible à la fois dans les préfaces respectives de B. Heudré et A. Dufief, dans les notes qui accompagnent le texte et dans la postface de P. Riché, est lui aussi difficile à exploiter, privé qu’il est de référencement.

Haut de page

Note de fin

1 Cf. en dernier lieu, J.-C. Poulin, L’hagiographie bretonne du Haut Moyen Âge. Répertoire raisonné, Ostfildern (Thorbecke) 2009, p. 467.

2 Actuellement conservés à la BnF (Nouvelles acquisitions françaises 12997-13000).

3 Voir par exemple n. 22, p. 239 : « Quand je ferai ma copie définitive, j’y introduirai des particularités de mon enquête sur Duchesne, postérieure à cette rédaction ».

4 Dufief, A., « L’abbé François Duine (1870-1924), clerc de Dol : un étranger parmi les siens », MSHAB, t. 79 (2001), p. 107-133.

5 Un bon exemple de la difficulté que pose la culture classique de F.D. est représenté par l’intitulé d’un bref chapitre : « lasso succus amarus ». Cette adaptation d’Ovide (Amours, III, 11, 7 : saepe tulit lassis succus amarus opem), qui n’a malencontreusement pas été identifiée ici comme telle, oriente l’interprétation de l’ensemble du chapitre, suggérant, non pas qu’il « supporte un breuvage amer » mais que, dans des circonstances où sa lassitude est telle qu’il a pu songer au suicide, une potion amère, comme sa nomination à Guipel, lui est un remède salutaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Le Huërou, « Heudré, Bernard (dir.), Dufief, André (collaboration de), Souvenirs et observations de l’abbé François Duine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 117-4 | 2010, 214-216.

Référence électronique

Armelle Le Huërou, « Heudré, Bernard (dir.), Dufief, André (collaboration de), Souvenirs et observations de l’abbé François Duine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 117-4 | 2010, mis en ligne le 17 janvier 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/1881

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page