Navigation – Plan du site

Cocho, Paul, Mes carnets de guerre et de prisonnier, 1914-1919

Erwan Le Gall
p. 209-210
Référence(s) :

Rennes, PUR, coll. « Mémoire commune », 2010, 225 p.

Entrées d’index

Chronologie :

1914-1918
Haut de page

Texte intégral

1La publication de témoignages de la Grande Guerre est une pratique éditoriale qui connait ces dernières années un net regain d’intérêt, participant ainsi d’une dynamisation de l’historiographie du Premier Conflit Mondial. A cet égard, il ne semble pas abusif de parler d’un genre particulier de « littérature », celle-ci ayant ses auteurs de best-sellers (Louis Barthas, Lucien Laby…) érigés malgré eux en autant de porte-drapeaux d’écoles historiques concurrentes. Il est vrai que ces témoignages sont pour l’historien une source de premier choix. Les « carnets de guerre et de prisonnier » de Paul Cocho n’échappent pas à cette règle puisque chaque chercheur trouvera, suivant les problématiques qu’il privilégie, matière à découvertes dans cet ouvrage publié par les Presses universitaires de Rennes. Sans prétendre à une quelconque exhaustivité, dégageons à titre purement indicatif trois axes qui nous paraissent justifier amplement l’intérêt suscité par cette publication.

  • 1 Signalons cependant les mémoires de Herrieu, Loeïz, Le tournant de la mort, Plessala, Association B (...)

2Tout d’abord, précisons qu’épicier briochin né en 1879, Paul Cocho a 35 ans lorsque la guerre éclate et, qu’à ce titre, il est mobilisé au sein du 74e Régiment d’infanterie territoriale. Constitué de soldats considérés comme trop âgés pour prendre part directement aux combats, le 74e RIT, à l’instar des autres unités de ce genre, reste encore relativement méconnu. Ces carnets de Cocho ne sont ainsi qu’un des quelques rares témoignages dont dispose l’historien s’intéressant à ces territoriaux – bretons ou autres1 –, ce qui en soit suscite déjà la curiosité, d’autant que le régiment briochin se trouve dès novembre 1914 engagé en première ligne : les « pépères » de la Territoriale, selon l’expression du temps, ne le sont pas tous…

  • 2 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1R 1128/710.

3Mais, au-delà de cette singularité, ce qui frappe à la lecture de ces carnets, c’est l’étonnement de l’auteur face à la guerre qu’il découvre. Pourtant, comme tout homme de sa génération, Paul Cocho est soumis à la conscription, le passage à la caserne étant supposé préparer les appelés aux exigences de la guerre. Son feuillet matricule nous apprend d’ailleurs qu’il effectue son service militaire à Saint-Brieuc au 71e Régiment d’infanterie pendant deux ans, de novembre 1901 à novembre 1903, période à l’issue de laquelle il reçoit un certificat de bonne conduite (autant d’éléments qui auraient sans doute mérités d’être mentionnés dans la préface de l’ouvrage)2. Or la guerre pour laquelle il est instruit lors de ce service militaire n’est aucunement celle qu’il découvre 11 ans plus tard. Préparé pour un combat basé sur l’offensive et le choc, Paul Cocho ne reçoit le baptême du feu qu’à l’automne 1914, au moment où le conflit s’enlise dans les tranchées. C’est ce décalage entre le champ de bataille tel qu’il l’anticipait et tel qu’il le découvre qui le surprend, réalité dont rendent parfaitement compte ses carnets : « Comme cette guerre est étrange! » écrit-il le 13 mai 1915; « qui aurait cru qu’elle aurait consisté à se tenir tapis, au fond des trous, guettant l’ennemi en première ligne, allongés au fond de la tranchée et attendant les événements en deuxième ou troisième! » (p. 43). De même, à la date du 25 juin 1915, il note ces quelques mots : « journée calme et tranquille; on ne se croirait vraiment pas à la guerre » (p. 53).

  • 3 L’expression est de Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiograp (...)

4Mobilisé en tant que sous-officier, Paul Cocho décroche ses galons d’officier au feu, signe d’une acquisition « sur le tas » de cette « culture professionnelle » des combattants qui, indubitablement, distingue ceux qui connaissent la réalité du champ de bataille des autres3. Ainsi note-t-il en janvier 1916, à propos d’un commandant nouvellement arrivé dans son unité, qu’il a « encore tous les enthousiasmes et toutes les naïvetés de ceux qui n’ont pas vu vraiment le feu » (p. 89), propos qui, évidemment, peuvent se rapporter à sa propre acculturation à la guerre moderne : nombreux sont les passages de ses carnets qui en témoignent.

5Capturé en mai 1918, Cocho n’en poursuit pas moins leur rédaction, révélant ainsi l’importance de l’écrit pour lui. Dans ses deux derniers carnets, il décrit tout d’abord les conditions de vie d’un officier captif des lazarets allemands – en raison d’une blessure par éclat d’obus au bras gauche reçue lors de la vaste offensive allemande sur le Chemin des Dames – avant de s’intéresser à la situation de l’Allemagne, en pleine révolution à la fin de l’année 1918. On pourra certes objecter que ce témoignage, émanant d’un officier, n’est sans doute pas le plus représentatif de la condition des prisonniers de guerre bretons pendant le Premier Conflit mondial. Il n’en demeure pas moins extrêmement riche, tout particulièrement en ce qui concerne le périple du retour au pays, une fois la guerre terminée, et devrait satisfaire le lecteur avide de matériaux pour une histoire renouvelée des Bretons dans la Grande Guerre.

6On saura donc particulièrement gré à Françoise Gatel et Michel Doumenc d’avoir transcrit ces « carnets de guerre et de prisonnier », conférant par la même occasion à Paul Cocho une « gloire littéraire » posthume que lui-même n’aurait sans doute jamais soupçonnée.

Haut de page

Note de fin

1 Signalons cependant les mémoires de Herrieu, Loeïz, Le tournant de la mort, Plessala, Association Bretagne 14-18, 2002, mobilisé quant à lui au sein du 88e RIT de Lorient, ceux de Clement, Joseph, Carnets de guerre d’un officier d’Infanterie territoriale. Lieutenant Clément Joseph au 76e RIT, [du] 5 octobre 1914 au 20 novembre 1918, et la première attaque aux gaz du 22 avril 1915, Plessala, Association Bretagne 14-18, 2006, ou encore de Préauchat, Elie, Carnets de guerre et de captivité d’Elie Préauchat, soldat à la 9e Cie du 74e RIT de Saint-Brieuc, Plessala, Association Bretagne 14-18, 2006 : les territoriaux bretons sontainsi moins mal connus que d’autres.

2 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1R 1128/710.

3 L’expression est de Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004. p. 127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Le Gall, « Cocho, Paul, Mes carnets de guerre et de prisonnier, 1914-1919 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 118-1 | 2011, 209-210.

Référence électronique

Erwan Le Gall, « Cocho, Paul, Mes carnets de guerre et de prisonnier, 1914-1919 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 118-1 | 2011, mis en ligne le 04 mai 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/1969

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page