Navigation – Plan du site

Les toiles bretagnes dans le commerce franco-espagnol de 1550 à 1830

Jean Martin
p. 31-60

Résumés

Pendant plus de trois siècles, le tissage du lin a constitué l’une des spécificités du centre de la Bretagne. Si, à l’origine, cette production était principalement destinée aux foires castillanes, l’intervention des Malouins et des Vitréens, à la fin du XVIe siècle, a permis de pénétrer les marchés de l’Amérique espagnole. Cette nouvelle orientation a provoqué une augmentation des productions régionales et, en 1686, les toiles dites bretagnes représentaient plus du tiers des tissus français exportés vers la péninsule ibérique. Le commerce interlope malouin lié à la guerre de succession d’Espagne et la disparition momentanée du système des flottes et des galions ont été autant de facteurs qui ont favorisé la croissance de la production régionale au cours du XVIIIe siècle. Toutefois, après 1779 et l’imposition de nouveaux droits de douane sur les importations françaises, la manufacture des bretagnes a connu une crise profonde. Ultérieurement se sont ajoutées les ruptures politiques qui ont affecté les relations franco-espagnoles, de même que l’accession à l’indépendance des colonies d’Amérique latine. Tous ces éléments négatifs ont eu raison d’une activité séculaire et ils ont plongé la zone toilière dans la misère, favorisant les débuts de l’émigration.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Ancienneté des relations entre la Bretagne et l’Espagne
Par Bilbao, l’intégration de Nantes au commerce castillan
L’intrusion malouine dans le commerce andalou
La manufacture des bretagnes
Un espace proto-industriel
Une bourgeoisie locale sous influence
Les toiles bretagnes dans le commerce hispano-américain
La période d’affermissement 1660-1698
Le commerce interlope 1698-1720 
Trois décennies agitées, 1720-1750
1751-1788, de la suprématie à l’effondrement
La disparition de la manufacture 1789-1830
Les causes externes
Les causes internes

Aperçu du texte

Dès le début du xvie siècle, par l’intermédiaire de deux associations de négociants installés en Bretagne, les toiles de la France de l’Ouest ont connu la faveur des différents marchés de la péninsule ibérique. Après 1580, le premier groupement qui unissait Malouins et Vitréens s’est imposé face à ses concurrents espagnols et nantais, en privilégiant l’exportation d’un produit phare, les toiles bretagnes. Il est vrai que ces tissus de lin réalisés entre Saint-Brieuc et Pontivy étaient alors considérés comme de qualité supérieure. Cette faveur a provoqué au xviie siècle, dans la zone de production, une croissance de l’activité textile, un accroissement de la population, l’apparition d’une petite bourgeoisie marchande. Alors qu’ils n’étaient à l’origine que de simples compétiteurs sur les marchés andalous, les Malouins ont peu à peu éclipsé les Vitréens et, grâce à leur commerce interlope pendant la guerre de succession d’Espagne (1701-1713), ils ont su détourner une partie des riches...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Martin, « Les toiles bretagnes dans le commerce franco-espagnol de 1550 à 1830 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119-1 | 2012, 31-60.

Référence électronique

Jean Martin, « Les toiles bretagnes dans le commerce franco-espagnol de 1550 à 1830 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 119-1 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 16 avril 2014. URL : http://abpo.revues.org/2322

Haut de page

Auteur

Jean Martin

Docteur en histoire moderne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page