Navigation – Plan du site

La corporation des bonnetiers nantais (1672-1790). Ampleur et complexité des évolutions, pluralité des stratégies des acteurs

Samuel Guicheteau
p. 61-84

Résumés

L’étude des corporations permet de saisir les grandes évolutions, tant économiques et sociales qu’institutionnelles et politiques, qui touchent le monde du travail au XVIIIe siècle. C’est particulièrement vrai pour la bonneterie en raison de la large diffusion du port des bas. De plus, grâce à l’essor du grand commerce, les bas nantais sont en grande partie exportés. Par ailleurs, tous les acteurs de cette activité ne sont pas membres de la corporation et ceux-ci se trouvent dans des situations variées. Dès lors, cet article s’efforce d’analyser la complexité des évolutions en cours à la lumière des stratégies des différents acteurs qui y sont confrontés. Si leur position économique et institutionnelle diverge, ils partagent néanmoins une même culture politique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

L’institution et son évolution
Une évolution complexe
L’application des normes
Structures, circuits et évolutions économiques
Les échoppes
La diversification des produits
L’étonnant parcours d’un artisan audacieux
Un monde du travail déstabilisé
Des concurrents
La montée des désordres
Le fonctionnement de la corporation : pratiques et conceptions des maîtres
« La pluralité des voix »
« La paix de la communauté »
« L’esprit des loix »

Aperçu du texte

Les historiens ont entrepris la déconstruction de la critique libérale des corporations, critique née au siècle des Lumières et qui dénonçait le blocage économique et social inhérent au monopole, à l’archaïsme et au népotisme de ce système. Ils considèrent désormais ces communautés d’art et de métier comme des instances privilégiées pour observer le développement de grandes dynamiques du xviiie siècle dans le monde du travail. Ils s’attachent notamment à la pluralité de leurs situations, à la complexité de leurs évolutions et à la richesse de leur vie politique. Dans l’optique d’une histoire sociale et culturelle des institutions et d’une histoire des pratiques des acteurs, les corporations peuvent donc être appréhendées comme des « formes institutionnelles que leurs membres mettent au service de leurs stratégies économiques ou politiques », pourvu que l’on précise que tous les acteurs d’une activité ne partagent pas nécessairement les mêmes intérêts.

La communauté des bonnetiers nan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Guicheteau, « La corporation des bonnetiers nantais (1672-1790). Ampleur et complexité des évolutions, pluralité des stratégies des acteurs », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119-1 | 2012, 61-84.

Référence électronique

Samuel Guicheteau, « La corporation des bonnetiers nantais (1672-1790). Ampleur et complexité des évolutions, pluralité des stratégies des acteurs », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 119-1 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://abpo.revues.org/2324

Haut de page

Auteur

Samuel Guicheteau

Docteur en histoire moderne, PRAG à l’université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

30 mars 2010

Haut de page