Navigation – Plan du site

La rue nantaise de la seconde moitié du XVIIIe siècle, perçue à travers le prisme policier (1761-1790)

Vincent Danet
p. 85-116

Résumés

Cet article s’attache à dévoiler les diverses formes de conflits et de tensions traversant le quotidien de la rue nantaise des trois dernières décennies de l’Ancien Régime et des premiers mois révolutionnaires. La source utilisée est celle du registre de l’écrou policier qui rend compte des arrestations pour faits délictueux ou infractionnels. Les 6 629 individus interpellés au cours de 3 633 opérations de police menées entre 1761 et 1790 ne dénotent pas une société marquée par un désordre endémique. Parmi 73 motifs identifiés de mise en détention, quelques-uns renvoient aux principales caractéristiques du monde urbain de la fin de l’époque moderne. L’importance croissante des vols en est une, de même qu’une violence physique et verbale tendant à diminuer, la stabilité globale des rapports houleux mettant aux prises les divers acteurs du monde du travail artisanal, ainsi que l’attention portée par les autorités aux populations marginales que constituent prostituées et vagabonds.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Les contestations de l’autorité
Délinquants, infracteurs et garants de l’ordre public
Le défi aux autorités légales
La construction d’une autorité parallèle
Des attitudes déviantes
Le bannissement des comportements festifs
L’importance du sexe tarifé
Le défaut de comportement
La mise en danger de soi ou d’autrui
Le rapport à l’autre et à son environnement
L’atteinte à la paix communautaire
L’outrage verbal
L’agression physique
Vol, trafic et population à risque
Une économie de la survie
Des populations étroitement surveillées

Aperçu du texte

Le jeudi 13 août 1761, un acte d’écrou aux prisons royales du Bouffay de la ville de Nantes révèle l’événement à la suite duquel « Monsieur gallon etcheven a fet anprisone le partitullie qui fut conduit hier par jullien droüet sergan pour avoir gallope dans laru de riche bour[…] apres estre averti de ne pa galome se moqua des reprimande[…] seur lechan monsieur galon mareti pour le fer conduir aus prison dir anviron les set ur du soir ». Le cas de cet imprudent et irrespectueux cavalier anonyme ouvre sur l’interpellation de quelque 6 628 autres individus incarcérés entre la seconde moitié de l’année 1761 et le 31 décembre 1790. Cette multitude de trajectoires particulières mises au jour par la source policière autorise à dresser un portrait assez fin d’une réalité de la rue nantaise au cours des trois dernières décennies de l’Ancien Régime et des premiers émois révolutionnaires.

La petite délinquance réprimée au quotidien et l’espace public notamment constitué de la rue sont deux envi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Danet, « La rue nantaise de la seconde moitié du XVIIIe siècle, perçue à travers le prisme policier (1761-1790) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119-1 | 2012, 85-116.

Référence électronique

Vincent Danet, « La rue nantaise de la seconde moitié du XVIIIe siècle, perçue à travers le prisme policier (1761-1790) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 119-1 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 19 avril 2014. URL : http://abpo.revues.org/2325

Haut de page

Auteur

Vincent Danet

Docteur en histoire moderne, CRHIA – Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page