Navigation – Plan du site

Pratiques plurielles de la science : Pierre Galland de Cherveux, géomètre au début du XIXe siècle 

Jérôme Lamy
p. 145-156

Résumés

Pierre Galland est géomètre dans un village près de Niort à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Il n’a jamais publié dans une revue scientifique de l’époque, ni dialogué avec les autres savants de son époque. Ces seules activités scientifiques connues – outre son quotidien de géomètre – sont un procédé optique (qu’il baptise héliopphlogie) déposé auprès de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale ainsi qu’une forte implication dans les opérations de cadastrage lancées sous le Consulat.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Cherveux, Deux-Sèvres
Haut de page

Notes de la rédaction

Une première version de ce texte a été présentée en 2009 lors du 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques qui s’est tenu à Bordeaux. Je remercie Sébastien Jahan, Pascale Quincy, Arnaud Saint-Martin, Volny Fages et Gérard Emptoz pour leurs commentaires, Claude Guicheteau pour ses indications archivistiques, ainsi que Jean-Pierre Petiot pour la traduction du texte de Goethe.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Des conceptions scientifiques datées ?
Contraintes du régime disciplinaire et marchés de diffusion du régime utilitaire
Les balbutiements du régime officiel

Aperçu du texte

Pierre Galland est né à Cherveux, commune des Deux-Sèvres au nord de Niort, le 22 novembre 1757, et il y est mort le 14 décembre 1837. Les états de la population dressés dans le village en 1816 et 1822 indiquent qu’il exerce la profession de géomètre. Son nom est inconnu ou presque des historiens des sciences. Il n’a pas été associé à une découverte majeure qui aurait marqué une discipline scientifique. Bien qu’il se soit essayé à la construction de machines innovantes, ses productions techniques ont été oubliées ou ignorées. Pierre Galland est donc un parfait inconnu qui a tenté à plusieurs reprises de s’inscrire dans une démarche scientifique en soumettant ses travaux à ses pairs, en s’impliquant dans une dynamique d’accumulation des connaissances et en proposant des inventions scientifiques et techniques. Il a ainsi développé des raisonnements sur la chimie, construit des machines optiques et proposé des écoles de géométrie locale pour les opérations de cadastre.

L’objectif de cet...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « Pratiques plurielles de la science : Pierre Galland de Cherveux, géomètre au début du XIXe siècle  », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119-1 | 2012, 145-156.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Pratiques plurielles de la science : Pierre Galland de Cherveux, géomètre au début du XIXe siècle  », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 119-1 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://abpo.revues.org/2328

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Post-doctorant au Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoire (UMR 5193), Centre d’Anthropologie Sociale – Université Toulouse II Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

30 mars 2010

Haut de page