Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Les Marins de la Loire dans le commerce maritime nantais au xviiie siècle

Pierrick Pourchasse
p. 209-210
Référence(s) :

Bouyer, Murielle, Les Marins de la Loire dans le commerce maritime nantais au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2009, 327 p. (ISBN 978-2-7535-0666-4).

Texte intégral

1Si de nombreuses recherches se sont attachées à étudier le grand commerce (celles de Paul Jeulin et de Jean Meyer notamment) ou le monde du négoce (ainsi celles de Gerhard Treutlein et d’Olivier Pétré-Grenouilleau) nantais au xviiie siècle, lors de sa période de grande prospérité, le monde des gens de mer de la Basse-Loire, qui formaient l’essentiel des équipages des navires de la flotte nantaise, n’avait pas encore fait l’objet d’une étude historique. C’est ce que nous propose Murielle Bouyer dans son ouvrage intitulé Les Marins de la Loire dans le commerce maritime nantais au xviiie siècle.

2L’ouvrage est divisé en trois grandes parties. La première s’attache à étudier l’aire de recrutement des équipages de la flotte nantaise. L’enrôlement des gens de mer fait l’objet d’une étude très approfondie selon les zones géographiques concernées, les fonctions des marins à bord des navires et les différentes activités maritimes (cabotage, droiture, traite), et est illustré par une série de cartes très précises. Le port ligérien recrute entre 50 et 70 % de ses effectifs dans la ville et la zone périphérique de la Basse-Loire. Les avant-ports nantais, notamment Paimboeuf et Chantenay, très liés au grand commerce maritime accroissent fortement leur population tandis que les petites villes et bourgs du fleuve, dont l’économie reste avant tout rurale, ne participent guère à l’essor de Nantes. Entre 76 et 83 % des marins nantais sont des Bretons qui, en dehors de la région ligérienne, viennent principalement du golfe du Morbihan et de l’ensemble des ports organisé autour de Saint-Malo. L’étude des effectifs de l’armement nantais aurait cependant mérité d’être intégrée plus volontairement dans la vie maritime de la Bretagne, avec les armements lorientais de la Compagnie des Indes et brestois de la Marine royale. La composition des équipages est naturellement liée au système des classes et à son organisation administrative provinciale ainsi qu’aux demandes variables des autres activités maritimes bretonnes.

3La seconde partie est centrée sur l’étude démographique de ce bassin de main-d’œuvre. Dans les villes très fortement marquées par la croissance économique nantaise, à l’exemple de Paimbœuf, les comportements matrimoniaux de l’ensemble de la population sont caractérisés par un âge tardif au mariage, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, et une forte croissance de la nuptialité. Cependant la natalité est faible et reste inférieure au taux de mortalité, ce qui ne permet pas le renouvellement des générations. Les conditions particulières des métiers maritimes accentuent l’instabilité sociale, l’illégitimité augmente et la misère récurrente provoque une forte mortalité infantile. Le déficit du solde naturel est compensé par une forte immigration qui répond à la demande en main-d’œuvre et explique la croissance des villes.

4La troisième partie pose la question de l’engagement des hommes de la Basse-Loire dans les activités maritimes au long cours. Nombre de gens de mer de l’estuaire ne sont pas uniquement des navigants mais pratiquent un grand nombre d’activités diverses. La description de ces différentes activités, qu’elles soient maritimes (gabariers, bargers, pêcheurs) ou autres, étayée par des sources variées, présente un grand intérêt pour la connaissance de ces populations littorales. D’une manière générale, les populations proches de l’embouchure sont plus attirées par le grand commerce alors que plus l’on s’éloigne de l’estuaire, plus l’activité fluviale est prépondérante. Le fort besoin en matelots du commerce nantais, tout comme la pression militaire se traduisent par un apprentissage très rapide. Les carrières divergent ensuite fortement selon les aléas de la vie des marins au long cours (engagements, désertions, maladies, blessures, captivité, décès). L’élévation sociale est rarement au rendez-vous et le cabotage est souvent une activité de refuge en fin de carrière.

5L’étude de Murielle Bouyer est un ouvrage indispensable pour comprendre l’influence du commerce nantais sur l’occupation humaine et la composition de la population de l’estuaire de la Loire au cours du xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierrick Pourchasse, « Les Marins de la Loire dans le commerce maritime nantais au xviiie siècle  », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119-2 | 2012, 209-210.

Référence électronique

Pierrick Pourchasse, « Les Marins de la Loire dans le commerce maritime nantais au xviiie siècle  », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 119-2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2429

Haut de page

Auteur

Pierrick Pourchasse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page