Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Église, cimetière et paroissiens (Éditions Errance, Paris, 2012)

Jean-Claude Meuret
p. 183-186
Référence(s) :

Rozenn Colleter, Françoise Le Boulanger, Daniel Pichot, Église, cimetière et paroissiens. Bréal-sous-Vitré (Ille-et-Vilaine) (viie-xviie siècle), Éditions Errance, Paris, 2012, 279 p., 64 fig.

Texte intégral

1Au début de 2003, une équipe de l’INRAP a été amenée à fouiller une parcelle de 250 m², nommée le « petit cimetière », proche de l’église paroissiale de Bréal-sous-Vitré. Bien que peu étendue, l’opération s’est révélée fructueuse, voire innovante. En effet, si F. Le Boulanger, responsable de la fouille et coutumière d’interventions sur des sites médiévaux, funéraires en particulier, recourt logiquement à R. Colleter, anthropologue à l’INRAP pour l’étude des restes osseux, elle propose aussi à D. Pichot, professeur d’Histoire médiévale à Rennes 2 de s’associer à la publication. La démarche est suffisamment rare pour être soulignée tant le fossé s’est creusé depuis le xixe s. entre archéologues d’une part et historiens de l’autre, les uns se spécialisant de plus en plus et parfois à l’excès, par champ, période ou région d’étude, les autres ignorant de plus en plus que l’histoire se construit non seulement à partir des sources écrites, mais aussi, et pour de nombreux domaines, à partir des données matérielles. Ainsi, était saisie l’occasion de confronter des données archéologiques de terrain précises à la lecture historique des sources écrites médiévales, pour la plupart contenues dans le cartulaire de Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers. Mais au-delà s’offrait la perspective de replacer une fouille de faible étendue dans les problématiques plus larges et très actuelles de la genèse de la paroisse et du village, au Moyen Âge central. Il s’agit donc bien d’un ouvrage écrit à trois mains et qui n’élude en rien les difficultés inhérentes à l’exercice. Il a été publié chez Errance, premier éditeur en France spécialisé en archéologie et qui sait prendre réellement en compte les besoins propres à l’archéologie. On doit à ce propos souligner la place et la qualité des 64 figures – plans, cartes, relevés, photos – toutes bien lisibles, intégrées au discours et non reléguées au rang secondaire d’illustrations. Se refusant à simplement juxtaposer leurs contributions, les auteurs ont retenu un plan chronologique en trois points : le premier Moyen Âge (viie-xie siècle) vu à partir de l’ensemble funéraire, le Moyen Âge central qui voit le développement d’un pôle religieux par l’abbaye de Saint-Serge, et la phase xiie-xviiie siècle au cours de laquelle s’épanouit la paroisse.

2La première partie développe d’abord la typologie des tombes fondée sur l’étude d’un sarcophage de calcaire coquillier et de 46 coffres de plaques de schiste (64 découverts). Coffres « monoplaces », à l’exception d’un exemplaire double, mais cloisonné, tous destinés à des adultes si l’on excepte celui d’un enfant, ils étaient souvent installés par paires dans une fosse. Les corps se sont en majorité décomposés en espace non colmaté, quelques-uns conservant des indices de l’existence de linceuls ou de vêtements. On relève aussi 11 cas de réductions d’inhumations antérieures. Les sept datations 14C réalisées sur les squelettes contenus dans ces coffres livrent une fourchette allant du milieu vie au xiie siècle : cinq se placent entre vie et viiie siècle mais deux aux xie et xiie, preuve que cette pratique s’est perpétuée plus longtemps qu’on ne le dit parfois. Si un seul sarcophage de calcaire coquillier a été fouillé, d’ailleurs remployé comme ossuaire, d’autres ont été utilisés comme le prouvent les fragments épars trouvés en fouille, sans compter ceux qui ont été remployés dans les murs de l’église romane. Cette même période a livré une quinzaine de sépultures en fosse, souvent au-dessus de coffres, mais la fouille a bien montré que les trois usages – coffre, sarcophage et fosse – coexistent à la fin de la période. Parmi les pratiques funéraires observées, on retiendra l’existence de regroupements de tombes, qui suggèrent l’existence de groupes familiaux ou sociaux, la probabilité d’une signalisation des tombes au-dessus du sol car les tombes ne se chevauchent pas, et l’existence de rares vestiges brisés d’inscriptions funéraires sur schiste, plus rares que dans les nécropoles fouillées au sud-est du département. La grande nouveauté pour cette période tient dans l’annonce de l’existence probable d’une chapelle funéraire à fondements de pierre. Les auteurs la déduisent d’un fragment de base de mur long de 2,40 m, de la disposition des tombes appuyées contre celui-ci et d’un petit solin de 0,70 m qu’ils interprètent comme un élément de base d’autel. C’est avec prudence, en raison de la minceur des indices, que les auteurs concluent à l’existence d’un édifice d’environ 100 m², en faisant le parallèle avec les chapelles de cette époque fouillées à Hordain (Nord) et Saint-Symphorien-de-Paule (Côtes-d’Armor). De l’étude anthropologique, on retiendra la quasi-absence de jeunes enfants et la difficulté à mettre en évidence l’existence d’éventuels groupes familiaux à partir des caractères discrets. Enfin, est abordé le contexte géo-politique de Bréal à cette époque, un secteur stratégique qui voit avancer puis refluer la frontière de la Bretagne, et s’installer des abbayes proches du pouvoir royal comme Prüm et Saint-Denis.

3Le second chapitre aborde la naissance et les débuts du prieuré de Bréal aux xie et xiie siècles. Il consiste d’abord en une analyse serrée du dossier archivistique de Bréal, particulièrement à partir de chartes du cartulaire de Saint-Serge et Saint-Bach. Étude historique, certes, mais toujours confrontée aux données de terrain. C’est dans les années 1030-1040, à l’occasion d’un procès entre Saint-Serge et Saint-Jouin-de-Marnes, à propos de l’obédience du Pertre, qu’il est fait mention d’une capella de Bréal, ce que les auteurs rapprochent de la possible chapelle funéraire trouvée en fouille. Peu après, les textes font état d’une transformation de celle-ci en prieuré ou obédience. Or, l’observation du bâti de l’actuelle église de Bréal montre que celle-ci commença justement d’être édifiée en cette période. La chapelle du premier Moyen Âge est alors arasée ; au xiiie siècle, un bâtiment de pierre sera construit près de son emplacement, peut-être une dépendance du nouveau prieuré et de la nouvelle église. Au xiie siècle, les moines constituent et étoffent leur temporel à partir de dons en terres ou d’achats consentis par les familles seigneuriales locales ; l’acquisition du domaine de Rallée en Erbrée en est un exemple et démontre que le territoire de ce temporel ne coïncide pas forcément avec celui du spirituel. C’est sur ce domaine foncier que s’appuiera la puissance du prieuré de Saint-Serge et sa domination sur la paroisse. D. Pichot connaît très bien les sources écrites de la région, et cela lui permet de resituer la genèse du prieuré de Bréal dans le contexte géo-politique régional. La frontière entre Bretagne et Maine est alors en cours de fixation, et bien loin d’être une ligne étanche et militaire, elle apparaît comme un champ de confrontations de pouvoir subtiles et feutrées entre les seigneuries châtelaines de Laval et de Vitré, via leurs vassaux comme les Taillis, ou les prieurés des grandes abbayes comme Saint-Serge ou Marmoutier.

4Le dernier chapitre s’attache à l’étude de la genèse de la paroisse et à son épanouissement du xiie au xviiie siècle. Il s’inscrit dans le cadre d’une problématique nationale posée depuis moins de dix ans par des médiévistes qui renouvelle fortement la vision traditionnelle du réseau paroissial et qui débouche déjà sur de féconds débats et perspectives. C’est de 1108 que date la première mention de l’ecclesia de Bréal. On s’accorde – avec prudence – pour admettre que l’emploi d’un tel terme – garanti ici par une autorité religieuse, Marbode, l’évêque de Rennes – vaut reconnaissance de l’existence d’une paroisse. Or, à ce tournant des xie et xiie siècles, correspond l’apogée du mouvement de création de paroisses. Réforme majeure à la fois religieuse et territoriale, qui voit se constituer ces communautés humaines de base, groupées autour d’églises, souvent de cimetières et dotées de territoires délimités de plus en plus précisément. L’enjeu relève du spirituel, certes, mais il est tout autant laïc, terrestre, spatial, et concerne autant les détenteurs de pouvoir laïcs que religieux. Époque de tâtonnements institutionnels oblige, on ne sait pas exactement si, dans le cadre d’une obédience comme Bréal, la desserte du culte paroissial était assurée par un prêtre séculier ou par les moines eux-mêmes. Tout amène à penser cependant que la dernière pratique eut souvent cours car elle assurait à la fois les rentrées de dîmes et autres droits, mais aussi le pouvoir et le prestige. C’était le cas au xve siècle, époque où les paroisses du secteur telles Bréal, Brielles, Montreuil, Taillis et Gennes, étaient à la présentation directe de l’abbé de Saint-Serge. À Bréal, c’est visiblement à partir de l’érection de la paroisse que se développèrent rapidement les travaux de construction de l’église. Celle-ci conserve aujourd’hui encore l’emprise et les volumes de cette époque, très représentatifs des programmes ecclésiaux des xie-xiie siècles. L’étude en présente le plan et le phasage détaillés à partir des travaux de Anne Lunven : d’abord un chœur pour les moines, vite modifié et étendu, puis une nef elle aussi remaniée, et enfin une façade ouest plus monumentale. Autour a dû se mettre en place un grand enclos cimiterial de près de un ha, discernable sur le cadastre ancien et dans lequel se trouvaient église, sépultures – y compris sans doute celles du « petit cimetière » –, prieuré et dépendances. La fouille n’a pas abordé l’actuel cimetière péri-ecclésial, mais le petit « petit cimetière » fouillé en 2003 montre une reprise des inhumations à partir du xive siècle ; elle peut correspondre au gonflement du cimetière autour de l’église aux xiie et xiiie siècles. Plus tard, la rétractation de ce dernier autour du sanctuaire amène l’abandon de la zone du « petit cimetière ». La fouille et les textes ont montré qu’on y fond deux cloches en 1764, et enfin, avant la création du cadastre, l’ouverture d’une route le sépare définitivement de l’enclos principal. Pour cette phase qui commence au xiie siècle, sont ensuite détaillées les données de la fouille. 78 individus étaient conservés dont la moitié a pu être étudiée. La plupart étaient inhumés dans des fosses de forme ovalaire, la moitié en pleine terre dans des linceuls, pratique dominante au Moyen Âge classique. C’est plus tard que semble apparaître l’inhumation en cercueil, représentée seulement dans 16 % des cas. R. Colleter expose le détail de son analyse anthropologique, très poussée, complexe pour les non spécialistes, mais nécessaire pour une telle publication. Elle consiste, entre autres, en une étude comparative des données de Bréal avec quatre autres cimetières contemporains du Finistère, du nord Cotentin, d’Aquitaine et du Somerset. On en retiendra la conclusion principale qui tient dans l’existence à Bréal d’un groupe humain qualifié de fondateur, peut-être des défricheurs, qui perpétua des pratiques endogames. Le chapitre se conclut par une évaluation de la paroisse et de son territoire. C’est dans cette période que se constituent et se développent la plupart des « bourgs » que nous connaissons encore aujourd’hui, même s’ils ne sont que le centre d’un « village éclaté » pour reprendre le titre d’un ouvrage de D. Pichot. Celui de Bréal s’est constitué sur une route ancienne menant de Laval à Rennes. L’examen du parcellaire du bourg sur le cadastre du xixe siècle semble bien révéler le rôle polarisateur qu’ont tenu l’église paroissiale, le cimetière et le prieuré. Quant au territoire de la paroisse, son étude menée à partir de plusieurs sources écrites ou planimétriques, aboutit à la conclusion d’une genèse longue et complexe mêlant données religieuses, seigneuriales, économiques, sociales… Parmi les témoins les plus visibles de cette incessante évolution, les landes paraissent avoir tenu une place majeure.

5La publication organisée autour de Bréal à partir et autour d’une fouille préventive d’étendue somme toute restreinte, pouvait paraître une gageure. Les choix faits pour sa rédaction par R. Colleter, F. Le Boulanger et D. Pichot, tant pour la forme que pour le fond, leur ont permis de contourner les difficultés. Le résultat matériel est une synthèse organisée de 166 pages, suivie d’un ensemble de dossiers de 116 pages comprenant sépultures, analyse anthropologique et sources écrites. Grâce à l’option de la pluridisciplinarité, en associant responsable d’opération archéologique, anthropologue et historien de l’écrit, il leur a été possible de multiplier les approches et les échelles, à la fois spatiales et temporelles. Par ailleurs, le choix simple mais adapté du cadre paroissial, les a naturellement amenés à aborder nombre de problématiques majeures et actuelles qui gravitent autour du cimetière, de la genèse paroissiale, du bourg, de la seigneurie, de l’économie agraire, voire de la frontière et de la géo-politique au Moyen Âge central. En d’autres termes ils ont su replacer l’archéologie au cœur de la recherche historique et on doit leur en savoir gré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Meuret, « Église, cimetière et paroissiens (Éditions Errance, Paris, 2012) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-1 | 2013, 183-186.

Référence électronique

Jean-Claude Meuret, « Église, cimetière et paroissiens (Éditions Errance, Paris, 2012) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-1 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2578

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Meuret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page