Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Histoire des Bretagnes 3 (CRBC-UBO, 2012)

Bernard Merdrignac
p. 186-188
Référence(s) :

Asdis Rosa Magnusdottir, Hélène Tétrel éd., Histoire des Bretagnes 3 : La Petite Saga de Tristan et autres sagas islandaises inspirées de la matière de Bretagne, CRBC-UBO, 2012, 146 p.

Texte intégral

1Les deux précédents volumes de la série « Histoires des Bretagnes » publiée par le Centre de Recherche Bretonne et Celtique sont parus successivement en 2010 et 2011. Ils rassemblent les textes des communications présentées au cours de journées d’études interdisciplinaires tenues à l’Université de Bretagne Occidentale avec l’aide logistique et financière de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne. Animés par nos collègues brestois Hélène Bouget, Jean-Christophe Cassard, Amaury Chauou, Magali Coumert et Hélène Tétrel, les travaux de ces rencontres ont le notable intérêt de croiser les points de vue des spécialistes du Moyen Âge (historiens, littéraires, celtisants et linguistes) et les perspectives des ethnologues et des historiens de l’art sur la « matière de Bretagne », sa réception et sa diffusion. Le premier volume, sous la direction de Magali Coumert et Hélène Tétrel porte sur les Mythes fondateurs ; le second, dirigé par Hélène Bouget et Magali Coumert est consacré aux Itinéraires et confins. Voici un troisième volume qui propose des traductions inédites en français de quatre « sagas de chevaliers » (Riddarasögur) composées en Islande au xive siècle. Cette littérature de divertissement, « hybride et originale », qui semble avoir été extrêmement populaire tire une partie de son inspiration de la « matière de Bretagne », mais elle est également influencée par la matière du Nord, les contes populaires et les récits européens.

2Avec le soutien du Icelandic Literatur Fund (Bóktamenntasjóđur), Asdis R. Magnusdottir, professeur à l’Université d’Islande, spécialiste de littératures française et islandaise du Moyen Âge comparées, et Hélène Tétrel, maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’Université de Bretagne Occidentale, dont les travaux portent sur la littérature du domaine français exportée en Scandinavie médiévale présentent ici aux lecteurs francophones quatre textes méconnus. Ces sagas « Saga de Tristram et Isodd », « Saga de Samson le beau », « Saga de Vilmundur va-tout-seul » et « Saga d'Ali-à-la-tache » attestent de la vitalité littéraire exceptionnelle de l’Islande à la fin du Moyen Âge. Elles ont pourtant été longtemps dévalorisées par les chercheurs trop enclins à établir une distinction artificielle entre les sagas d’inspiration « nationale » et les sagas d’« importation », qualifiées péjorativement de « sagas légendaires » (Märchensagas).

3En conséquence, ces productions islandaises des xive-xve siècles, comme le soulignent d’emblée les auteur(e)s dans leur « Présentation », sont encore mal éditées, donc méconnues et de ce fait susceptibles d’être étudiées « à nouveaux frais ». Asdis R. Magnusdottir et Hélène Tétrel ont donc fait face à des choix éditoriaux délicats. Entre la petite saga de « Tristram et Isodd » éditée plusieurs fois et disponible dans une édition récente et celle de « Samson le Beau » qui mériterait une nouvelle édition tous les intermédiaires se rencontrent. La bibliographie sélective qui comporte de nombreux titres difficilement accessibles permet de se rendre compte de l’avancement inégal des travaux d’un texte à l’autre. C’est pourquoi le parti a été pris de fonder les traductions sur l’édition des Riddarasögur par Bjarni Vilhjámsson au milieu du xxe siècle qui représente l’ensemble éditorial le plus complet dans un texte islandais actualisé. C’est l’occasion pour les auteurs de rappeler en note que la langue actuelle est très proche de l’islandais médiéval : « une édition modernisée n’a donc rien à voir avec nos traductions françaises de textes médiévaux ». Il en résulte des problèmes de traduction qui sont brièvement exposés. À défaut de texte correctement établi, certaines formulations demeurent énigmatiques. Le goût médiéval pour les répétitions (considérées aujourd’hui comme des maladresses d’écriture) est un vestige significatif de l’oralité de ces sagas. Style lapidaire, ruptures de ton peuvent incommoder de prime abord le lecteur d’aujourd’hui. Mais il se laissera séduire par le « joyeux mélange de réel et d’imaginaire » qu’appréciaient les Islandais du Moyen Âge. Selon la formule de la « Saga de Samson le beau », dans cette partie du monde « il y a une telle abondance de monstres que lorsqu’on s’écrie à haute voix "Que les monstres l’emportent", ils le font vraiment ».

4Au plaisir de la découverte d’un univers exotique plus fictif que réel, s’ajoute l’apport intellectuel de la « Présentation » très dense qui, en une douzaine de pages rigoureusement documentées, replace ces « sagas de chevaliers » dans le contexte de la circulation des thèmes littéraires à travers l’Occident médiéval et des échanges entre niveaux de culture. Ainsi la petite saga de Tristan à laquelle ce volume doit son titre est postérieure à la « Tristrams saga ok Isöndar » (1226), adaptation norroise du Tristan de Thomas. Il est cependant impossible de déterminer si c’est une réécriture de cette dernière. En effet, le récit s’affranchit de la tradition tristanienne par tout un jeu de substitutions qui visent peut-être à déjouer les attentes du public et à surprendre celui-ci. Le roi Marc, par exemple, s’appelle ici « Morodd », si bien que l’arrière-plan monstrueux du Morholdt originel est escamoté. Suivant un nuancier qui s’étale du pur démarcage à la liberté de création, les emprunts arthuriens sont remodelés au gabarit du folklore nordique. Toutefois, dans aucun de ces textes, ni la parodie ni la grivoiserie des fabliaux ne se retrouve. Mais un humour décalé, souvent explicite, parfois passible du second degré, révèle une distanciation du public par rapport aux modèles chevaleresques, même si les auteurs mettent (à juste titre) en garde contre les risques d’interprétation anachronique d’« exagérations épiques » comme des effets comiques délibérés.

5En somme, fruit d’un travail minutieux, voici un petit ouvrage à la fois plaisant et fort instructif. Ajoutons pour finir que, dans l’introduction, une digression évoquant succinctement Lancelot appelle une note qui ouvre au passage des perspectives sur l’adaptation islandaise de l’Histoire des rois de Bretagne. Voilà qui paraît de bon augure pour les prolongements que ce groupe de travail a entrepris de donner à la première étape de sa démarche interdisciplinaire. Ce nouveau projet vise à construire un réseau international de médiévistes (littéraires, philologues et historiens) afin d’étudier la circulation et la réception médiévale des versions vernaculaires («Bruts») de l’œuvre à succès de Geoffroy de Monmouth (1135) dans la plupart des langues européennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Merdrignac, « Histoire des Bretagnes 3 (CRBC-UBO, 2012) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-1 | 2013, 186-188.

Référence électronique

Bernard Merdrignac, « Histoire des Bretagnes 3 (CRBC-UBO, 2012) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-1 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2582

Haut de page

Auteur

Bernard Merdrignac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page