Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Auray 1364 (Presses Universitaires de Rennes, 2012)

Yves Coativy
p. 188-190
Référence(s) :

Laurence Moal, Auray 1364. Un combat pour la Bretagne, préface de M. Jones, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, illustré, 228 p.

Texte intégral

« Vous avez gaigné une belle journée de laquelle il sera parler à 500 ans d’icy », John Chandos à Jean IV, d’après d’Argentré.

1La mort sans héritiers directs du duc Jean III (1341) plonge la Bretagne dans une guerre civile sans précédent. Pendant 23 ans, Jean de Montfort puis son fils affrontent Charles de Blois pour le contrôle de la principauté. On se bat régulièrement et la bataille de La Roche-Derrien ou le combat des Trente sont bien connus des amateurs d’histoire du Moyen Âge. La guerre de Succession est avant tout une guerre de sièges, d’embuscades et de coups de mains. La population souffre du conflit et des exactions mais aussi d’une économie en berne, de la peste et de ses retours. Le milieu du xive siècle est sans conteste une des périodes les pires de l’histoire bretonne. Au début des années 1360, il apparaît clairement aux protagonistes qu’il faut clore cette affaire. Une médiation des prélats bretons échoue et c’est à Auray, sur le champ de bataille, que la guerre se termine le 29 septembre 1364 par la mort de Charles de Blois et la victoire de Jean IV.

2C’est donc sur cet épisode dramatique que porte le livre de Laurence Moal. On peut dire d’emblée que c’est une réussite. L’ouvrage va bien au-delà de ce qu’indique son titre et il s’organise en trois parties. La première récapitule la guerre de Succession et pose le problème du choix d’Auray comme lieu de la rencontre décisive. Contrairement aux guerres de l’époque contemporaine, la guerre de Succession est un conflit languissant marqué par des périodes de combats entrecoupées de longues trêves, au gré des crises démographiques (la peste de 1348) ou politiques (la minorité de Jean IV, la détention de Charles de Blois). Après la libération de Charles de Blois et le retour de Montfort, une confrontation personnelle devient évidente, malgré les tentatives des évêques bretons de trouver une solution transigée. Un long chapitre est consacré au siège d’Auray qui précède l’assaut final. C’est en effet au pied de ses murs que se retrouvent les protagonistes. Jean IV assiège la ville tandis que Charles de Blois vient à sa rencontre et c’est là que se dénoue le conflit.

3La deuxième partie concerne la bataille à proprement parler. Laurence Moal détaille tous les aspects du combat. Elle en montre l’enjeu et la compréhension que les contemporains ont de l’affaire. Elle en aborde ensuite les aspects tactiques. Tous les mouvements sont détaillés et analysés, l’armement des combattants est finement décrit, leur mort aussi. L’auteur rappelle que c’est un combat aristocratique qui obéit à des règles strictes. Après la mise en action des archers, on se bat au corps à corps. Dans un premier temps, la bataille apparaît comme équilibrée jusqu’au moment où le camp blésiste perd pied. C’est alors la curée et le massacre de ceux qui ne peuvent être mis à rançon. S’appuyant sur des témoignages anciens, Laurence Moal fait bien apparaître les aspects psychologiques et symboliques de l’engagement. Elle montre aussi comment elle a pu être « annoncée » et faire le fruit de légendes et autres prophéties, certains auteurs ayant même recours à Merlin ! Un lévrier vient même annoncer au perdant sa défaite à venir. Elle n’oublie pas de rappeler que ce fut une bataille sanglante et nous montre sur les champs les morts et les « navrés » (blessés).

4La dernière partie aborde les suites immédiates de l’événement et son souvenir. S’il a remporté la victoire, Jean IV doit liquider le conflit et l’on n’efface pas d’un trait de plume 23 ans de guerre civile. Laurence Moal rappelle que le premier traité de Guérande (1365) qui règle l’affaire ne suffit pas à solder les vieux comptes. Les Penthièvre restent puissants, le pouvoir de Jean IV est fragile et qui plus est, Charles de Blois est béatifié, ce qui transforme une mort au combat en martyre chrétien, ce qui fait peser au passage sur le nouveau duc un soupçon supplémentaire de barbarie.

5L’histoire s’empare immédiatement de la bataille. Chroniqueurs puis historiens, La Borderie en tête, y vont de leur analyse de la guerre et de son dénouement, tombant parfois dans le pittoresque. Laurence Moal aborde l’aspect mémoriel, à travers l’iconographie et le souvenir. Elle montre parfaitement que des enjeux politiques locaux (les nationalistes bretons) ou nationaux (la confusion bataille d’Auray-débarquement de Quiberon) sont venus enrichir la saga d’Auray. De même, la béatification tardive de Charles de Blois dévoile un aspect religieux tout à fait édifiant.

6Le texte est illuminé par un peu moins de 200 illustrations très pertinentes et c’est un autre des nombreux points forts du livre. Mais le souci de la perfection va bien au-delà et l’on remarque sans arrêt une intelligente démarche didactique : les schémas sont expliqués, l’effort de définition est permanent, les enluminures polysémiques sont disséquées et des zooms permettent de bien comprendre leur construction et leur message. Une grande expérience de l’enseignement montre là toute sa pertinence. La bibliographie est très détaillée et montre la maîtrise du sujet encore que la division entre ouvrages anciens et récents n’apparaisse pas forcément très pertinente. On trouve une liste des sources, des index et des tables des matières. Curieusement, si on a bien une table des encadrés, tableaux, cartes et plans, on n’y trouve pas la numérotation des pages !

7Les critiques sont vénielles et sans commune mesure avec la très grande qualité de l’ensemble. On notera tout de même quelques petits défauts. D’un point de vue formel, la mise en page est parfois un peu lourde et la casse trop petite : l’on a parfois du mal à lire le texte, très dense. Il arrive que l’on se perde aussi entre les titres, le texte, les illustrations, les légendes, les encadrés, les citations, les notes et le glossaire…, comme aux pages 116-117, 140-141, etc. Il n’y a guère plus de remarques à faire sur le fond. Si on trouve bien page 80 deux plans de la disposition des troupes, une carte aurait été utile pour mieux appréhender l’événement. Certaines définitions, ou l’usage de certains termes, sont rapides voire discutables comme « baillistre » (p. 19) ou « classe » et « caste » chevaleresques (p. 56). Si les historiens emploient de temps à autre le terme de baillistre pour certains ducs bretons, on attend de le retrouver dans les documents d’époque. Quant à la « caste chevaleresque », elle semble bien ouverte dans la Bretagne du bas Moyen Âge et les seuls qui s’en plaignent sont les roturiers qui voient augmenter la part des impôts qu’ils doivent au duc par défection des plus riches qui changent de statut. Dans la troisième partie, l’utilisation politique de la bataille d’Auray par les nationalistes bretons pendant la seconde guerre mondiale est traitée un peu trop succinctement. On le voit, les critiques sont mineures.

8Par la qualité du texte et des illustrations, cet ouvrage fera date dans l’historiographie de la Bretagne du xive siècle. Laurence Moal a su trouver l’équilibre entre une approche universitaire scrupuleuse et une vulgarisation de bon aloi. Auray 1364. Un combat pour la Bretagne sera lu avec profit par les amateurs d’histoire comme par les spécialistes les plus exigeants. L’économie générale de l’ouvrage en fait aussi un excellent manuel sur la guerre au Moyen Âge, en une année où c’est le sujet de la question d’histoire médiévale à l’agrégation. Une réussite donc, à tous points de vue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Coativy, « Auray 1364 (Presses Universitaires de Rennes, 2012) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-1 | 2013, 188-190.

Référence électronique

Yves Coativy, « Auray 1364 (Presses Universitaires de Rennes, 2012) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-1 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2584

Haut de page

Auteur

Yves Coativy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page