Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Aspects de la première chouannerie mayennaise (Siloë, Laval, 2010)

Daniel Pichot
p. 194-195
Référence(s) :

Gérard Blottière, Aspects de la première chouannerie mayennaise, Siloë, Laval, 2010, 189 p., ISBN : 9782-84231-470-5, 19€.

Texte intégral

1Ce livre très particulier est l’édition fort tardive d’une maîtrise d’histoire soutenue en 1970. Pourquoi en rendre compte alors qu’elle date au regard de l’historiographie qui a effectivement progressé depuis ce temps ? Alors, les grands travaux relatifs à la contre-Révolution ou à l’anti-Révolution n’avaient pas encore été publiés et, dans le domaine, seule la thèse de Paul Bois sur la Sarthe pouvait servir de référence. Il s’agissait alors d’un travail pionnier qui reprenait l’histoire encore passablement chaude de la chouannerie mayennaise ou plutôt se consacrait à un aspect, seulement, mais majeur, et c’est tout l’intérêt encore aujourd’hui de cet excellent travail d’étudiant.

2Toute la première partie est consacrée à l’établissement de listes de chouans ou supposés tels pour essayer d’en établir une sociologie. Le travail patient opéré sur les listes de dénonciation, des publications des autorités, des tribunaux etc. reconstitue des séries de noms par commune, dans le district de Laval où les archives conservées autorisent plus facilement cette enquête. Celle-ci prend en compte la première chouannerie, et ne dépasse donc pas la fin de l’année 1794, ce qui complique singulièrement la tâche mais poursuivre après orientait vers d’autres situations et problèmes. L’auteur prend soin de critiquer ses sources, il souligne la difficulté d’identifier noms et lieux, l’orthographe aléatoire, les homonymies fréquentes, et évalue à chaque fois la fiabilité des différents textes. Enfin, apparaissent dans les écrits des contre-révolutionnaires, certes mais dont le degré d’implication variable n’est pas toujours connu, il existe plus qu’une marge entre le cri séditieux et la rébellion. G. Blottière se montre réservé mais arrive, grâce aux croisements d’indices, à montrer ce que ses sources disparates peuvent néanmoins offrir. Le résultat n’est pas négligeable et, si quelques communes n’offent que quelques noms, certaines en fournissent des dizaines.

3De nombreux tableaux regroupent les chouans soupçonnés ou avérés avec nom, âge, profession, domicile et profession des parents. Malgré de nombreuses lacunes (toutes les cases sont loin d’être informées), ce travail minutieux aboutit à des acquis très concrets. Des cartes mettent en lumière les régions les plus agitées, en particulier l’ouest du département entre Laval et La Gravelle ainsi que le canton d’Ernée un peu plus au nord. Saint-Ouen-des-Toits, fief de Jean Chouan, s’illustre avec 100 noms, Courbeveille avec 86, mais d’autres font pâle figure, faute de renseignements parfois mais aussi parce que, comme Louverné ou Andouillé, ces commune tiennent pour les autorités. Port-Brillet et Chailland où sont nombreux les ouvriers de l’industrie sidérurgique sont très hostiles aux chouans. Ainsi tableaux et cartes établissent une géographie de l’agitation pas toujours neuve mais plus précise et argumentée que ce dont on pouvait disposer avant.

4Surtout, le but de G. Blottière est de connaître le statut social de ces chouans. Grâce à quelques éléments relevés dans les archives et surtout aux rôles de taille des années 80, il parvient à placer un certain nombre de ces individus sur l’échelle des fortunes. Des conclusions très claires ressortent de ces listes. L’émergence des mêmes faits et mêmes pourcentages dans la plupart des communes étudiées donnent une consistance certaine à l’enquête. Les acteurs de la première chouannerie, essentiellement des hommes, se distinguent par leur pauvreté. Ils appartiennent très majoritairement, deux tiers au moins, aux couches les plus modestes. En premier viennent les tisserands, 23 % et c’est un minimum. Ces travailleurs disséminés dans les campagnes ont subi de plein fouet le déclin de la fabrication de la toile à la fin du xviiie siècle aggravé par la Révolution et ses troubles. Incontestablement la misère les pousse à la révolte. Ils sont accompagnés par les domestiques, 19 %, et des closiers, petits paysans insuffisamment pourvus de terre. Une telle sociologie dont sont absentes les élites, paysanne, bourgeoise et encore plus cléricale ou aristocratique, ouvre évidemment une deuxième partie qui propose une « tentative d’explication » de la chouannerie mayennaise.

5Une longue étude de la situation économique très défavorable constitue l’essentiel de la démonstration. Le poids conjugué de la pénurie des grains dont les prix augmentent quand l’assignat s’effondre, du chômage et des impositions nouvelles établies par la Révolution pèse lourdement sur les ressources des plus modestes et les plonge dans la misère, ce qui suscite leur réaction. Le régime libérateur ne peut leur assurer des moyens de vivre, bien au contraire, les conséquences de bien des décisions aggravent leur cas. C’est là le nœud du problème. Il s’agit avant tout de l’insurrection des plus modestes et l’auteur ne partage pas l’analyse de P. Bois pour la Sarthe, lequel voit une opposition des paysans aux bourgeois des villes acquéreurs de biens nationaux.

6Dans un tel contexte, des éléments viennent aggraver, et non pas provoquer le ressentiment. Les levées d’hommes pour l’armée comme celle de 1792 demandant 1100 hommes au département, déclenchent le refus. Les paysans attachés à leur pays ne veulent pas partir au loin pour la guerre, d’autant plus qu’ils n’ont guère envie de défendre ce régime. Les assemblées pour désigner les partants se passent mal et sont souvent annulées. La jeunesse des révoltés cadre bien avec cette résistance au départ mais si leur nombre est important, ils ne constituent pas l’essentiel des révoltés, les réfractaires ne passent pas systématiquement aux Chouans

7Face à cela, la tension religieuse accroît le mécontentement. La majorité des prêtres refuse le serment à la constitution civile du clergé et les « bons prêtres » conservent la confiance de leurs paroissiens. Cependant, la question religieuse ne paraît pas dominante, même pour les autorités. Devant l’accumulation de ces griefs et leurs relations qui en accroissent la gravité, on ne s’étonne pas que les Vendéens, lors de la Virée de Galerne, rencontrent un écho favorable et soient suivis par de nombreux partisans.

8Le livre dépasse donc largement le titre très modeste, « aspects de la première chouannerie » et l’on peut se féliciter de l’effort de publication entrepris par la maison Siloë, même si l’on peut regretter un travail d’édition un peu a minima. Le texte très clair dégage nettement les problèmes et les conclusions, tableaux et cartes apportent au lecteur les éléments nécessaires. Des exemples nombreux apportent couleur et nuance dans un texte qui pourrait sans cela devenir trop abstrait, l’individu demeure présent. Enfin, quelques annexes viennent parfaire la démonstration. Les travaux postérieurs de l’auteur signalés à la fin auraient pu trouver place, au moins partiellement, dans le volume, ils auraient fourni d’intéressantes études de cas. Au total, cette publication apporte beaucoup. Si l’explication sociale et économique bien argumentée néglige le politique approfondi par les études postérieures, elle n’en demeure pas moins fondamentale et les listes ainsi que l’essai de sociologie de la chouannerie offrent à l’historien un matériau du plus grand intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Pichot, « Aspects de la première chouannerie mayennaise (Siloë, Laval, 2010) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-1 | 2013, 194-195.

Référence électronique

Daniel Pichot, « Aspects de la première chouannerie mayennaise (Siloë, Laval, 2010) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-1 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2591

Haut de page

Auteur

Daniel Pichot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page