Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Talabardoneries ou échos d’archives offerts à Catherine Talabardon-Laurent

Antoine Rivault
p. 229-230
Référence(s) :

Gallicé, Alain, Reydellet, Chantal (dir.), Talabardoneries ou échos d’archives offerts à Catherine Talabardon-Laurent, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2011, 350 p.

Texte intégral

1Sous ce titre à première vue quelque peu étrange se cache un bel hommage à Catherine Talabardon-Laurent, archiviste chevronnée et bien connue des historiens travaillant sur la Bretagne. En poste aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine à partir de 1975, elle prend ensuite la tête des archives municipales malouines pendant cinq ans avant de devenir directrice des archives de Rennes, poste qu’elle occupe jusqu’à sa présente retraite, pendant plus de 20 ans de services rendus, sans compter les 17 ans à la tête de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne. Autant de temps pour nouer des relations professionnelles ou amicales dans le milieu de la recherche rennaise et bretonne. Allain Gallicé et Chantal Reydellet ont en effet réussi à rassembler pas moins de 28 contributions, autant de preuves d’amitié, allant des collègues archivistes jusqu’aux plus jeunes des chercheurs. Ne nous y trompons pas, il s’agit là d’un recueil de « mélanges » qui fait se côtoyer des articles aussi variés qu’éloignés dans leur sujet ou leur thème choisi. Néanmoins, un principe simple et clair à la fois guide l’ouvrage et à l’avantage de lui donner une ligne directrice en rapport direct avec le métier d’archiviste. En effet, chaque contribution présente au public un document (textuel mais aussi visuel ou même multimédia) analysé finement ensuite par un historien. Ce livre séduisant a d’emblée le mérite d’interroger sur le rapport que l’historien ou l’archiviste entretient avec les documents (la « proie » de l’historien, comme disait M. Bloch). Pour reprendre à quelques mots près une formule de préface, il s’agit avant tout de concilier rigueur scientifique et intérêt personnel de l’archiviste (p. 5).

2Les premières contributions reviennent en détail sur des moments fondateurs de la carrière de l’archiviste, à l’image du texte de Jacques Charpy qui évoque les quatorze années de recherche d’un site pour les archives municipales de Saint-Malo, auxquelles Catherine Laurent mit un terme. Michel Maréchal revient ensuite sur ces journées de découverte qui font le charme du métier d’archiviste : celle d’un document inédit du xie siècle dans des registres d’une petite commune du département. Ce « frisson paléographique » (p. 55), C. Talabardon-Laurent a dû le connaître plus d’une fois. Et les auteurs de l’ouvrage ont aussi voulu faire part de ce sentiment avec leurs divers documents sortis des archives. Après que B. Merdrignac ait prévenu, non sans humour, de l’usage du faux dans la pratique de l’histoire, un grand nombre de documents sont analysés en détail par les auteurs. Nous n’en présentons ici que quelques-uns. Une réalité que nombre de chercheurs connaissent, les documents relatifs à un espace donné ou à un thème sont parfois disséminés dans de très nombreux centres d’archives. C’est le cas pour ces chartes des ducs de Bretagne conservées dans les archives de Burghley House (Lincolnshire) que Michael Jones a exhumées. Mais bien souvent, des documents exceptionnels restent encore inexploités, bien que sous nos yeux. Dans les dépôts d’archives de France et de Navarre, bien des documents attendent de sortir de leur carton. C’est ce que Philippe Hamon et Karine Pouessel illustrent bien en présentant un remarquable document qui, relatif à la localisation du Parlement de Bretagne en septembre 1560, restait conservé tout simplement dans les archives rennaises (p. 147-159). Parfois, la découverte est moins aisée et l’historien se mue en archéologue du manuscrit. Gauthier Aubert présente ainsi un document inédit sur la révolte du Papier timbré (1675), pour laquelle, croyait-on, on n’apporterait plus de documents nouveaux (p. 169-181). La lettre du procureur général au parlement de Bretagne à Colbert se trouvait dans le fonds Clairambault de la Bibliothèque nationale de France et n’était pas classée dans la correspondance de Colbert bien connue à la BnF. « Preuve, s’il était besoin, que les archives, mêmes publiques, recèlent encore des trésors à côté desquels les chercheurs les plus chevronnés peuvent passer, quand bien même d’excellents inventaires sont là pour les aider ». Que dire alors des archives privées, si difficiles d’accès, qui dorment dans telle ou telle armoire de châtelain ? Georges Provost en a fait l’expérience, mais a bénéficié de copies de poèmes bretons conservés aux archives du Finistère (p. 199-215).

3Si les manuscrits gardent dans ce volume une place importante, d’autres types de sources ne sont pas oubliés telles ces « archives de pierre » (entendez sculptures) du xvie siècle que présente Jean-Claude Meuret. Les dépôts d’archives regorgent également de pièces iconographiques trop peu connues du grand public, à l’image de la magnifique lithographie d’Alfred Guesdon représentant le port de Saint-Malo vers 1850, exhumée par Michel Renouard. Daniel Pichot présente quant à lui un portrait de l’historien du xve siècle Pierre Le Baud conservé à la BnF. Alain Croix fait la part belle à des documents trop peu utilisés par les historiens : les photographies. En effet, si l’auteur présente de beaux clichés de la fin du xixe siècle conservés au musée d’Orsay, l’accent est également porté sur ces innombrables photographies « qui dorment dans tant de cavernes d’Ali Baba ».

4Les documents présentés sont si divers qu’une réelle interrogation sur la notion même d’archives peut s’imposer au lecteur. Ainsi, on s’aperçoit que les noms de rues aussi ont des archives. C’est ce que révèle l’article de Bruno Isbled en présentant un document de 1726, dans lequel les origines des noms de rues rennaises sont dévoilées. Christiane Plessix Buisset rappelle également à quel point nombre de greniers français regorgent de trésors d’archives qui pourraient être déposées aux archives locales. En fouillant dans le passé familial, elle a découvert ainsi le destin bouleversant d’un instituteur alsacien refusant la nationalité allemande après 1871. L’exemple choisi par Jean Le Bihan illustre quant à lui une pièce d’archive issue… d’un archiviste du début du xixe siècle et peut inciter à entamer une histoire des archives et des archivistes.

5Tous les documents et articles des auteurs n’ont pas pu être présentés ici. Il reviendra au lecteur curieux d’aller y retrouver des documents inédits et expliqués par des spécialistes réunis autour d’un bel hommage. Catherine Laurent dispose désormais dans sa bibliothèque d’un document écrit, imprimé, et relié. Ce livre pourra lui apparaître comme une archive de sa carrière (parmi tant d’autres) mais surtout comme une archive de ses amitiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Rivault, « Talabardoneries ou échos d’archives offerts à Catherine Talabardon-Laurent », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 229-230.

Référence électronique

Antoine Rivault, « Talabardoneries ou échos d’archives offerts à Catherine Talabardon-Laurent », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2679

Haut de page

Auteur

Antoine Rivault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page