Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Historiens de l’Anjou

François Ploux
p. 226-229
Référence(s) :

Marais, Jean-Luc (dir.), Historiens de l’Anjou, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2012, 208 p.

Texte intégral

1Le colloque et l’exposition qui, en 2009, furent à l’origine de ce volume avaient pour objectif de sortir de l’ombre des historiens ayant travaillé en Anjou (et donc, à quelques exceptions près, sur l’Anjou). Les organisateurs n’affichaient pas l’ambition de présenter un panorama complet de l’historiographie angevine depuis l’Antiquité. Un tel projet aurait nécessité, on s’en doute, un investissement considérable. De là un certain nombre de lacunes, que Jean-Luc Marais signale d’emblée dans la présentation de l’ouvrage : l’érudition des xviie et xviiie siècles, la contribution plus tardive des vulgarisateurs ont, par exemple, été sacrifiées. Les quatorze chapitres du livre, ordonnés chronologiquement, n’en retracent pas moins les grandes étapes du développement de l’historiographie locale depuis ses origines. Trois chapitres portent sur un type de sources : sources antiques dans la contribution de Jean-Michel Cauneau ; récits hagiographiques des vie-xiie siècles dans celle de Damien Heurtebise ; enfin Noël-Yves Tonnerre s’intéresse aux sources angevines de l’histoire de la Bretagne (et par conséquent n’aborde pas directement l’histoire de l’Anjou). Les autres chapitres sont consacrés à quelques figures marquantes ou représentatives de l’historiographie locale. Mais peut-on qualifier d’« historiens » tous ces hommes qui, aux différentes époques, étudièrent l’histoire de l’Anjou ? C’est le problème que soulève Jacques Maillard à propos du « Journal de Louvet », un manuscrit du début du xviie siècle, bien connu des érudits locaux. La question mérite en effet d’être posée, en tout cas pour ce qui concerne les périodes caractérisées par une très faible spécialisation des activités intellectuelles. Comme le mettent en évidence plusieurs chapitres du livre, il s’agissait la plupart du temps de polygraphes, historiens certes, mais aussi, à l’image d’un François Grille (1782-1853), poètes ou dramaturges. Et au Moyen-Âge, observe Isabelle Mathieu, « se dire ou être dit historien marque davantage une activité qu’un état social ».

2Pour Isabelle Mathieu, la chronique d’Anjou de Jean de Bourdigné, publiée à Paris en 1529, constitue la première tentative d’écriture d’une histoire du territoire de la province saisi dans sa globalité. Ce texte met en outre en évidence trois dimensions essentielles du travail des historiens locaux. En premier lieu, l’intérêt des lettrés pour l’étude de l’histoire locale était l’expression d’une conscience provinciale, appelée d’ailleurs à s’affermir par la suite. Dans sa chronique, Jean de Bourdigné célébrait les beautés de sa petite patrie natale. Par ailleurs, ce clerc, qui s’adressait à la noblesse provinciale, s’efforçait de mettre en évidence tout ce qui rattachait l’Anjou au royaume de France. Il contribua enfin à l’élaboration d’une image régionale fondée sur quelques stéréotypes qui allaient constituer le socle d’un discours de caractérisation (il évoquait notamment « la fertilité, la doulceur et aménité du pays », la qualité de son vin, l’excellence de son université…) Ainsi que l’a par ailleurs montré François Guillet dans son travail sur la Normandie, les études historiques contribuèrent au cours des siècles à poser les fondements d’une identité provinciale. Les motivations des feudistes étudiés pas Cécile Masala étaient évidemment tout autres. Cependant, quelques décennies avant que les chartistes ne se mettent à l’ouvrage, ils procédèrent à un premier travail de tri et de classement des archives des seigneuries laïques.

3Cinq chapitres du volume portent sur le xixe siècle. Et l’on peut regretter que les contributions consacrées aux décennies post-révolutionnaires n’aient pas abordé de front la question essentielle des répercussions de la création du Maine-et-Loire sur la représentation du territoire et sur la pratique historienne (Marc Bergère évoque il est vrai ce problème, mais pour une période plus récente). Jean-Luc Marais s’est intéressé à Jean-François Bodin (1766-1829), un auteur très représentatif de son époque. La passion de cet ancien administrateur de district pour l’étude du passé procédait en partie du sentiment qu’il éprouvait d’avoir vécu une césure majeure dans le cours de l’histoire. Par ailleurs, comme beaucoup d’« antiquaires » du début du xixe siècle, c’est en s’intéressant à l’archéologie monumentale qu’il découvrit l’histoire (ce basculement, caractéristique de l’ensemble de la nébuleuse érudite, a fait l’objet d’une étude récente d’Odile Parsis-Barubé). Enfin Bodin affirmait vouloir écrire une histoire des peuples, et non des seuls hommes illustres, destinée au peuple. Quantité d’érudits provinciaux étaient persuadés, à l’image de Bodin, que l’histoire qu’ils pratiquaient, parce qu’elle était locale, et donc concrète, vivante, était davantage que toute autre susceptible de toucher un lectorat populaire, supposé insensible aux abstractions et aux généralisations de l’histoire nationale. Une même ambition pédagogique animait André Blordier-Langlois (1771-1848), historien de la ville d’Angers, dont Sylvain Bertoldi retrace le parcours insolite (avant d’être nommé sous-bibliothécaire, il fut successivement tisserand, fabriquant de mouchoirs puis instituteur). Comme la plupart des historiens de son temps, Blordier-Langlois entendait travailler à partir de documents originaux. Et ce n’est jamais sans émotion qu’il manipulait les vieux parchemins. François Grille, autre polygraphe, surtout connu pour avoir dirigé entre 1812 et 1830 le bureau des sciences et arts du ministère de l’Intérieur, était également convaincu de la nécessité d’exploiter des sources inédites. Toutefois sa rigueur, voire sa probité intellectuelle, ne tardèrent pas à être mises en cause. C’est qu’il existait désormais une organisation collective des études historiques. La cohésion de cette nébuleuse historiographique, dont le réseau des sociétés savantes formait l’armature, était en partie fondée sur l’adhésion de chacun à des principes de méthode. François Comte s’est penché sur les travaux de la commission archéologique du Maine-et-Loire, émanation de la société d’agriculture de ce département. Animée par des avocats, des magistrats, des ecclésiastiques, des conservateurs de bibliothèque, elle était censée dresser un inventaire monumental de l’Anjou. Mais elle s’orienta très vite vers la recherche historique pure.

4Tous ces érudits évoqués dans le recueil semblaient éprouver le même attachement à l’égard de leur petite patrie angevine (on peut encore mentionner, en illustration de cette tendance, l’historien choletais Auguste Amaury Gelluseau). Jean-Luc Marais raille le patriotisme local des ces « historiens de terroir », qu’il qualifie de naïf et de ridicule. Mais l’essentiel n’est-il pas d’essayer de comprendre ce qui pouvait motiver ce provincialisme des élites locales (on pense ici au beau travail que Pierre Yves Saunier a consacré à l’« esprit lyonnais », et aux enjeux sociaux du discours de caractérisation). Tel n’était pas, il est vrai, l’objet du livre. En revanche, on devine au fil des chapitres, que les historiens de l’Anjou contribuèrent de manière décisive à faire advenir une conscience provinciale, dont on peut se demander comment elle put s’accommoder des découpages introduits par les réformes de la Révolution.

5Avec le xixe siècle s’amorce une scission au sein du champ historiographique. À l’« érudit », c’est-à-dire à l’amateur, s’oppose désormais l’historien de profession. La création de l’École des chartes en 1821 – François Grille y prit une part active – marque une première étape dans cette dissociation qui ne s’achèvera pleinement qu’après 1870. Les archivistes du Maine-et-Loire ne se contentèrent pas de constituer les fonds conservés à Angers (une œuvre immense, qu’Élisabeth Verry expose en détail). Ils jouèrent également le rôle de médiateurs, acclimatant les amateurs aux principes de la critique. Le fait n’est pas mentionné, mais Jacques Levron, directeur des archives entre 1933 et 1954, rédigea par exemple un opuscule destiné aux auteurs de monographies communales. Mais l’École des chartes apporta également sa contribution à la connaissance de l’histoire de l’Anjou : Élisabeth Verry a recensé 51 thèses de fin d’études concernant la province. Elle a également identifié leurs auteurs et a pu établir que les élèves de l’École des chartes auteurs d’une thèse sur l’Anjou n’avaient qu’exceptionnellement des attaches dans cette province. Ainsi l’historien du local, dès lors qu’il est un professionnel, cesse d’être un historien local.

6L’article de Serge Chassagne est un inventaire un peu sec des principaux travaux universitaires consacrés à l’Anjou depuis les années 1950. Dans le dernier chapitre du livre, Marc Bergère, s’appuyant sur son expérience de la recherche en histoire contemporaine, aborde la question du choix de l’échelle spatiale, qui « a cessé d’être un impensé pour les historiens ». Les universitaires ont en effet rompu avec les conceptions anciennes des érudits ou des pédagogues, qui ne pensaient le local que dans une relation d’emboîtement avec le national : la monographie locale n’était qu’une pièce d’un grand puzzle. Il est désormais admis, du moins en principe, que le choix d’une échelle d’observation donnée est déterminé par des considérations heuristiques. Aucune focale ne se voit accorder de privilège particulier. Il est vrai qu’en France, le département – entité ni plus ni moins artificielle qu’une autre – continue d’être préféré à d’autres cadres. En tout cas, pour ce qui concerne l’histoire postérieure à 1790, le choix de la départementalisation se justifie pleinement dès lors que l’on s’attache à un niveau de la réalité sociale constitué ou informé par l’État (dans le cas des travaux de Marc Bergère, l’épuration, pour d’autres la politique). Par ailleurs, explique Marc Bergère, une ambition comparatiste sous-tend désormais l’approche monographique de l’histoire. Chose qui était totalement étrangère à l’érudition traditionnelle, celle des élites angevines, focalisée sur la mise en évidence des particularismes provinciaux (dont la France était censée être la parfaite synthèse). L’ultime chapitre du livre met donc clairement en évidence ce que l’avènement de la recherche universitaire a introduit comme changement dans la manière dont les historiens conçoivent l’étude des territoires locaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ploux, « Historiens de l’Anjou », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 226-229.

Référence électronique

François Ploux, « Historiens de l’Anjou », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://abpo.revues.org/2681

Haut de page

Auteur

François Ploux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page