Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Identités sportives et revendications régionales (XIXe-XXe siècles). Contribution des pratiques sportives à l’Europe des « petites patries »

Yvan Gastaut
p. 223-224
Référence(s) :

Stumpp, Sébastien, Jallat, Denis (dir.), Identités sportives et revendications régionales (xixe-xxe siècles). Contribution des pratiques sportives à l’Europe des « petites patries », Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Sports, cultures, sociétés », 2013, 160 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Sébastien Stumpp et Denis Jallat, maîtres de conférence, l’un à l’université de Picardie et l’autre à l’université de Strasbourg, propose une réflexion sur les relations entre sport et régionalisme à partir de quelques cas emblématiques en France, Belgique, Espagne ou Italie. Ce rapprochement fort judicieux atteste de la vitalité des recherches pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales en matière de sport et d’activités physiques. Ce champ de mieux en mieux balisé offre ainsi des angles d’approche inédits sur l’étude des « petites patries » (comme le souligne le sous-titre).

2Au diapason d’un certain regain d’intérêt pour des pratiques physiques très localisées comme en témoigne l’exposition au musée San Telmo de San Sebastian sur l’arrijazotsaileak, discipline de force propre au pays basque du « lever de pierre », dans le cadre de laquelle deux concurrents s’affrontent selon une codification précise, ou le succès du « pilou », sport de jonglage et d’échanges d’un volant entre adversaires propre à la région niçoise, les contributeurs de cet ouvrage analysent en profondeur et souvent sur le temps long, les interactions entre pratiques physiques sur les identités locales.

3Cet ouvrage, sans prétendre être une somme, offre de riches et nombreuses pistes de réflexion et livrent des connaissances précises sur les sujets traités, fruit d’un travail d’archive souvent fouillé. Les temporalités sont très variables en fonction des thèmes eux aussi très différents, abordant aussi bien les sports en général que certaines disciplines comme le football, le judo ou le gymnastique.

4Bien encadrées par une solide introduction qui prend le soin d’inscrire le propos dans un ensemble de travaux de référence ainsi qu’une conclusion prospective des directeurs d’ouvrage, les contributions s’apparentent à des études de cas. Ainsi, l’utilisation du sport par la Ligue du nord en Italie dans le but de définir une identité padane est étudiée par l’historien Sergio Giuntini. Il est intéressant de mettre en miroir l’étude de Didier Rey et de Xavier Pujadas sur le poids du sport pour définir les identités corse ou catalane.

5L’ouvrage montre également comment le sport peut jouer un rôle dans le cadre de conflits communautaires, comme le montre Haimo Groenen au sujet de l’implantation du judo en Belgique, tributaire du conflit entre Wallons et Flamands ou dans le cas alsacien très particulier de la période 1870-1918 étudié par les directeurs de l’ouvrage et Julien Fuchs.

6Aurélie Épron (auteur, en 2008, d’une thèse sur l’invention de la lutte bretonne) et Julien Fuchs, tous deux enseignants à l’université de Brest, s’attachent au cas du « gouren » des années trente aux années quatre-vingts comme vecteur d’exaltation de l’identité celtique. Les auteurs montrent comment cette « lutte bretonne » a été présentée comme un héritage ancestral du celtisme local et s’est apparentée à un folklore. Le « gouren » devient pendant l’entre-deux-guerres un « sport national breton » s’inventant des symboles (drapeau fédéral et serment des lutteurs) qui tournent le dos aux attaches françaises. Les auteurs évoquent avec pertinence comment la modernisation sportive du « gouren », devenue indispensable à partir des années soixante face aux autres sports de combat, se heurte à son « modèle identitaire ». Pratiquer le « gouren » s’apparentait souvent à un acte de militantisme : les auteurs évoquent le cas emblématique de Patrick Le Goarnic, brillant lutteur et héraut du régionalisme breton. L’étude nous plonge dans les différentes approches de ce sport aux cours des années soixante entre « Falsab » voyant la lutte comme un folklore intangible et « Brug-bag », moins radical, défendant une vision davantage sportive inscrite dans le giron de la fédération française de lutte, correspondant à différentes vision de l’identité bretonne.

7Entre analyse d’inventions de tradition (le sport comme héritage culturel) et de pratiques bien ancrées dans la vie locale (le sport comme compétition), cet ouvrage constitue une riche contribution à une histoire régionale comparée, montrant comment le sport a pu contribuer et contribue encore aujourd’hui à modeler les identités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvan Gastaut, « Identités sportives et revendications régionales (XIXe-XXe siècles). Contribution des pratiques sportives à l’Europe des « petites patries » », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 223-224.

Référence électronique

Yvan Gastaut, « Identités sportives et revendications régionales (XIXe-XXe siècles). Contribution des pratiques sportives à l’Europe des « petites patries » », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2684

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page