Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dictionnaire de la mer et des côtes

Emmanuelle Charpentier
p. 221-223
Référence(s) :

Miossec, Alain (dir.), Dictionnaire de la mer et des côtes, Rennes, PUR, 2012, 550 p.

Texte intégral

1Il est rare qu’un ouvrage de géographie fasse l’objet d’une recension dans les Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest; on se souvient qu’en 1995, Alain Croix et Nicole Croix-Bedos avaient écrit une « note critique » à propos de Géographie et aménagement de la Bretagne, publié en 1994 aux Éditions Skol Vreizh sous la direction de Pierre-Yves Le Rhun et Jean-René Le Quéau. Près de vingt ans plus tard, le compte-rendu d’un nouvel ouvrage s’impose, celui du Dictionnaire de la mer et des côtes dont Alain Miossec est l’initiateur et le maître d’œuvre. Géographe spécialiste des littoraux, celui-ci a consacré de nombreux articles et ouvrages aux questions de l’érosion marine, la protection de l’espace littoral et la gestion des zones côtières. Il est aussi l’auteur d’une synthèse bien connue, Les littoraux entre nature et aménagement, dont la troisième édition fut publiée en 2004 chez Armand Colin. Afin de réaliser ce dictionnaire de 550 pages, il s’est entouré de plusieurs géographes parmi lesquels Nicolas Bernard (géographie du tourisme et des loisirs), Céline Chadenas (spécialiste de la pression humaine sur les littoraux), Jean-René Couliou (spécialiste de la pêche et des ports bretons), Jean Debrie (géographie des transports et des réseaux, villes portuaires), Marie Douet (économie des transports), Antoine Frémont (spécialiste du transport maritime et des systèmes de transport de marchandises), Yannick Lageat (géomorphologie) et Françoise Péron (îles et patrimoine maritime). Un historien, André Lespagnol (spécialiste d’histoire maritime), un histopathologiste, Jean-Pierre Joly, ainsi qu’un chercheur à l’ifremer et spécialiste en environnement littoral, Laurence Miossec, ont également intégré cette équipe pluridisciplinaire. Il faut dire que le défi était d’ampleur car le maître mot de l’ouvrage est de faire ressortir la grande diversité des littoraux, bien souvent masquée par une uniformisation trompeuse. Ce dictionnaire s’inscrit donc résolument dans le monde contemporain dont le fait majeur demeure la mondialisation. Il fournit nombre de synthèses s’appuyant sur des faits récents et qui font état des dernières avancées de la recherche. Il répond également à l’autre objectif que lui avait assigné Alain Miossec : fournir une définition claire des termes et des concepts en lien avec le littoral et la mer, souvent flous ou galvaudés. Il s’agissait de combler une lacune : proposer un ouvrage géographique qui trouverait sa place aux côtés du Dictionnaire d’histoire maritime réalisé sous la direction de Michel Vergé-Franceschi (Robert Laffont, 2002) et du Dictionnaire amoureux de la mer et de l’aventure de Jean-François Deniau (Plon, 2002). C’est chose faite d’autant que les auteurs font preuve de pédagogie : ils s’adressent à un large public, chercheurs de toutes disciplines ayant le littoral et la mer dans leur champ d’étude, passionnés de la chose maritime ou citoyens concernés par l’évolution de leur territoire. Ce souci émaille les 64 pages de photographies couleur réparties en deux cahiers, illustrant chacune un phénomène décrit dans l’ouvrage, sans toutefois qu’il y ait de renvoi précis aux notices concernées et vice-versa. Une table des illustrations, placée à la fin du dictionnaire, aurait permis de les mettre davantage en valeur. S’y ajoutent trois figures, un schéma et deux cartes, dont la petite taille ne facilite pas la lecture. Signalons qu’au début du livre se trouve une liste des sigles utilisés, bien utile pour disposer rapidement de leur signification.

2Le dictionnaire brasse large avec près de mille notices, d’« aber » à « zoonose », certaines de quelques lignes, d’autres s’étalant sur plusieurs pages. Les auteurs exposent clairement les faits, sans parti pris mais sans éclipser non plus les débats en cours ou les difficultés rencontrées pour définir tel ou tel terme (« Éco-labellisation », « Île », « Insularité »). Chaque notice comporte des renvois vers des thèmes proches mais ne fournit pas d’indications bibliographiques : il faut se reporter à la fin de l’ouvrage pour en disposer. Tous les thèmes en lien avec la mer et les littoraux sont abordés de façon exhaustive, c’est là que réside la richesse de ce dictionnaire. Les notices consacrées à l’histoire reprennent la question du rapport à la mer sur la longue durée (« Thalassocratie », « Côtes barbares », « Territoire du vide », « Ordonnance de la Marine », « Peuple de l’Océan »), abordent le chapitre de la guerre et de la stratégie navale (« Combat naval », « (la) Royale », « Mahan », « Mur de l’Atlantique ») sans oublier d’évoquer les « Traites négrières (atlantiques) ». L’amateur d’histoire sera peut-être un peu déçu par des développements parfois succincts, en ce qui concerne par exemple le « Commerce triangulaire » ou le « Proëlla », mais rappelons qu’il s’agit avant tout d’un dictionnaire géographique. Son premier apport est de fournir des définitions claires en matière de géographie physique, ne serait-ce que les mots « Côte », « Estran », « Marais maritime » ou « Mousson ». La présentation des activités générées par la mer et les littoraux donne lieu à des développements passionnants : exploitation des ressources maritimes (les différents types de pêches, « Cétacés », « Goémon », « CIEM »), tourisme balnéaire (« Station balnéaire »), industrie (« Zone industrialo-portuaire »), flux et transports (« Conteneurisation », « Boat people », « Pétrolier », « Cabotage »), urbanisation (« Cabanisation »). Activités qui génèrent des conflits (« Littoralisation des activités et des hommes », les « Conflits d’occupation de l’espace littoral ») et qui créent ou augmentent les risques (« Catastrophe », « Tsunami », « Erika », « Xynthia », « Marée verte », « Écoréfugiés »). L’ouvrage permet aussi d’appréhender la politique d’aménagement du territoire menée en France et de mesurer son évolution et ses à-coups du « Domaine public maritime » à la « Loi Littoral ». Il rappelle le rôle des rapports Bonnot et Piquard dans la construction d’une « politique du littoral et de la mer ». Il met en avant l’apparition de nouvelles préoccupations telles que le développement durable à l’échelle mondiale et sa mise en œuvre en France et ailleurs (« Agenda 21 », « Grenelle de la mer », « Coastal Management Act », « Gestion intégrée des zones côtières ») sans oublier ses acteurs comme « Greenpeace » ou « WWF ». Des notices très intéressantes sont consacrées à l’émergence du patrimoine maritime en France et à l’engouement qu’il suscite (« Fêtes du patrimoine maritime », « vieux gréement »). D’autres sont plus surprenantes mais s’intègrent bien au projet en englobant ce qui a trait à la culture, à l’art ou la littérature (« Peintre de la marine », « Écrivains de la mer », « Nautilus », « Robinsonnade », « Cuisine(s) de la mer »).

3En dépit de quelques oublis (littoral, marin, agriculture littorale, voire la ceinture dorée bretonne), ce dictionnaire se lit avec intérêt au hasard des notices ou pour rechercher un terme précis. Il jongle entre les échelles d’analyse et au-delà de satisfaire la curiosité du lecteur, il stimule sa réflexion. C’est pourquoi il s’adresse à tous les passionnés de « la mer et des côtes », historiens ou non.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Charpentier, « Dictionnaire de la mer et des côtes », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 221-223.

Référence électronique

Emmanuelle Charpentier, « Dictionnaire de la mer et des côtes », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2688

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Charpentier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page