Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Parachutages politiques en Bretagne

Jean-François Tanguy
p. 219-221
Référence(s) :

Guiffan, Jean, Parachutages politiques en Bretagne, Dinan, Terre de Brume, 2012, 256 p.

Texte intégral

1Voilà un livre traitant d’un sujet très original, alors même que le concept est évoqué pratiquement chaque jour dans la presse politique, du moins en périodes d’élections, périodes relativement fréquentes en France. Mais, curieusement, il ne semble pas avoir beaucoup intéressé les auteurs, tant journalistes que politistes ou historiens, comme s’il avait peu d’importance et constituait une composante relativement peu flatteuse mais inévitable des procédures démocratiques électorales. Il n’existe guère, à notre connaissance, d’étude antérieure que celle de Bernard Dolez et Michel Hastings (Le parachutage politique, Paris, L’Harmattan, 2003). D’où l’intérêt du présent ouvrage. Certes, il se limite géographiquement à la seule Bretagne, mais on ne voit pas en quoi la Bretagne serait la terre bénie du parachutage. Le Limousin, la Savoie, la Picardie voire… Paris ont dû faire l’objet de « parachutages » au moins aussi nombreux, toutes choses égales par ailleurs et notamment le chiffre des populations.

2L’ouvrage se divise en trois parties. Les deux premières sont chronologiques. La plus courte est consacrée à la Troisième République, la seconde, beaucoup plus longue, aux élections postérieures à 1945. Dans chacune de ces deux parties, le classement se fait par famille politique d’abord, en y ajoutant quelques cas plus difficilement classables. Dans la partie consacrée à la Troisième République, le classement est organisé entre droite et gauche (au sens général), mais en distinguant comme une espèce à part le cas des évêques, autres ecclésiastiques et chefs du parti catholique « parachutés ». Pour l’après 45, l’auteur distingue parachutages gaullistes et apparentés, différenciés selon les époques, d’extrême droite, socialistes, d’extrême gauche, écologistes, « marginaux ». Enfin, dans la troisième partie, Jean Guiffan recense des cas variés et spécifiques, comme ceux des « parachutés » insistant sur leur naissance bretonne, les « parachutages de proximité » (en sont-ils vraiment ?), les parachutages « extérieurs » de Bretons envoyés au loin, enfin, les parachutages qui ont échoué avant même d’être soumis au verdict des électeurs.

3À l’intérieur de chacun de ces grands chapitres, l’exposé se présente sous la forme d’une série de fiches, décrivant plus ou moins en détail (certaines sont très courtes, d’autres très complètes) l’identité du « parachuté », l’origine et les raisons de l’opération, la campagne électorale, l’attitude de la presse, du public ou des élus locaux « bousculés », les résultats, les suites, proches ou lointaines.

4Ces différences de traitement rendent donc ces « fiches » plus ou moins intéressantes. Les plus détaillées sont évidemment dans le premier cas, d’autant plus qu’elles n’excèdent pas sept à huit pages pour les plus longues. Ainsi en est-il de la fiche très détaillée concernant Albert de Mun. Les réussites et les échecs (il y en a eu) du chef du parti catholique, sa stratégie, sa tactique, la mise en valeur de son ascendance bretonne, l’utilisation de la langue celtique dans sa campagne, les arguments opposés à des adversaires royalistes tout aussi qualifiés que lui et plus « locaux » (Audren de Kerdrel, le comte de Guébriant), tout cela est bien mis en valeur. On pourrait en dire autant de la fiche, plus courte, qui concerne l’évêque d’Angers, grand orateur de la chambre des députés, Mgr Freppel.

5Les cas de Raymond Marcellin, « parachuté » dès la IVe République, et qui deviendra le maître d’un extraordinaire réseau de conseillers généraux, maires, notables locaux, syndicalistes paysans, tenant la ville de Vannes et le Morbihan, usant de tous ses relais parisiens et de sa position de ministre, de la Santé puis de l’Intérieur (très musclé) après Mai 68, est également fort bien décrit et expliqué, alors même que l’homme partait pratiquement (il faut même enlever « pratiquement ») de zéro en tant qu’élu politique local ou à prétentions locales. Plus tardives, les figures d’Yvon Bourges, Olivier Guichard, Alain Madelin font l’objet de mises au point précises. Il est d’ailleurs sain de marquer que la réussite n’est pas obligatoirement au bout du parachutage et que les atterrissages rudes, avec fractures de gravité variée, ne sont pas inconnus : le cas de Pierre Messmer qui, battu à Lorient en 1967, préférera se replier sur la Moselle.

6Les parachutages non gaullistes, dans une France largement dominée par le parti du général, sont plus divers et offrent beaucoup moins de figures de grande réussite, que ce soit dans la droite antigaulliste, à l’extrême droite, chez les socialistes ou chez les communistes. Chez les socialistes, les candidats locaux font souvent de la résistance victorieuse, comme en témoigne la défaite de Chantal Perez face à Jean Giovanelli à Hennebont en 1981. D’ailleurs, pourrait-on ajouter, ce que l’ouvrage ne souligne pas vraiment, la conquête progressive et presque générale de la Bretagne par une gauche qui fait figure de rouleau compresseur à partir des municipales de 1977, conquête qui aboutit à en faire la région la plus « rose » de France au début des années 2000, s’appuiera presque exclusivement sur des candidats vraiment locaux, à tous les niveaux, et non sur des « parachutés ».

7La dernière partie de l’ouvrage passe en revue des cas spécifiques sans grand rapport les uns avec les autres : parachutés vantant leur naissance bretonne, parachutés « de proximité », c’est-à-dire changeant de circonscription sans aller très loin, Bretons ayant au contraire choisi un terrain d’atterrissage extérieur, de Jules Simon et Waldeck-Rousseau à Charles Tillon et Yves Cochet, enfin parachutages avortés (le candidat n’a pas sauté le pas…), tel Michel Rocard renonçant à la mairie de Nantes en 1976.

8Au total, l’ouvrage est intéressant et fournit une mine d’informations. Chaque cas fait l’objet d’un éclairage convaincant. De plus, le livre comprend de nombreuses illustrations, textuelles ou graphiques, extraits de presse, reproductions de caricatures d’époque, de professions de foi, d’affiches électorales du plus grand intérêt, dont certaines sont de véritables perles, tel le tract diffusé à Dinard en février 1989 avant les élections municipales et dans lequel Yvon Bourges était censé s’exprimer (« Les Dinardais m’ayant accueilli à bras ouverts […] j’en ai conclu que j’avais affaire à de parfaits imbéciles […]. Faites-moi confiance ainsi qu’à ma nouvelle équipe de pieds nickelés récemment constituée […] ») et ce, peu de jours avant sa défaite qui marquera la fin irrévocable d’un long parachutage. Sans compter, outre ces documents d’époque, des dizaines de dessins souvent drôles, signés Nono (Joël Auvin), qui a laissé des volumes entiers de ses spirituels croquis dans la presse bretonne (Ouest-France, Le Télégramme et autres) depuis quarante ans.

9Dira-t-on que la méthode utilisée laisse quand même quelques regrets ? Le système des fiches juxtaposées a ses qualités et ses défauts. Encore, ici, aucun présupposé systématique ne vient-il polluer de manière gênante l’exposé des faits, ce qui était le cas de l’ouvrage de Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l’Occupation (Paris, Albin Michel, 2001), à la lecture duquel un sujet non prévenu aurait pu conclure que les dreyfusards, enfin, ceux qui restaient toujours vivants, étaient tous devenus sans exception des collaborateurs enragés, voire les seuls collaborateurs « vrais ». Le propos ne souffre pas ici d’un tel biais, mais on peut quand même regretter que la notion de parachutage ne fasse l’objet, même pas en introduction ni en conclusion, d’une analyse au moins sommaire, que les critères de réussite ou d’échec ne soient pas analysés avec plus de soin, qu’au bout du compte, le parachutage en tant que composante de la démocratie parlementaire ne soit guère mieux éclairé quand on referme l’ouvrage. Mais les éléments sont là qui permettront au lecteur de se faire une religion lui-même, éventuellement par la mise en perspective des faits très éclairants exposés dans l’ouvrage avec des travaux de nature différente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tanguy, « Parachutages politiques en Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 219-221.

Référence électronique

Jean-François Tanguy, « Parachutages politiques en Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2690

Haut de page

Auteur

Jean-François Tanguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page