Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940)

Jacqueline Sainclivier
p. 215-217
Référence(s) :

Tison, Stéphane, Comment sortir de la guerre? Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940), Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2011, 423 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage issu d’une thèse soutenue en 2002, remaniée et mise à jour pour sa publication, traite de l’évolution des représentations de la guerre et de la mort. Elles sont au cœur de ce travail, afin de comprendre la construction de la mémoire, le rapport entre deuil collectif et deuil privé, entre imaginaire individuel et imaginaire collectif. L’étude repose exclusivement sur la comparaison entre deux départements : la Sarthe et la Marne.

2Cette comparaison prend en compte deux guerres : la guerre franco-prussienne/allemande de 1870-1871 et la guerre mondiale de 1914-1918. Les deux sorties de guerre sont différentes puisque l’une succède à une défaite et l’autre à une victoire au prix humain très lourd. A priori, cette double comparaison est surprenante, Stéphane Tison justifie le choix de ces deux départements parce qu’ils connaissent la même situation mais inversée, la Sarthe étant champ de bataille en 1870-1871 mais pas la Marne et celle-ci étant champ de bataille en 14-18 alors que la Sarthe est un département de l’arrière (p. 18). Toutefois, la durée pendant laquelle ces départements sont des champs de bataille, n’est pas équivalente ; c’est une des limites de cette comparaison.

3L’ouvrage est divisé en trois parties thématiques. La première est centrée sur le traumatisme de la mort de masse et la personnalisation progressive du deuil. Les commémorations et la monumentalisation sont au cœur de la seconde partie tandis que la dernière revient sur l’interface « guerre-paix » telle qu’elle s’exprime à travers les rites et les mots.

4Travailler sur le traumatisme né de la guerre implique d’appréhender le bilan humain, généralement très difficile à établir au sortir des guerres. Malgré des sources incomplètes, l’auteur s’intéresse à la manière dont la population en a connaissance et s’efforce de faire le point sur les pertes militaires dans les deux départements ; il insiste de ce fait sur celles du monde paysan, mais il aurait pu nuancer son propos. Ainsi, si les ouvriers et les ingénieurs sont souvent renvoyés dans les usines, il n’en est pas de même des autres catégories instruites qui, sous-officiers ou officiers subalternes, ont connu des pertes proportionnellement élevées (souvent, ils sortaient les premiers des tranchées…). Les difficultés pour comptabiliser les pertes civiles sont encore accrues dans la Marne en 14-18 avec les mouvements de population civile dus au front qui traverse le département et aux bombardements de l’artillerie mais aussi de l’aviation, ce qui, par sa nouveauté, accroît le traumatisme.

5L’une des originalités du travail de Stéphane Tison, l’apport le plus neuf est de présenter ce qu’il appelle « la démobilisation des Morts pour la France », phénomène peu connu mais signe d’un changement de relation au corps de la personne décédée. Pendant les guerres napoléoniennes, la fosse commune était la règle générale, sauf pour les maréchaux et généraux ; en 1870-1871, la sépulture individuelle reste rare mais tend à s’étendre à l’élite sociale. La nouveauté en 1914-1918 est que l’État est confronté à la volonté des familles de rapatrier le corps dans sa petite patrie. Il en tient compte et prend en charge ces rapatriements avec l’instauration d’un rite de passage entre la sphère publique et la sphère privée. Par sphère privée, l’auteur entend certes la famille, le village, mais aussi le cercle professionnel ou scolaire. Ce sont ces différents cercles qui permettent une évocation plus personnelle du défunt, une réappropriation. Dans la sphère privée existent parfois des formes de « monumentalisation » : une photo du défunt avec ses décorations, des objets portés par le soldat lors de sa mort aident aussi à une transmission familiale.

6La seconde partie, plus classique, concerne les monuments aux morts des deux guerres : les uns commémorent la « glorieuse défaite », les autres la victoire et, plus encore, l’hécatombe de masse. Ces monuments sont de nature différente : régimentaires (surtout en 1870-71), communaux, nationaux. Certains sont plus spécifiques, comme celui dédié aux soldats de l’armée noire : les troupes coloniales n’ont pas été oubliées, contrairement à ce que l’on affirme trop souvent. Ces monuments, pour l’auteur, ont quatre fonctions : transactionnelle c’est-à-dire qu’ils jouent un rôle de médiation entre la guerre et la vie civile, paradigmatique par l’héroïsation, une fonction d’anamnèse et une fonction religieuse, au sens large (p. 235).

7L’interface entre la violence et la mémoire via les rites et les mots, et le modèle du citoyen-soldat sont abordés dans la dernière partie. L’évolution du mouvement commémoratif entre 1871 et 1914 puis entre 1919 et 1939 saisit la relation à l’ennemi, à la paix ou/et à la guerre. Après la défaite de 1871, on assiste à un creux commémoratif entre 1873 et 1890/95, puis la République s’affirme en développant l’image du soldat-citoyen (p. 241). Après 1918, l’écart entre la guerre imaginée avant 1914 et la situation en 1918 est tel que la stupeur, le refoulement, la haine se mêlent et font que la démobilisation des morts pour la France, les commémorations aident à canaliser ces sentiments. À partir du milieu des années vingt, le discours guerrier décline au profit d’un discours condamnant la guerre et appelant à une paix définitive avec l’expression « Der des Der » (p. 332) ; il est certain cependant que tous les anciens combattants et leurs familles ne partagent pas ces points de vue. Globalement, les discours deviennent plus pacifiques, – et pas nécessairement pacifistes (p. 381) –, avec dans les années trente une conscience des menaces croissantes mais sans vouloir publiquement en tirer les conséquences. Quelques incursions hors des deux départements analysés (des études existent, dispersées certes mais accessibles) auraient permis de mieux situer leur éventuelle originalité à divers moments dont novembre 1938. Si le dernier chapitre évoque l’usage des représentations des guerres passées lors des nouvelles entrées en guerre, en particulier pour 1914, le lecteur reste sur sa faim pour 1939. Cet ultime chapitre est suivi d’un épilogue de quatre pages « Revenir à la vie » qui n’apporte guère.

8Le cahier de photographies permet de visualiser monuments ou cérémonies évoqués par l’auteur mais, malheureusement, les notes n’y renvoient pas. Si les graphiques intégrés dans le texte sont les bienvenus, en revanche les deux schémas proposés aux lecteurs à la fin des chapitres 9 et 11 auraient mérité quelque explication.

9L’essentiel est ailleurs. Une double interrogation sur les sorties de guerre et le rôle des commémorations, des rites de deuil, est constamment présente. La comparaison des sorties de guerre de deux départements ayant un sort à la fois différent et semblable en 1870-71 et 1914-1918 montre les similitudes concernant le traumatisme, la mémoire engendrés par ces guerres mais aussi des différences empêchant une vision unie, uniforme, du choc provoqué par ces guerres. Cette diversité des sorties de guerre, l’évolution des représentations de la mort entre 1871 et 1938 sont l’apport le plus neuf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Sainclivier, « Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 215-217.

Référence électronique

Jacqueline Sainclivier, « Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/2695

Haut de page

Auteur

Jacqueline Sainclivier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page