Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Quand les cours d’eau débordent. Les inondations dans le bassin de la Vilaine du XVIIIesiècle à nos jours

Sklaerenn Scuiller
p. 213-215
Référence(s) :

Dupont, Nadia, Quand les cours d’eau débordent. Les inondations dans le bassin de la Vilaine du xviiie siècle à nos jours, Rennes, PUR, coll. « Espaces et territoires », 2012, 267 p.

Texte intégral

1Fruit d’une collaboration entre spécialistes de nombreuses disciplines, géographes, historiens, sociologues, économistes et psychosociologues, l’ouvrage de la géographe Nadia Dupont est, à n’en pas douter, inédit et atypique. En effet, dans une région, la Bretagne, où les enjeux autour de la gestion de l’eau portent prioritairement sur sa qualité, les questionnements sur le ressenti des inondations vont à contre-courant des problématiques actuelles. Aussi, la récente prise de conscience de l’absence de compréhension des inondations à l’échelle de la Bretagne a donné lieu à une enquête sur laquelle s’appuie l’auteur pour étudier les perceptions des inondations dans différentes communes du bassin versant de la Vilaine, du xviiie siècle jusqu’à nos jours. L’objectif de ce travail pluridisciplinaire est de saisir l’appréciation des acteurs concernés par cet aléa fréquent, en mettant les habitants des communes touchées au cœur de l’analyse. Dès lors, l’étude s’appuie sur trois points : l’expérience de l’inondation, sa mémorisation et sa gestion. Le choix de ce bassin comme objet d’étude présente un double intérêt. Celui-ci est en effet une entité géographique qui a subi des inondations exceptionnelles ces dernières décennies ; elles ont touché de nombreux secteurs urbanisés dans les communes périphériques de Rennes et le long de la Vilaine. De plus, ce bassin versant est un cadre de gestion de l’eau. Créé en 1961 avec pour objectif unique d’aménager le fleuve, l’Institut d’aménagement de la Vilaine a pour mission, depuis 2007, « la gestion intégrée de l’eau sur le bassin » (p. 7). L’établissement veille désormais à la gestion cohérente d’un espace de 11 000 km² comprenant la Vilaine et ses affluents.

2L’auteur débute son étude par l’identification de la menace du risque d’inondation. Après un rappel des composantes physiques du bassin et de son urbanisation, Nadia Dupont focalise son étude à deux communes de l’agglomération rennaise – Bruz et Montfort-sur-Meu, enjeux majeurs du bassin versant –, sur lesquelles portait l’enquête déjà mentionnée. Avec le soin de toujours expliquer sa démarche et ses sources, Nadia Dupont établit une chronologie des inondations depuis le xviiie siècle, avant de consacrer des pages stimulantes aux victimes et à leur vulnérabilité face à ces événements. Si, jusqu’au milieu des années 1850, la géographie des inondations épousait parfaitement celle de la ségrégation sociale, les victimes appartiennent aujourd’hui à des catégories socioprofessionnelles variées. Habiter près du fleuve n’est plus un signe de paupérisation ou d’une activité économique spécifique. Les bâtiments inondés sont tout autant des maisons « de standing » (p. 55) que des habitations plus modestes. À ce sujet, l’analyse des pertes liées aux inondations est éclairante et montre la diminution progressive de la vulnérabilité des populations vivant près du fleuve. Tout en dépassant, en valeur, les pertes d’il y a deux siècles, les dégâts occasionnés par l’inondation ne remettent dorénavant plus en cause la vie ou l’activité des familles. Leur vulnérabilité est désormais purement matérielle et leurs pertes indemnisées.

3Dans une deuxième partie, Nadia Dupont insiste sur les différentes manières d’expliquer les inondations. La parole est donnée aux acteurs présents sur le terrain, celle des habitants étant au cœur du développement. Les témoignages recueillis attestent de la pluralité des facteurs, dont la hiérarchie varie selon les communes. Les causalités anthropique et naturelle sont évoquées par les victimes. L’auteur démontre que l’inondation, au xviiie siècle, est avant tout perçue comme un phénomène naturel, associé à une pluviométrie exceptionnelle. Pour autant, les habitants comme les autorités ne pensent pas qu’il faille laisser la Vilaine à son fonctionnement naturel. Son lit comme ses abords doivent être entretenus, principalement pour assurer la navigabilité du fleuve, plus tardivement dans une perspective de loisirs. Quoi qu’il en soit, la question de la protection des zones habitées n’est pas une préoccupation du temps. Cette perception, toujours présente, s’estompe néanmoins dans les dernières décennies du xixe siècle. L’inondation est ressentie comme un phénomène dont la fréquence s’accroît. Accusées de modifier l’écoulement de l’eau dans le bassin versant, l’urbanisation et les pratiques agricoles intègrent le cœur du débat. Le problème de la surveillance des cours d’eau, de leur entretien et de la diffusion des alertes à l’inondation est aussi soulevé. Nadia Dupont s’attache particulièrement à l’étude de la croissance de l’espace urbain rennais et des différentes communes situées le long de la Vilaine au cours des trois siècles observés. À l’aide de cartes postales anciennes et de photographies aériennes, elle décrit avec précision la progressive occupation de l’espace inondable. La recherche des causes des inondations conduit naturellement l’auteur à la question des responsabilités. Celles-ci varient dans le temps et sont portées par tous les acteurs, élus locaux comme habitants. Plus récemment, les agriculteurs ont été l’objet d’accusations appuyées. La destruction du bocage et la détérioration de la qualité de l’eau engendrent un « climat de suspicion » (p. 141) autour de la profession. Au terme de cette seconde partie, Nadia Dupont revient sur la perception de l’inondation par les riverains et les acteurs institutionnels. Ces quelques pages, qui pourront paraître redondantes à l’égard de celles qui précèdent, mettent toutefois en évidence la différence de regard que les individus portent sur les causes des inondations, selon qu’ils sont établis dans une commune d’urbanisation ancienne ou récemment galopante. En tout état de cause, les habitants s’adaptent au phénomène mais demandent également des actions de protection.

4La troisième partie se concentre sur la gestion du risque et notamment sur les actions de prévention menées entre les crises. L’auteur commence par analyser la connaissance du risque d’inondation et la transmission d’une mémoire, d’une « culture du risque » (p. 159). Tous les acteurs concernés par l’inondation, des victimes aux services de l’État en passant par les médias, sont interrogés. Une place est notamment consacrée à la faiblesse des documents « d’expertise », qui perdure durant toute la première moitié du xxe siècle, et à l’ignorance des réglementations. Pourtant, l’action de l’État dans ce domaine, n’a cessé de progresser depuis le xviiie siècle et le Traité de police de Nicolas de La Mare. Les règlements ont évolué dans leur contenu. Ciblés jusqu’aux années 1970 sur la protection des zones habitées, ils s’orientent à l’heure actuelle vers une politique de contrainte en matière d’urbanisation. Il s’agit de réduire la vulnérabilité des populations face à l’événement. Les règlements portent sur le bâti, l’implantation des activités économiques ou encore les réseaux de communication. Depuis le xixe siècle, ces derniers s’accompagnent d’aménagements afin de protéger les zones habitées vulnérables. Au-delà de ces mesures, la prévision est un second mode d’action mis en place afin de mieux gérer les crises. Une surveillance individuelle des cours d’eau, à laquelle s’ajoutent des alertes prises en charges par les services de l’État, – le Service d’annonce des crues puis le Service des Ponts et Chaussées –, permet de déclencher des modalités de protection pour les personnes et es biens. Enfin, les actions menées pendant la crise sont diverses. L’auteur fait ici le choix de ne pas aborder la gestion de la crise en tant que telle mais l’appréciation de cette gestion par les victimes de l’inondation. Elle met notamment l’accent sur les solidarités locales et l’entraide, souvent limitées à l’échelle du quartier. Les aides financières, d’abord sous forme de dons et de souscriptions, sont quant à elles systématisées et prises en charge par les assurances depuis la loi du 13 juillet 1982. La gestion de l’inondation est aussi abordée sous l’angle des jeux de pouvoirs qu’elle révèle. Si les États de Bretagne ont peiné à mettre en place le fonds de secours exigé par l’intendance au xviiie siècle, les années 1880 ont vu le maire de Rennes s’opposer au pouvoir central, accusé de retarder les travaux de protection des zones urbanisées. Aujourd’hui, le triptyque conflictuel habitants-élus locaux-services de l’État demeure et porte principalement sur l’application locale d’un cadre réglementaire dessiné à l’échelle nationale. Entre ces acteurs, l’expert, par son rôle de « producteur d’une connaissance » (p. 156) et sa possible influence sur les modalités de la gestion du risque, est devenu un personnage incontournable lors des inondations.

5Au terme de cette étude où le géographe non averti trouvera sans doute quelques longueurs à la présentation minutieuse du bassin versant, on émettra quelques regrets. Si le titre de l’ouvrage laisse penser que l’étude porte sur le bassin de la Vilaine, elle se concentre en réalité exclusivement ou presque sur Rennes et sa périphérie. On aurait aimé que l’enquête soit étendue à d’autres villes situées plus en aval, notamment Redon. Située à la confluence de l’Oust et de la Vilaine, la ville domine une zone de marais où, au xviiie siècle notamment, l’homme a su tirer parti de la submersion des terres pour développer un système agricole original, encore observé au xxe siècle. Il aurait été intéressant de voir si cette relation particulière à l’inondation perdure et si la perception des riverains diffère de celle des populations des communes situées plus en amont. Ces quelques réserves ne sauraient toutefois ternir les nombreux apports d’un ouvrage également riche en illustrations. Les plans du xviiie siècle y côtoient les photographies anciennes et contemporaines, tandis que les graphiques, doublés d’un important travail de cartographie, appuient la démonstration. L’étude de Nadia Dupont est donc un travail d’une originalité certaine et un encouragement à la pluridisciplinarité des analyses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sklaerenn Scuiller, « Quand les cours d’eau débordent. Les inondations dans le bassin de la Vilaine du XVIIIesiècle à nos jours », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 213-215.

Référence électronique

Sklaerenn Scuiller, « Quand les cours d’eau débordent. Les inondations dans le bassin de la Vilaine du XVIIIesiècle à nos jours », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://abpo.revues.org/2697

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page