Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Duguay-Trouin, armateur malouin, corsaire brestois

Caroline Le Mao
p. 205-206
Référence(s) :

Nerzic, Jean-Yves, Duguay-Trouin, armateur malouin, corsaire brestois, Milon-la-Chapelle, Éditions H&D, 2012, 560 p.

Texte intégral

1Alors même que paraissent le Dictionnaire des corsaires et pirates, dirigé par Gilbert Buti et Philippe Hrodej, et le Jean Bart de Patrick Villiers, Jean-Yves Nerzic s’attache à la personnalité de Duguay-Trouin, armateur malouin et corsaire brestois, ainsi que se plaît à le rappeler la seconde partie du titre de son livre. Né à Saint-Malo en 1673, René Trouin fait carrière sur mer à la faveur des guerres du règne de Louis XIV, tout particulièrement la guerre de la ligue d’Augsbourg et celle de succession d’Espagne, qui font la part belle à la course. De lui, l’histoire retient le héros de Rio de Janeiro, popularisé par les chansons de matelots.

2Le propos de Jean-Yves Nerzic n’est cependant pas de livrer une énième biographie du corsaire. L’ouvrage s’organise en neuf chapitres. Le premier est consacré à un document majeur et complexe au destin rocambolesque, les Mémoires de Duguay-Trouin, dont on connaît aujourd’hui quatre manuscrits différents. Les deuxième et troisième chapitres, consacrés à Saint-Malo et aux Malouins, puis au royaume de France et ses rapports avec la mer, permettent de mettre le « héros » en perspective. Jean-Yves Nerzic s’attache d’abord au contexte malouin, car c’est en en profitant que la « gens Trouin », une lignée de petits notables, s’enrichit par le commerce international et la course, et parvient à s’élever dans la hiérarchie sociale en investissant ses gains dans les terres des paroisses environnantes. L’auteur contribue ici à mettre en lumière le rôle joué au sein de la famille par des personnages dont l’histoire n’a guère retenu le nom, qu’il s’agisse de Marguerite Trouin, qui gère les affaires avec grande compétence, ou du frère, Luc II Trouin de La Barbinais, d’ailleurs anobli en même temps que son illustre cadet en 1709. Les pages 83-106 présentent ensuite la Bretagne, la marine française et la course.

3Une fois les cadres de l’étude posés, Jean-Yves Nerzic adopte un plan chronologique, dont le découpage repose sur les principales étapes de la carrière de Duguay-Trouin et ses armements : l’ascension grâce à la course de 1689 à 1695 (chapitre 4), les débuts de la course en escadre de 1695 à 1697 (chapitre 5), la « reprise d’une expérience heureuse 1702-1703 » (chapitre 6), « les premières constructions neuves 1704-1706 » (chapitre 7), les grandes escadres (1707-1711) et, en point d’orgue et chant du cygne, l’expédition de Rio de Janeiro en 1711-1712 (chapitre 9). Si l’approche narrative est un peu linéaire, elle a le mérite de faire la part belle au document, en proposant de longs extraits tirés en particulier des Mémoires de Duguay-Trouin. On aimerait cependant, à plusieurs reprises, un meilleur référencement des documents cités. De même, la rigueur historique est parfois un peu sacrifiée au plaisir de l’écriture et à l’admiration portée au corsaire. Mais ce qui fait l’originalité de l’ouvrage est l’intérêt pour les questions d’armement, une problématique chère à Jean-Yves Nerzic, spécialiste des armements mixtes dans la mobilisation de l’arsenal de Brest durant les guerres de la ligue d’Augsbourg et de succession d’Espagne. On voit alors clairement apparaître le rôle joué par Trouin de La Barbinais dans la carrière de son frère. Tandis que l’un obtient les prêts et veille à la construction des vaisseaux à Brest, l’autre les commande sur mer et mène de brillantes campagnes. Ainsi, alors que Duguay-Trouin est encore au Spitzberg, Trouin de La Barbinais négocie avec le ministre pour obtenir que le roi fasse construire à Brest deux vaisseaux pour son frère. La reconnaissance sociale est au rendez-vous, mais au prix de sacrifices personnels et financiers.

4Avec l’interruption des grands conflits, la carrière de Duguay-Trouin prend une autre direction. Il est un temps membre du conseil d’administration de la nouvelle compagnie des Indes ; il s’attache à la rédaction de ses Mémoires; il se rend à Toulon pour prodiguer des conseils et prendre la tête d’une escadre envoyée au-devant des Barbaresques ; il regagne finalement Brest, et y prend la tête d’une escadre supposée secourir Stanislas Leszczynski dans la guerre de succession de Pologne, mais qui ne prit finalement jamais la mer.

5Au terme de son livre, Jean-Yves Nerzic parvient donc à renouveler son objet d’études, en choisissant comme angle d’approche la question des armements. L’ouvrage vaut aussi par ses abondantes illustrations (cartes et plans, graphiques) dont certaines auraient mérité de trouver leur place dans un cahier couleur. Les documents de synthèse présentés dans la conclusion sont de précieux bilans pour le chercheur. L’auteur a de surcroît pris soin d’élaborer plus de cent pages d’annexes, qui sont d’utiles outils pour la compréhension du propos : arbres généalogiques de la famille Trouin et des familles apparentées, notices biographiques, liste des bâtiments français et anglais, mises au point sur la procédure des prises ou les mesures et monnaies au xviie siècle, glossaire… Signalons enfin la copie des lettres de noblesse accordées au MM. De La Barbinais et Du Guay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Le Mao, « Duguay-Trouin, armateur malouin, corsaire brestois », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 205-206.

Référence électronique

Caroline Le Mao, « Duguay-Trouin, armateur malouin, corsaire brestois », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://abpo.revues.org/2704

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page