Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Floride, un rêve français (1562-1565)

Antoine Rivault
p. 203-205
Référence(s) :

Augeron, Mickaël, Bry, John de, Notter, Annick (dir.), Floride, un rêve français (1562-1565), La Rochelle, Musée du Nouveau Monde, 2012, 160 p.

Texte intégral

1Depuis quelques années, les travaux sur les expériences coloniales françaises au xvie siècle sont en plein renouvellement. Parmi celles-ci, les expéditions de Floride bénéficient d’un regard neuf de la part des historiens, comme en témoignent les travaux de Franck Lestringant et de Mickaël Augeron. En 2012, à l’occasion des 450 ans de l’arrivée des Français en Floride, l’occasion était belle de commémorer l’événement. Une exposition a ainsi vu le jour au musée du Nouveau Monde de La Rochelle. Nous pouvons également désormais nous réjouir de voir la publication des trois principaux récits des expéditions françaises des années 1560 (René de Laudonnière, Nicolas Le Challeux, Dominique de Gourges, Chroniques de la guerre de Floride (1562-1568), préface de Franck Lestringant, éditions Le passager clandestin, 2012).

2Ce ne sont pas moins de treize spécialistes de la question qui forment le corps des auteurs de cet ouvrage collectif. Celui-ci, qui s’intéresse en premier lieu à l’histoire du xvie siècle français, interroge également des universitaires américains qui apportent des précisions archéologiques considérables sur les navires français et leur outillage. Il s’agit donc là d’un bon exemple de coopération universitaire transatlantique. Les dix-huit contributions forment 160 pages de texte, organisées en six grandes parties : « Les prémices d’une installation », « La Floride : refuge protestant ou base d’opérations ? », « La Floride Timuaca », « Le massacre d’un rêve français », « Les suites et la fortune critique », « Une mémoire réactivée, un patrimoine valorisé ». Notons d’emblée la très bonne connaissance des archives françaises, espagnoles et mexicaines. Une mise au point chronologique, rapide et néanmoins détaillée, rappelle avec utilité au lecteur les principales étapes de l’installation française en Floride au début des années 1560 (Annick Notter, p. 7-13).

3La Floride relevait pourtant initialement des territoires espagnols depuis le traité de Tordesillas (1494). Ce monopole ibérique sur le Nouveau Monde avait été une première fois remis en cause par François Ier, d’autant que la « Terre des Bretons » (la Floride) n’était pas occupée par les Espagnols comme l’était Cuba ou le Mexique. Hélène Lhoumeau dépeint ainsi le rôle stratégique de la Floride dans les relations diplomatiques entre Paris et Madrid mais aussi avec Londres (p. 103-106). Il s’agissait pour l’amiral de Coligny de créer des colonies françaises aux marges des positions ibériques afin d’en rompre le monopole sur les richesses du Nouveau Monde. De plus, la Floride occupait une place stratégique, étant située sur le chemin de la carrera de Indias, la principale route maritime reliant le Mexique et l’Europe et passant par le canal des Bahamas. Terre de contraste, la Floride avait aussi bien la réputation d’une terre hostile que celle d’un eldorado. La quête des richesses était le but premier d’une telle entreprise et Mickaël Augeron bat en brèche l’idée admise habituellement selon laquelle Coligny voulait à tout prix créer un refuge huguenot. Au moins 5 à 15 % des effectifs sont catholiques et aucun temple n’est mentionné à Charlesfort et Fort-Caroline (p. 33-44). Si un recrutement massif en Normandie, région d’origine de l’entreprise, impliquait un fort taux de protestants, des marins et soldats issus de régions à forte dominante catholique, comme la Bretagne ou la Picardie, n’en furent pas moins acceptés.

4De 1562 à 1565, trois expéditions françaises se succèdent, marquées à chaque fois par des occupations temporaires, handicapées par la maladie et le manque de vivres. La connaissance des expériences françaises en Floride durant ces trois années doit également beaucoup à l’artiste Jacques Le Moyne de Morgues. Ses œuvres parsèment le livre et un article lui est même entièrement consacré, signé de Miles Harvey (p. 51-55). Cet artiste huguenot accompagna la seconde expédition en 1564, rapportant des écrits et de nombreuses peintures d’Amérindiens. Nous avons sous les yeux la désormais très célèbre gravure représentant René de Laudonnière et le roi indien Atore célébrant l’érection d’une colonne aux fleurs de lys représentant le pouvoir du roi de France en Floride. Mais l’artiste ne s’est pas contenté de narrer les seules aventures françaises et c’est avec un œil d’ethnographe qu’il a représenté les Indiens de Floride révélant les caractéristiques des sociétés de la Floride Timuaca. Tour à tour, le type d’habitat, la chasse, les cérémonies religieuses, la place du roi et de ses conseillers, la cuisine et les pratiques culinaires, ainsi que les funérailles, sont dépeints sous le regard du peintre. Couplé aux connaissances archéologiques, cette source iconographique est une mine pour appréhender les sociétés indiennes à l’époque de la colonisation française (Keith Ashley, p. 59-66).

5Face à la déception des découvertes aurifères en territoire indien, plusieurs marins prennent l’initiative de la guerre de course contre les navires espagnols croisant au large de Cuba au retour du Mexique. Las des pirateries des Français, l’adelantado Pedro Menéndez de Avilés reçut l’ordre d’éradiquer la nouvelle colonie. Car celui-ci en savait beaucoup sur les hommes de l’expédition grâce à ses espions en France : le long rapport d’un espion espagnol à Dieppe détaille avec une rare précision la flotte de Jean Ribault lors de son voyage de 1565 (Eugène Lyon, p. 89-92).

6Loin de se limiter aux seules expéditions françaises en Floride, l’ouvrage se penche sur la réception des événements en Europe. Dans un chapitre des plus stimulants, les auteurs analysent comment la nouvelle du massacre des huguenots par les Espagnols en 1565 eut de vifs retentissements en France, et accrut un sentiment anti-espagnol déjà bien présent. Des Portugais, accusés d’être les complices de Philippe II, sont pris à partie dans les ports français, le fils de Monluc pille et saccage Madère en 1566. La même année, à plusieurs reprises, des veuves de Français exécutés marchent de Normandie jusqu’à la capitale pour réclamer justice à Catherine de Médicis. Peut-être instrumentalisées par Coligny lui-même, elles furent très mal accueillies par la reine mère mais contribuèrent à amplifier la rumeur et à forger la légende noire des Espagnols. Ribault aurait été « écorché » avant que sa peau soit « envo[yée] au Roy d’Espaigne » (Mickaël Augeron, p. 107-115). Une « piraterie d’État » soutenue par les protestants comme par les catholiques français vit le jour, traquant le moindre navire ibérique en Atlantique. En 1567, Dominique de Gourges, soldat d’origine nobiliaire gasconne, franchit le pas en montant une expédition de trois navires depuis Bordeaux, pour venger Ribault et les Français, massacrés deux ans plus tôt. Arrivé en Floride, le Gascon pille les rares établissements espagnols de Floride et près de 380 prisonniers sont massacrés. En réponse à ce que Menéndez aurait écrit en 1565 sur un panneau près des pendus « je ne fis cecy comme à François, mais comme à Luthériens », Dominique de Gourges réplique par une pancarte gravée : « je ne fais cecy comme à Espaignols, ny comme à Marrannes, mais comme à traistres, volleurs et meurtriers ». Mais sans moyens pour une installation de longue durée, il rentre à La Rochelle en juin 1568, où l’attend un véritable triomphe. D’autres expéditions vengeresses voient le jour, comme celle du pirate huguenot Jacques de Sore qui, à l’été 1570, au large des Canaries, fait passer par-dessus bord une mission de 39 jésuites portugais qui se dirigeaient vers le Brésil (Franck Lestringant, p. 117-120).

7D’une mémoire à une autre, l’ouvrage se clôt en ouvrant sur les perspectives de la mémoire de l’événement vécue comme « un patrimoine valorisé » aux États-Unis. De l’autre côté de l’Atlantique, l’épisode était resté jusqu’ici relativement méconnu. Voilà un beau livre qui éclaire donc un peu plus l’histoire de ces brèves entreprises françaises en Floride qui n’en furent pas moins au centre des relations internationales du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Rivault, « Floride, un rêve français (1562-1565) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 203-205.

Référence électronique

Antoine Rivault, « Floride, un rêve français (1562-1565) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2707

Haut de page

Auteur

Antoine Rivault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page