Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Aremorica. Études sur l’ouest de la Gaule romaine

Nicolas Mathieu
p. 200-203

Texte intégral

1Jeune revue née en 2005-2007 à Brest au sein du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) et de l’Université de Bretagne occidentale (UBO) autour d’une journée d’étude archéologique dont elle publia les communications, Aremorica en est à son cinquième numéro depuis le premier en 2007. Cela témoigne d’une grande régularité (seule l’année 2011 fait défaut). Le sous-titre explicite le cadre géographique et chronologique : les territoires occidentaux de la province Lyonnaise du ier siècle av. J.-C. au ve siècle apr. J.-C. Cela englobe au moins les cités correspondant à la péninsule armoricaine et les cités ligériennes jusqu’aux Andécaves (Angers) et aux Aulerques Cénomans (Le Mans). Depuis sa création la revue a accueilli aussi des articles extérieurs aux journées d’étude annuelles.

2Ce volume de 166 pages contient sept articles. Un peu comme dans les volumes précédents, cette dernière livraison contient deux à trois types de contributions : des articles ponctuels archéologiques faisant état de fouilles ou de dossiers de matériel archéologique ; des publications de documents inédits ou nouveaux ou des réexamens de documents et dossiers ; des analyses ou des synthèses historiques et archéologiques. En raison de cette variété, il est impossible de présenter un compte rendu global synthétique. On procédera donc par article en résumant les données principales et éventuellement méthodiques intéressantes pour les lecteurs.

3Julien Boislève, Françoise Labaune-Jean et Catherine Dupont présentent, p. 9-32, une synthèse sur les « Décors peints à incrustations de coquillages en Armorique romaine ». Si l’incrustation de coquilles dans les enduits muraux voire les plafonds est une technique bien connue en Italie – où elle est pratiquée dès le iie siècle av. J.-C. mais où elle passe de mode à partir du iie siècle apr. J.-C. –, son usage en Gaule Lyonnaise selon le style italien n’a peut-être pas été autant développé sauf en Armorique où les décors fabriqués montrent des caractéristiques propres qui les différencient des autres décors. En se fondant sur 31 décors provenant de 23 sites différents des cités des Osismes, des Vénètes, des Coriosolites, des Riédons, auxquels peuvent être rattachés un décor des Namnètes et un des Diablintes, les auteurs identifient ce qu’ils appellent le « style armoricain à incrustation de coquillages » (carte p. 14). Ce style est caractérisé par une conception de motifs en réseau avec une trame (par exemple à Carnac, des octogones irréguliers adjacents par le grand côté, qui déterminent des carrés droits avec des effets de caissons) ; par l’utilisation, en plus du blanc et du noir – celui-ci servant souvent à cerner en renforçant la lisibilité de la trame –, d’une gamme chromatique réduite à quatre couleurs : bleu égyptien, jaune, vert et ocre-rouge, quelquefois nuancées (clair ou foncé) ; par une assez grande variété de coquillages (13 espèces différentes) avec cependant une fréquence dominante (à 80 %) de trois espèces : la donace donax sp., la telline, tellina tenuis sp., et macona balthica. L’étude malacaufonique et l’observation attentive des coquillages incrustés montrent d’une part que les espèces utilisées sont différentes de celles qui étaient consommées, d’autre part que les coquilles étaient ramassées sur la grève où elles avaient pu échouer, étaient dépourvues de chair et déjà mortes. Il y avait donc opposition entre le matériau de construction (coquilles) et la ressource alimentaire (coquillage). L’étude met aussi en valeur les techniques de préparation de l’enduit destiné à recevoir les incrustations. Celles-ci dénotent savoir-faire et sens du décor comme en témoigne le jeu, par les artisans, sur les deux faces interne ou externe de la coquille pour favoriser la lumière, les ombres, les volumes, les couleurs. On dispose avec cet article d’un corpus de référence pratique.

4Émilie Briand présente, en collaboration avec Hélène Mavéraud-Tardiveau, « Une statuette d’Epona, retrouvée en territoire vénète au Goh-Quer en Pumergat (Morbihan) ». Cette statuette incomplète, déjà connue (voir Aremorica, 3, 2009, p. 80-81, J.-Y. Éveillard), provient d’un site méridional de la cité des Vénètes. Découverte clandestinement en 1969, elle a été redécouverte en 2008. Il s’agit d’une sculpture en ronde-bosse taillée dans un leucogranite, ce qui en fait le premier exemplaire en pierre connu en Bretagne où Epona est rare : une statuette en bronze provenant des environs de Quimperlé (Osismes, sud Finistère) et plusieurs statuettes en terre cuite provenant de la villa du Bouzy à Vannes (Vénètes, Morbihan). Par sa taille (une quarantaine de cm h. et l.), la statuette du Goh-Quer correspond à un objet fixe et était donc le signe que la divinité appartenait au panthéon dans la cité, d’autant que le matériau est local. La finesse du travail témoigne d’une grande maîtrise de son art par le sculpteur, car la pierre était dure et difficile, et d’une bonne connaissance des cartons de représentation. Epona était une divinité associée à la fertilité et au foyer ; elle était aussi protectrice des chevaux. Le contexte rural de la découverte et le traitement en ronde-bosse pourraient laisser penser à une statuette de sanctuaire privé d’une villa, comme ailleurs chez les Éduens ou les Trévires dans des domaines ruraux.

5Jean-Yves Éveillard, dans un article intitulé « Une découverte rare : le sarcophage d’un chien de chasse à Plouarzel (Finistère) », p. 49-65, revient sur ce coffre en granit (déjà rapidement évoqué ailleurs en 2002 et 2005) probablement trouvé au cours d’un labour dans un champ de cette localité située au nord-ouest de la cité des Osismes. Il est orné sur la face avant du relief d’un chien vu de profil, à droite, les pattes avant tendues, le corps penché en avant, le museau entrouvert et plongé vraisemblablement dans le corps d’un animal de plus petite taille renversé sur le dos. Par des comparaisons avec des monuments anépigraphes de chiens ou des épitaphes désignant des animaux de compagnie ou familiers, l’auteur conclut de manière plausible au sarcophage d’un chien de chasse. La récente découverte, en 2011, à la villa de La gare, au Quiou (confins des Coriosolites) d’une tombe d’un chien inhumé en pleine terre avec, en guise d’offrande, un médaillon en terre cuite représentant un chien, découpé dans une lampe à huile, est un autre indice des relations qui pouvaient unir un maître, possible propriétaire foncier, et un de ses animaux favoris.

6Jenny Sélèque, p. 67-87, « Les fours de Guérande, Ker Rivaud et de La Chapelle-sur-Erdre, La Barbinière en Loire-Atlantique : un artisanat gallo-romain atypique » présente le résultat de fouilles préventives qui ont eu lieu en 2010. Le premier site comporte six fours organisés en deux rangées de trois ; le second (La Chapelle-sur-Erdre) en batterie de deux rangées. Ils sont datés des années 70 à 120 apr. J.-C. (datations radiocarbone, sans s, contrairement à ce qui est écrit : il faut rappeler que le radiocarbone, substantif, est le carbone radioactif. C’est le radiocarbone qui date et non l’inverse). Les analyses scientifiques (lipidique et isotopique) semblent exclure dans les deux sites un ensemble unique de fours qui aurait fonctionné avec un dispositif de combustion multiple enterré. Cela permet de penser à une activité artisanale de fumage ou de séchage de viande de porc ou de poisson. La pollution entraînée par cette combustion (fumée et odeurs) pourrait expliquer l’isolement de ces structures sans trace d’habitat à proximité. L’organisation en batterie semble une spécificité locale.

7Catherine Legeard (avec une contribution de Sébastien Cormier), p. 90-116, « Une fouille récente à Allonnes (Aulerques Cénomans) : un établissement important situé entre les thermes publics et le sanctuaire de Mars Mullo ». Au terme de cette fouille, sur une superficie de près de 800 m², du fait de l’indigence du mobilier découvert et en l’absence de stratigraphie, l’identification de l’édifice, qui comportait une dizaine de pièces et semble avoir été conçu en une seule fois sans remaniement affectant le volume d’une salle ou modifiant des circulations, est impossible. Toutefois, l’orientation des pièces, les matériaux utilisés pour la construction et le décor comme en témoignent quelques éléments dans des niveaux d’abandon ou de démolition, laissent penser à un édifice public qui contribuait à la parure monumentale de cette agglomération de la cité des Cénomans proche de son chef-lieu.

8Yvan Maligorne, p. 117-144 étudie « La parure monumentale des agglomérations du territoire dans les cités de l’Ouest ». Cette synthèse qui concerne huit cités (Osismes, Vénètes, Coriosolites, Riédons, Namnètes, Aulerques Diablintes, Aulerques Cénomans, Andécaves) armoricaines et ligériennes est un exemple de bonne méthode historique par l’utilisation combinée de l’archéologie et de l’épigraphie autour d’une question essentielle pour les chercheurs dans la compréhension de la cité : celle de la définition et de l’identification des villes dans le territoire à l’exclusion de leur chef-lieu, c’est-à-dire celle de l’organisation administrative de la cuitas et de sa représentation politique à travers sa parure monumentale publique : architecture religieuse, édifices de spectacle, de l’eau, places. La chronologie établie montre une contemporanéité – ou un léger décalage seulement – entre ce qui se passe dans le chef-lieu et ce qui se passe dans les autres agglomérations de sorte qu’il faut admettre comme un trait majeur « la solidarité fondamentale de l’organisme territorial et politique qu’est la civitas » (p. 142). La parure monumentale connue et l’épigraphie semblent montrer que les élites y participaient inégalement sur le territoire selon les cités. La richesse insuffisante dans certaines limitait le potentiel des notables susceptibles d’accéder à des responsabilités à l’échelle civique, ce qui pourrait expliquer un nombre plus réduit de constructions dans le territoire et une concentration dans le chef-lieu. L’article est suggestif, assez précis et nuancé (il faut être plus prudent, note 67 en ce qui concerne « le culte de Mars Mullo désormais attesté dans le nord de la cité des Pictons » : la provenance exacte du vase sur lequel a été graffité le nom du dieu est inconnue, hors de tout contexte stratigraphique, AE, 2008, 897 = AE, 2007, 939. En outre, il s’agit de Mullo inuictus.). Le questionnement mériterait d’être complété et les enquêtes devraient être systématisées et étendues afin de voir si les pistes sont fructueuses.

9Françoise Labaune-Jean, Joseph Le Gall, François Arnaud (avec la collaboration de S. Jean), p. 145-161 : « Le fragment de verre décoré du site de Bressilien (Côtes d’Armor) ». Très intéressant pour la technique de fabrication d’objets en verre avec une expérimentation actuelle, par la qualité des photos et des schémas, l’article ne permet pas de savoir ni de quelle cité provenait le fragment à l’origine de l’article ni de quand il datait. Pas de l’Antiquité semblerait-il ? C’est fort dommage.

10Cette cinquième livraison d’Aremorica est diverse mais très riche d’informations et de grand intérêt. Elle tient les promesses du premier volume dont avait été indiquée ailleurs (« Chronique gallo-romaine », REA, 2008, 2, p. 614, n° 690) la qualité : elle est bien éditée, cartes, schémas, photographies sont excellents la plupart du temps, très lisibles et tombent toujours à propos. Dès le n° 1, les éditeurs avaient eu la bonne idée de fournir un index des noms de lieux, ce qui est unique dans les revues de ce type et doit être maintenu. Il faut les remercier de cette initiative que devraient suivre tous les auteurs et les éditeurs. Les index sont un outil indispensable à tout lecteur qu’il soit simple curieux ou spécialiste car ils permettent de cheminer différemment dans un ouvrage, de faire des comparaisons, des vérifications et construisent une mémoire de la recherche. Pour améliorer la lisibilité, il resterait à demander de préciser systématiquement dans les titres ou les introductions des articles le nom de la cité antique d’appartenance du site car la cité est la base du fonctionnement administratif romain – comme le rappelle le questionnement d’Y. Maligorne. L’ouest de la Lyonnaise fait partie de cet empire et n’échappe pas à cette réalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Mathieu, « Aremorica. Études sur l’ouest de la Gaule romaine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120-4 | 2013, 200-203.

Référence électronique

Nicolas Mathieu, « Aremorica. Études sur l’ouest de la Gaule romaine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 120-4 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://abpo.revues.org/2710

Haut de page

Auteur

Nicolas Mathieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page