Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le cardinal Jean du Bellay. Diplomatie et culture dans l’Europe de la Renaissance

Philippe Hamon
p. 172-174
Référence(s) :

Michon, Cédric, Petris, Loris (dir.), Le cardinal Jean du Bellay. Diplomatie et culture dans l’Europe de la Renaissance, Rennes/Tours, PUR/Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Renaissance », 2014, 390 p.

Texte intégral

1Jean du Bellay a de la chance : alors que la publication de sa riche correspondance a repris il y a quelques années après un quart de siècle d’interruption et qu’elle est désormais en voie d’aboutissement, il fait ici l’objet d’une ample publication pluridisciplinaire. Elle s’appuie sur l’ensemble de cette correspondance, mais mobilise également de nombreuses autres sources. Certains inédits sont d’ailleurs publiés en annexe dans l’ouvrage (p. 299-352). Celui-ci est également doté d’une riche illustration, avec un cahier couleur, d’une ample bibliographie (où on déplore juste quelques doublons) et d’un index des personnes.

2Les dix-huit contributions du livre cherchent à cerner l’ensemble des aspects d’une personnalité et plus précisément d’une longue carrière, qui combine service du roi, en particulier diplomatique, engagement au sein de l’Église catholique, pratique littéraire et mécénat artistique. Ces diverses facettes mobilisent autour de Jean du Bellay des réseaux familiaux, politiques, cléricaux et culturels dont l’imbrication est au cœur de l’ouvrage, sur un espace qui dépasse largement le royaume de France. Si son engagement concerne en priorité l’Angleterre, l’Allemagne et l’Italie, il est révélateur de voir que sa correspondance fait référence, même si c’est pour ironiser sur leur caractère reculé, aussi bien à Calicut qu’au Canada. Bien plus proches de lui sont finalement les hommes de l’Antiquité, à laquelle il voue une véritable passion et dont il collectionne les reliques et pratique assidûment les textes.

3Jean du Bellay est issu d’une famille de moyenne noblesse dont l’entrée au service d’un prince de stature internationale, le roi René, puis du roi de France, assure la réussite au cours du xve siècle (L. Bourquin). Bénéficiant, comme ses frères, d’une éducation humaniste soignée, précoce pour ce milieu, ainsi que d’appuis haut placés (les Vendôme, Montmorency, sans doute Marguerite de Navarre), il entre dans les cercles du pouvoir dans les années qui suivent Pavie et entame aux côtés de son frère aîné Guillaume une carrière diplomatique tant du côté anglais (D. Potter) qu’allemand (T. Niklas). Les réseaux Du Bellay, imprégnés d’évangélisme (G. Alonge), luttent avant tout contre la puissance impériale, et pour ce faire tentent de négocier des compromis politico-religieux entre les autres puissances pour mieux isoler Charles Quint. Du Bellay voit ses services récompensés par de nombreux évêchés et abbayes. C. Michon évalue grâce à une enquête minutieuse les importants revenus qu’ils lui assurent et qui croissent fortement au long de sa vie. Ils sont essentiels car le patrimoine familial est réduit et grevé par les dettes laissées par ses frères. A. Tallon souligne dans la foulée qu’un tel cumul, joint à une absence d’intérêt et d’implication dans la pastorale, prouve l’absence de volonté de réforme ecclésiastique de sa part, hormis l’appui ponctuel à certaines initiatives monastiques. Pour Jean Du Bellay comme pour l’essentiel du personnel politico-ecclésiastique de François Ier, le cadre bénéficial mis en place depuis le concordat de Bologne est trop avantageux pour être remis en cause. La carrière religieuse de Du Bellay, nommé cardinal en 1535, est surtout romaine sous Henri II : à cette époque, il n’est plus très bien en cour auprès du roi. Certaines de ses initiatives (soutien à Carafa contre Este au conclave de 1555, accès au décanat du Sacré collège) provoquent même la colère d’Henri II et de certains de ses proches. R. Scheurer montre que c’est sous la pression de Paul IV que Du Bellay a du accepter le décanat.

4Si l’on ne peut évidemment parler de carrière littéraire pour un homme comme Jean du Bellay – c’est incompatible avec son statut –, son ambition en la matière est réelle et rend crédible de comparer son attitude avec celle d’Erasme (M. Barral-Baron). Comme chez ce dernier, la mise en scène de soi hante nombre de ses œuvres (voir aussi R. Cooper sur cet aspect). La pratique de l’écriture poétique lui assure une vraie notoriété tout en nourrissant son dialogue avec les milieux lettrés. Elle lui permet aussi de présenter sous un autre jour que dans sa correspondance, certains événements, comme le premier mariage de Jeanne d’Albret (P. Galand), sans qu’il soit toujours facile de déceler ses véritables sentiments. Du Bellay dans ses œuvres met enfin en scène son idéal d’otium et de retrait, propice à l’épanouissement créatif (D. Amherdt). Sur ce dernier plan, les projets du cardinal sont restés lettre morte dans le domaine historique : N. Guillod montre qu’il a finalement sacrifié ses aspirations d’historien à sa carrière politique, contrairement à son frère Guillaume.

5Pour tenir son rang, en particulier à Rome dans les années 1550, période de sa vie pour laquelle on dispose des données les plus riches, il peut compter sur une importante familia, étudiée ici par L. Petris. Le cardinal met aussi son amour de l’Antiquité au service de son prestige, qu’il s’agisse de ses collections d’antiques ou de ses résidences, la villa romaine des Horti Bellaiani faisant ici pendant au chantier francilien de Saint-Maur (F. Bardati, R. Samperi). À Rome, sa villa parvient à intégrer sous une forme exceptionnelle les ruines des thermes de Dioclétien auxquelles elle s’adosse. Du Bellay s’impose comme un des principaux acteurs du marché des antiques romains dans les années 1550 (B. Furlotti). Cette passion d’antiquaire, qui le pousse à multiplier les fouilles, nourrit aussi une exportation, dénoncée par certains, du patrimoine romain vers la France, translatio destinée à accroître le prestige culturel du pays d’accueil (C. Occhipinti). La circulation des marbres antiques dans les cercles de Du Bellay, tant romains que français, est aussi un moyen, pour lui comme pour d’autres hommes du même milieu, de consolider des liens sociaux (G. Rebecchini). Finalement, les relations littéraires aussi bien qu’antiquaires ne sont nullement dissociées de l’activité du cardinal au service du roi ou de l’Église. Elles peuvent même en être des vecteurs privilégiés. La lecture de l’ensemble des contributions, dans lesquelles plusieurs personnages apparaissent à plusieurs reprises, montre qu’il serait maladroit et illusoire de tronçonner ce vaste réseau relationnel. Ses membres peuvent être mis à contribution sur des plans très divers, des français Michel de L’Hospital ou François Rabelais aux italiens (moins connus de nous !) Giovan Francesco Valier ou Giovan Gioacchino da Passano. C’est un apport de cet ouvrage, dans lequel l’éclatement des approches, en fonction des centres d’intérêt des auteurs, est finalement un bon moyen de faire apparaître à la fois la cohérence d’un parcours à travers la constitution d’un vaste réseau de précieux informateurs et la difficulté à le faire fonctionner dans un univers politique où la faveur est essentielle, mais fragile, tant à la cour de France qu’au Sacré Collège. Cette dimension réticulaire dépasse évidemment le cas, emblématique, de Jean Du Bellay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamon, « Le cardinal Jean du Bellay. Diplomatie et culture dans l’Europe de la Renaissance », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-2 | 2014, 172-174.

Référence électronique

Philippe Hamon, « Le cardinal Jean du Bellay. Diplomatie et culture dans l’Europe de la Renaissance », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/2795

Haut de page

Auteur

Philippe Hamon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page