Navigation – Plan du site

L’épreuve de chant au certificat d’études en Bretagne sous l’Occupation

The Singing Test for the Primary School Certificate in Brittany during the German Occupation
Cécile Vendramini et Jean-Pierre Rivenc
p. 137-156

Résumés

Les travaux sur la vie musicale en France pendant l’occupation ont montré dans quelle mesure tant l’Allemagne que Vichy avaient exercé une emprise sur la musique à partir de 1941. Cet article s’intéresse de façon plus précise à un décret concernant le répertoire vocal scolaire, paru le 25 juin 1941. Celui-ci autorise l’enseignement des chants « dialectaux et folkloriques » qui peuvent faire l’objet d’une épreuve aux examens du Certificat d’études primaires. En Bretagne, la réédition du recueil Chansons bretonnes pour la jeunesse de François Jaffrenou, dit Taldir (1942) constitue une réponse à cette prescription ministérielle. Comment cette parution s’articule-t-elle avec les préoccupations vichystes concernant l’éducation de la jeunesse ? Cette étude aborde cette question en mettant le recueil de Taldir en relation avec d’autres répertoires vocaux scolaires antérieurs ou contemporains et avec les chants prescrits au Certificat d’études Primaires, en Bretagne, sous l’Occupation.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle

Noms de lieux :

Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le chant à l’école dans l’entre-deux-guerres
L’épreuve du certificat 
Méthodes d’enseignement
Le répertoire scolaire avant Vichy
L’épreuve du certificat en 1940
Les modifications apportées par Vichy
Des chansons bretonnes dites « pour la jeunesse »
Un répertoire peu adapté à un public enfantin
Régionalisme breton et provincialisme vichyssois
Le répertoire vocal du certificat d'études après le décret

Aperçu du texte

L’une des manières de saisir la politique de l’État dans le monde scolaire est d’étudier les règles qu’il édicte pour les examens. On sait en effet combien ceux-ci ont des effets en retour sur ce qui est enseigné pendant les années précédentes. Comme l'a souligné récemment Philippe Savoie, le certificat d’études, qui couronnait l’enseignement obligatoire et gratuit, occupe toujours « une place de choix dans la mémoire et la mythologie collective des Français ». Cet auteur présente dans son article une synthèse des travaux de quatre chercheurs ayant abordé le sujet dans les années 1990. Ces recherches traitent essentiellement de la place du certificat d'études dans l'organisation des études et de l'aspect sociologique de cet examen, avec l'évocation notamment des impacts de la réussite ou de l'échec à cette épreuve et la mise en évidence du poids écrasant de l'orthographe dans le barème. Il y est démontré q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vendramini et Jean-Pierre Rivenc, « L’épreuve de chant au certificat d’études en Bretagne sous l’Occupation », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-4 | 2014, 137-156.

Référence électronique

Cécile Vendramini et Jean-Pierre Rivenc, « L’épreuve de chant au certificat d’études en Bretagne sous l’Occupation », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-4 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/2876 ; DOI : 10.4000/abpo.2876

Haut de page

Auteurs

Cécile Vendramini

Maître de conférences en musicologie à l’ESPE de Bretagne (École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, Université de Bretagne Occidentale), et membre du Centre de recherche en éducation, apprentissage et didactique – (CREAD, Université de Rennes 2)

Jean-Pierre Rivenc

Professeur agrégé d’histoire et géographie et docteur en histoire (Histoire et littérature sociale)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page