Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jonathan Dumont et Laure Fagnart (dir.), Georges Ier d’Amboise, 1460-1510

Une figure plurielle de la Renaissance
Antoine Rivault
p. 182-184
Référence(s) :

Jonathan Dumont et Laure Fagnart (dir.), Georges Ier d’Amboise, 1460-1510. Une figure plurielle de la Renaissance, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2013, 274 p.

Texte intégral

1Ce livre est le résultat d’un colloque international organisé à l’université de Liège en 2010 à l’occasion du 500e anniversaire de la mort du cardinal Georges Ier d’Amboise, archevêque de Rouen, légat a latere et principal conseiller du roi de France, Louis XII. La rencontre, placée sous le signe de l’interdisciplinarité, réunit 17 spécialistes du Moyen Âge tardif et du début du xvie siècle. Les contributions forment 262 pages organisées en trois parties autour de la personne de Georges d’Amboise illustrée tour à tour par ses « actions et images politiques », son rôle de « bâtisseur, bibliophile et amateur d’art » et enfin de sa « mise au tombeau à la memoria ». Dans une rapide introduction, Jonathan Dumont et Laure Fagnart font le point sur la très riche historiographie du cardinal, qui va du panégyrique à la diatribe.

2La première partie, « Georges d’Amboise, actions et images politiques », revient sur le rôle politique du cardinal du temps du règne de Louis XII. Ancien compagnon du temps où celui-ci n’était que duc d’Orléans, le cardinal d’Amboise devient son principal conseiller à son avènement à la couronne de France. Incarnation du prélat d’État (dans la France du début du xvie siècle, un conseiller du roi sur trois est un ecclésiastique), le cardinal d’Amboise, fortement associé à Louis XII, est dépeint comme « le premier des grands ministres-favoris de la France moderne » (Cédric Michon, p. 26). Laurent Vissière s’efforce de discerner autant que possible la philosophie politique du cardinal d’Amboise. Celle-ci reposait sur une stratégie du glacis et des États-tampons qui préservait la Pax Gallica. Porter la guerre en Milanais, malgré bien des échecs, c’était conserver la paix en France (p. 56). Ainsi Georges d’Amboise s’appuya-t-il sur des grands feudataires pour tenir la Lombardie française à l’image de Jean-Jacques Trivulce, gouverneur par intérim du Milanais (Marino Vigano). À l’intérieur du royaume de France, le cardinal avait une vision « moderne » et réformatrice. La rédaction des coutumes nécessitait ainsi une forte culture juridique que le cardinal s’efforça de faire reconnaître par les universités (Isabelle Gillet). Le livre fait également la part belle aux « images politiques » que véhiculait le cardinal comme des illustrations visuelles de sa puissance. L’héraldique et l’emblématique des membres de la famille d’Amboise sont ainsi finement analysées par Laurent Hablot qui note au passage que « par un heureux hasard » (p. 45), les couleurs de Georges d’Amboise correspondent à la fois aux couleurs personnelles de Louis XII (le jaune et le rouge) et à celles du gouvernement pontifical « dont elles adoptent l’exacte mise en forme palée ». Ainsi se dessine un cardinal « entre l’Église et l’État », mais dont l’image de prélat d’État est davantage celle d’un prince temporel que celle du parfait ecclésiastique (Jonathan Dumont, p. 93). Par ailleurs, cette image fut à maintes reprises raillée par les contemporains du cardinal. Le théâtre de la Basoche, par exemple, le met en scène sous les traits du mauvais conseiller, manipulateur du roi (Nicole Hochner, p. 98). Sont également dénoncés les trop larges pouvoirs temporels du prélat et son goût pour le cumul des charges, des fonctions et des bénéfices.

3La deuxième grande partie du livre s’attache à la figure d’important mécène que fut Georges d’Amboise. Archevêque de Rouen, le cardinal fit office de véritable bâtisseur en Normandie, supervisant les constructions du palais archiépiscopal de Rouen, le château de Déville et celui de Gaillon (Flaminia Bardati). C’est ce dernier qui concentre toute la magnificence du cardinal-ministre. Ce château longtemps décrit comme « premier foyer de la Renaissance en France », célèbre pour son architecture et ses jardins, abritait également des décors intérieurs somptueux et de nombreuses œuvres d’art qui révèlent un fort attachement du prélat à Saint Jean-Baptiste (Laure Fagnart, p. 176). Des tableaux plus célèbres encore sont acheminés à Gaillon pour recevoir officiellement en 1508 le roi et la reine. En effet, à l’automne 1508, Georges d’Amboise y accueille Louis XII et les ambassadeurs étrangers (Xavier Pagazani). S’y déploie un discours politique par les arts dans lequel le cardinal n’hésite pas à représenter le roi en empereur romain (p. 168). Georges d’Amboise est également un important bibliophile. Toujours à Gaillon, sa bibliothèque ne rassemble pas moins de 250 ouvrages (mais assez peu d’imprimés), ce qui est considérable pour la France de l’époque (Marie-Pierre Laffitte). S’y côtoient des livres de droit, d’histoire, de liturgie et déjà des ouvrages de la Renaissance italienne. Son goût pour les arts, le cardinal aurait pu le transmettre à son neveu, Charles d’Amboise. Edoardo Villata convainc le lecteur que le gouverneur du duché de Milan, au lieu d’être le rude militaire que nous connaissons, pourrait avoir été « un connaisseur très perspicace » de l’art italien de l’époque, capable de reconnaître de futurs talents comme Le Corrège (p. 207). Par ailleurs, à Gaglianico (Biella), les fresques de la chapelle du château rendent hommage à Charles d’Amboise (Vittorio Natale). Ainsi, c’est bien « le clan Amboise » qui affirme son goût pour les arts.

4Enfin, une brève troisième partie (deux contributions) se penche sur la memoria du cardinal après sa mort survenue en mai 1510. En faisant le pari de faire une comparaison de ses funérailles rouennaises avec celle d’un autre proche de Louis XII, Gaston de Foix, Alain Marchandisse montre bien l’originalité des cérémonies funéraires du cardinal. Bien qu’issu d’une famille moins illustre que celle de Gaston de Foix, Georges d’Amboise bénéficie d’obsèques quasi royales du fait de la présence d’une effigie (p. 236). Enfin, la mise en bière du cardinal dans son église métropolitaine de Rouen lui offre une « vie posthume » (Gabriela Reuss). Son imposant monument funéraire dédié à la Vierge (qu’il partage avec un autre neveu) présente une effigie « animée » du cardinal « qui se trouve ainsi à la jonction entre la présence réelle du corps et sa représentation » (p. 246).

5Pour reprendre à quelques mots près une formule de la conclusion (Franz Bierlaire), ce colloque consacré à Georges Ier d’Amboise s’efforce d’abattre le mur entre « Gothique » et « Renaissance ». À travers la vie du cardinal d’Amboise se dessine bien une « figure plurielle de la Renaissance ». Si certains axes ont été privilégiés, il n’en reste pas moins que l’ouvrage présente des articles variés, qui se complètent davantage qu’ils ne s’additionnent. Preuve s’il en est besoin de la pertinence de l’interdisciplinarité y compris dans une approche biographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Rivault, « Jonathan Dumont et Laure Fagnart (dir.), Georges Ier d’Amboise, 1460-1510 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-4 | 2014, 182-184.

Référence électronique

Antoine Rivault, « Jonathan Dumont et Laure Fagnart (dir.), Georges Ier d’Amboise, 1460-1510 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-4 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2889

Haut de page

Auteur

Antoine Rivault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page