Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Haudrère, Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

Caroline Le Mao
p. 184-185
Référence(s) :

Philippe Haudrère, Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2014, , 330 p.

Texte intégral

1Est-il besoin de présenter ici l’auteur du présent ouvrage, Philippe Haudrère, professeur émérite à l’université d’Angers et éminent spécialiste des compagnies des Indes depuis la soutenance puis la publication de sa thèse d’état sur La compagnie française des Indes au xviiie siècle (1719-1795), en 1989 ? Depuis, Philippe Haudrère n’a cessé de produire des articles et ouvrages sur des sujets connexes, et l’on citera plus particulièrement sa synthèse sur Les compagnies des Indes Orientales (Paris, Desjonquères, 2006). Bien malheureusement, ses multiples articles originaux restent souvent épars, insérés dans des publications parfois difficiles à retrouver et consulter. Le présent ouvrage remédie à cela en proposant l’édition ordonnée d’une sélection de vingt-neuf articles, qui offre une première synthèse des écrits de Philippe Haudrère, redonnant ainsi toute sa cohérence à une œuvre historique magistrale, qui s’est déployée sur plus de quarante ans. La bibliographie proposée en annexe permet en outre au lecteur de disposer d’un panorama complet des travaux de l’auteur (p. 315-321). Les articles présentés comportent cartes (copies de documents originaux ou outils d’analyse), illustrations, graphiques et tableaux statistiques, dont on trouvera la table p. 323-324.

2Ces articles sont ordonnés selon quatre thèmes. La première partie – Les compagnies des Indes (8 articles) – se concentre sur l’organisation des compagnies, en mettant l’accent sur les principaux acteurs (chapitres ii, iii, iv) avant de se concentrer sur les produits (chapitres vi, vii) tout en mettant en lumière le caractère structurel d’économie mixte de ce secteur d’activité.

3Après avoir posé les cadres du développement de cette aventure, on peut emprunter, avec Philippe Haudrère, la Route des Indes (deuxième partie, 7 articles). Ce qui frappe immédiatement est la dangerosité : piraterie (chapitre ix), guerres (chapitre xi), scorbut et autres maladies dues aux conditions d’hygiène déplorables (chapitre xii), naufrages (chapitre xiii) constituent le quotidien de ceux qui tentèrent l’aventure de l’océan Indien. Pour contrer ces aléas, la compagnie s’organise : elle fait construire ses propres vaisseaux à Lorient à partir de 1729 (chapitre x) et se dote ainsi d’une solide flotte de commerce avant d’envisager le développement d’une flotte de guerre (chapitre xi). Elle améliore aussi sa connaissance de la région en confiant à d’Après de Mannevillette la réalisation d’une carte marine (chapitre xiv) corrigeant les erreurs des exemplaires français et hollandais en usage. Elle fait enfin de ses officiers de vaisseaux un corps d’élite de la Marine française (chapitre xv).

4Tout ceci rend possible la présence et l’activité européenne aux Indes Orientales, dont la troisième partie étudie divers aspects. Après avoir découvert les sources de la connaissance des Indes Orientales en Europe (récits de commerçants, lettres de missionnaires et cartes des marins et géographes sont présentés au chapitre xvi), le lecteur entrevoit la vie outre-mer à travers la présentation de la monnaie à Pondichéry (chapitre xviii) ou l’étude de ceux qui réussirent, qu’il s’agisse de la noblesse à Bourbon (chapitre xvii), ou des quelques Français qui firent fortune dans le commerce d’Inde en Inde (chapitre xx), en particulier La Bourdonnais (chapitre xix).

5La quatrième et dernière partie est quant à elle consacrée aux rapports entre marine et colonisation (7 articles) pour aborder la question cruciale de la politique coloniale de la France dans l’océan Indien. Celle-ci semble marquée au coin de l’échec : échec du commerce des esclaves (chapitre xxi) ; échec en raison de la relative fréquence des révoltes à bord des bâtiments négriers (chapitre xxii) ; échec des expéditions commerciales en Mer du Sud, qu’il s’agisse de celle de Marion-Dufresne en 1771-1773 (chapitre xxiii) ou du voyage du Saint-Jean-Baptiste (chapitre xxiv), victime d’une mauvaise connaissance cartographique de la zone et de la permanence du monopole commercial espagnol ; échec – relatif – de l’action des Français dans l’océan Indien durant la guerre d’Indépendance américaine ; statu quo, en revanche, lors de la paix d’Amiens, négociée en 1801, qui maintient un certain équilibre entre France et Grande-Bretagne. Le dernier chapitre permet enfin au lecteur de se projeter 80 ans plus tard, pour faire le point, à travers les discours de Monseigneur Freppel, sur l’enjeu que constituent les questions coloniales dans les années 1880.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Le Mao, « Philippe Haudrère, Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-4 | 2014, 184-185.

Référence électronique

Caroline Le Mao, « Philippe Haudrère, Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-4 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2892

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page