Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-François Gicquel, Le juriste malgré lui ou les Dix Commandements du Droit concordataire selon Monseigneur Godefroy Brossays Saint-Marc

Esquisse d’une biographie juridique
Samuel Gicquel
p. 187-188
Référence(s) :

Jean-François Gicquel, Le juriste malgré lui ou les Dix Commandements du Droit concordataire selon Monseigneur Godefroy Brossays Saint-Marc. Esquisse d’une biographie juridique, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2011, 740 p.

Texte intégral

1C’est au cours de sa thèse de doctorat en droit soutenue à Rennes en 2000 et consacrée au Concordat en Bretagne – Clergé et administration (1801-1879) que Jean-François Gicquel a croisé la figure de Mgr Godefroy Saint-Marc. Devenu maître de conférence d’histoire du droit à l’université de Nancy, il revient dans un volumineux ouvrage de 740 pages sur cet évêque de Rennes qui le fascine et le séduit, comme il l’avoue dès l’introduction. Le sous-titre de l’ouvrage – « esquisse d’une biographie juridique » – révèle le caractère hybride de la recherche et l’objectif de Jean-François Gicquel : jeter un nouvel éclairage sur la vie de Mgr Brossays Saint-Marc et sur l’application du droit concordataire en faisant dialoguer l’un et l’autre.

2L’ouvrage se situe donc au carrefour du droit et de l’histoire. Il couvre essentiellement les années 1841-1878, qui correspondent à l’épiscopat de Mgr Brossays Saint-Marc. Les prolégomènes, qui retracent rapidement la biographie du prélat, rappellent sa remarquable ascension : né à Rennes en 1803, ce fils de bourgeois est ordonné prêtre en 1831 par Mgr de Lesquen, qui en fit son vicaire général dès 1834, puis son successeur. Promu évêque en 1841, Mgr Brossays Saint-Marc s’affirma breton concordataire. L’approche singulière du sujet est stimulante et séduisante mais, il faut l’avouer, la forme finale déroute l’historien. L’ouvrage se compose en effet de deux parties fort inégales : tandis que la première, qui traite de la résistance de l’évêque aux dispositions concordataires, couvre 44 pages, la seconde, consacrée à son appropriation du régime juridique en vigueur, s’étend sur 646 pages ! La constitution d’un décalogue du droit concordataire sert de fil conducteur et témoigne d’une habileté intellectuelle certaine de l’auteur mais occasionne certaines redites et tend à gommer la dimension chronologique.

3D’une plume prolixe laissant souvent apparaître des jugements personnels, l’auteur parvient à faire vivre l’évêque dans la complexité du jeu concordataire, nourrissant sa réflexion grâce à une abondante documentation issue notamment de la série V des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine. Les conflits avec l’administration préfectorale sont bien restitués et le lecteur saisit alors la forte personnalité de Mgr Brossays Saint-Marc. L’évêque, qui se montre tour à tour manipulateur, séducteur, autoritaire, use de son talent politique pour s’attirer les bonnes grâces de Napoléon III. Ce n’est qu’après l’obtention de la dignité archiépiscopale, en 1859, que le métropolitain de Bretagne prend ses distances avec l’empereur, en particulier au sujet de la question romaine.

4Désormais, l’archevêque ultramontain se rapproche de Pie IX et le prisme juridique révèle toute sa pertinence pour saisir les conflits idéologiques et ecclésiologiques qui traversent l’Église catholique en Bretagne. Le concile de Vatican I en particulier révèle ces tensions en faisant apparaître les divergences entre un Mgr Brossays Saint-Marc, zélé défenseur de la cause pontificale, et ses confrères briochin et vannetais, Mgr David et Mgr Bécel, plus réservés. Cet épisode montre bien que le titre d’archevêque et de métropolitain conféré à Mgr Brossays Saint-Marc n’en fait pas le « pape breton » (p. 18) comme le qualifie Jean-François Gicquel dans un excès d’enthousiasme.

5La sympathie de l’auteur pour son sujet rend cette « biographie juridique » vivante, mais parfois très personnelle et laudative. Jean-François Gicquel fait certes des nuances mais tend à survaloriser la place de Mgr Brossays Saint-Marc dans les évolutions religieuses qui caractérisent l’époque concordataire. Il suffit de se pencher sur les diocèses voisins pour voir que l’abondance des vocations, l’attention à la formation ou la floraison des églises sont davantage des tendances conjoncturelles lourdes que le fruit d’une politique « saint-marcienne » originale et des mérites du prélat. La mobilité des vicaires est elle aussi tout à fait banale et n’est nullement liée à sa capacité à « faire fructifier sa proximité politique avec les autorités parisiennes » (p. 206). En quittant le terrain du droit, le propos est donc moins convaincant. Il l’est d’autant moins que la démonstration historique est rarement précise, l’édition ne proposant aucune note de bas de page et l’auteur donnant rarement le nom des prêtres et des paroisses qu’il évoque dans ses exemples.

6Le travail de Jean-François Gicquel offre une lecture personnelle de l’épiscopat de Mgr Brossays de Saint-Marc qui, espérons-le, stimulera de nouvelles recherches sur cet archevêque relativement peu étudié. Une approche par le bas, qui consisterait à saisir la personnalité de l’évêque à travers ses visites sur le terrain et ses correspondances avec les prêtres anonymes, serait un judicieux complément à ce travail pour éclairer ce personnage complexe et ambitieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Gicquel, « Jean-François Gicquel, Le juriste malgré lui ou les Dix Commandements du Droit concordataire selon Monseigneur Godefroy Brossays Saint-Marc », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-4 | 2014, 187-188.

Référence électronique

Samuel Gicquel, « Jean-François Gicquel, Le juriste malgré lui ou les Dix Commandements du Droit concordataire selon Monseigneur Godefroy Brossays Saint-Marc », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-4 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/2897

Haut de page

Auteur

Samuel Gicquel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page