Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Pierre Branchereau, Alain Croix, Didier Guyvarc’h et Didier Panfili (dir.), Dictionnaire des lycées publics de Bretagne

Jean Le Bihan
p. 190-193
Référence(s) :

Jean-Pierre Branchereau, Alain Croix, Didier Guyvarc’h et Didier Panfili (dir.), Dictionnaire des lycées publics de Bretagne, Rennes, PUR, 2012, 655 p.

Texte intégral

1Ce dictionnaire partage assurément un air de famille avec les autres entreprises éditoriales menées au cours de ces dernières années sous la houlette ou à l’initiative d’Alain Croix, en particulier le Dictionnaire du patrimoine breton (Rennes, PUR, 3e édition 2013) et le Dictionnaire d’histoire de Bretagne (Morlaix, Skol Vreizh, 2008) : il est imposant, pour ne pas dire monumental ; il résulte d’une vaste coopération puisqu’y ont contribué quelque 128 auteurs ; enfin il constitue un « bel objet éditorial », comme en témoignent le nombre et la qualité des illustrations (photographies de Marc Rapilliard, cartes et plans venant périodiquement éclairer le texte), mais aussi le degré de précision de la chronologie et de la bibliographie placées en annexe. Le titre de l’ouvrage ne comporte pas le mot « histoire » ; il n’y aurait pourtant rien perdu, tant il est entendu, à la lecture, que ce dictionnaire constitue d’abord et avant tout un livre d’histoire, embrassant les deux gros siècles d’existence des lycées, depuis 1802 jusqu’aux premières années du xxie siècle : ainsi avait déjà procédé le Dictionnaire des lycées publics des Pays de la Loire, premier du genre et paru trois ans plus tôt sous la responsabilité d’un collège directorial aux trois quarts identique.

2Le choix qu’ont fait les directeurs de l’ouvrage est celui d’une définition large, extensive, du lycée : sont pris en compte tous les types de lycées – généraux et technologiques, professionnels, agricoles, maritimes, de la défense – mais aussi les établissements régionaux d’enseignement adapté (EREA), à quoi s’ajoutent les lycées « disparus » de la région (p. 198-201), et, surtout, le fait que nombre de notices monographiques évoquent la période antérieure à la promotion de l’établissement au statut de lycée, période durant laquelle celui-ci était donc, selon le cas, un collège communal, une école primaire supérieure, un centre d’apprentissage etc. On ne peut que souscrire à ce parti pris qui a le double mérite d’inscrire l’histoire des lycées dans le champ plus vaste des institutions éducatives ainsi que dans une temporalité plus longue, et de rendre ainsi cette histoire plus intelligible. A contrario, l’ouvrage procède à deux exclusions qu’on pourrait discuter : celle de la Loire-Atlantique – dont le sort a déjà été scellé, certes, trois ans plus tôt – et celle de l’enseignement privé, dont le poids considérable en Bretagne s’observe au nombre important de notices qui sont conduites à l’évoquer, les unes d’un mot, les autres plus longuement. Gageons toutefois que ce double choix résulte davantage de l’implication financière du conseil régional de Bretagne dans l’entreprise que d’un positionnement intellectuel partagé par les quatre directeurs. Enfin, l’association des deux types de notices utilisés dans le Dictionnaires des lycées publics des Pays de la Loire est reprise ici : d’un côté des notices thématiques dont la plupart, les exemples en moins, pourraient intéresser toute autre académie de l’Hexagone, de l’autre des monographies rédigées par des connaisseurs, que l’on soupçonne d’enseigner ou d’avoir enseigné dans l’établissement dont ils traitent.

3Si une telle aventure éditoriale remplit de multiples fonctions extrascientifiques, seul son apport à la recherche historique retiendra ici notre attention, comme il se doit. Cet apport existe-t-il ? Oui, très certainement, malgré quelques biais qu’il convient de souligner. En premier lieu, ce dictionnaire explore des thématiques scientifiquement pionnières. Le pari était celui d’une histoire « aussi totale que possible » (p. 17) des lycées : pari audacieux, mais globalement tenu tant il est vrai qu’aucune des facettes de cette histoire n’est négligée, et fécond en ce qu’il entraîne le lecteur sur des sentiers encore peu balisés, spécialement celui de l’histoire matérielle, patrimoniale des lycées, dont Jean-Noël Luc avait souligné l’injuste minoration historiographique il y a une dizaine d’années (« À la recherche du “tout puissant empire du milieu”. L’histoire des lycées et leur historiographie du Second Empire au début du xxie siècle », dans Caspard, Pierre, Luc, Jean-Noël et Savoie, Philippe (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes. Deux siècles d’histoire, Paris, INRP, 2005, p. 34). Particulièrement originales sont les notices intitulées « Cabinet d’aisance » (p. 122), « Cour » (p. 170-171), « Dortoir », « Espaces verts » (p. 229-231), « Parloir » (p. 457), « Professeurs (salle des) » (p. 486-487), pour n’en citer que quelques-unes. Plusieurs d’entre elles ouvrent des pistes des plus stimulantes qui ne pourront qu’alimenter la réflexion des spécialistes d’histoire de l’enseignement. Ici, à ce premier niveau, la Bretagne est plutôt un terrain d’observation, au sens où tous ces développements ne concernent évidemment pas en propre l’académie de Rennes.

4Mais, en deuxième lieu, ce dictionnaire évoque aussi les particularités du « lycée breton ». Ces particularités sont englobées dans l’histoire plus générale de l’enseignement en Bretagne, marquée, on le sait, par un prodigieux renversement qui a vu la région passer du statut de territoire très peu performant à celui de territoire hyper-performant sur le plan scolaire entre la seconde moitié du xixe siècle et la seconde moitié du xxe siècle : singulier phénomène qui agite les historiens de la Bretagne depuis plusieurs décennies, qui a conduit à parler de « modèle éducatif breton », fondé sur la réussite et l’excellence, et qui a fait récemment l’objet d’un essai de synthèse sous la plume de Bernard Pouliquen (Construire l’excellence scolaire. L’exemple de la Bretagne, Rennes, CRDP de Bretagne, 2010). Deux notices récapitulent efficacement les acquis et débats en ce domaine : celles intitulées « Ascension sociale » (p. 69-70) et « Démocratisation » (p. 192-193), signées respectivement Jean-Manuel de Queiroz et Pierre Merle. On les complètera par la très bonne mise au point de Vincent Troger (p. 421-429), qui montre que les enseignements professionnels et techniques, ceux qui, bien sûr, se ressentent le plus des influences de l’environnement socioéconomique, ont puissamment contribué, eux aussi, à cette « succes story scolaire » (p. 427). Évidemment, pour affiner la discussion et renouveler ce qui tend à devenir, au fil des synthèses, une espèce de palimpseste historiographique, il faudrait disposer de nouveaux travaux. Fondamentale, assurément, serait une étude sur l’enseignement secondaire et l’enseignement primaire prolongé bretons durant l’entre-deux-guerres, période où, de toute évidence, l’excellence scolaire de l’après-guerre se prépare. En attendant, glanons ici toutes les remarques propres à faire avancer la réflexion : sur la mise à l’épreuve du « modèle éducatif » breton au temps de la crise généralisée (p. 70), par exemple, ou bien sur la singulière propension des lycéens bretons à se mobiliser, que Pascal Burguin rapporte à bon droit à la centralité du fait scolaire dans la société bretonne contemporaine (p. 400).

5À un troisième et dernier niveau ce dictionnaire sera utile aux chercheurs de demain : en tant qu’il livre des informations inédites sur l’histoire des lycées bretons, puisées à des sources primaires – principalement des témoignages et des archives d’établissement lato sensu – dont beaucoup, sans cette initiative, auraient sans doute disparu sans laisser de traces. À cet égard, l’ouvrage apparaît comme une véritable mine. Il se révèle particulièrement précieux pour pénétrer l’histoire toujours complexe et toujours singulière des relations entre les différents acteurs impliqués dans la vie d’un lycée (élus locaux, chefs d’établissement, enseignants, parents d’élèves etc.), relations qui s’intensifient visiblement en deux temps principaux, celui de la lutte pour l’ouverture du lycée et celui du combat pour sa sauvegarde, au cours desquels se recompose ce que les politistes appellent le « système d’acteurs ». Et l’ouvrage est littéralement indispensable pour toucher, même imparfaitement, à l’expérience quotidienne du lycée – jusque dans sa dimension sensorielle : il faut lire ici les belles lignes que consacrent J.-P. Branchereau et D. Guyvarc’h aux lycées des bords de mer (p. 418). On n’est que plus gêné par deux faits. Le premier est l’absence de références aux sources utilisées, qui rend le propos invérifiable et complique d’avance la tâche de qui voudra reprendre l’enquête sur tel établissement ; mais c’est là le résultat d’un choix éditorial qui se justifie pleinement, par ailleurs, par le fait que le lectorat visé n’est pas celui des chercheurs en histoire, du moins pas spécifiquement. Le second est beaucoup plus gênant : beaucoup de monographies d’établissement pèchent ostensiblement par irénisme ; elles donnent l’impression de vouloir taire à tout prix problèmes et difficultés, ce qui jette immanquablement le soupçon sur leur valeur documentaire, d’autant, on le sait bien, que l’académie de Rennes ne se signale pas que par de glorieux records, comme en témoignent, entre autres, la fréquence des conduites suicidaires au sein de la jeunesse bretonne et la quantité de produits psycho-actifs que celle-ci consomme, ce qui, certes, n’est pas le moindre des « paradoxe[s] breton[s] » (p. 535), comme le dit à raison Claire Maitrot. Ces réserves posées, on reconnaîtra qu’il était sans doute malaisé pour les auteurs des notices de tenir un propos par trop critique à l’endroit de « leur » établissement, et l’on saura gré aux directeurs de l’ouvrage d’avoir l’honnêteté de pointer le problème dans l’introduction (p. 30) et tout spécialement à Alain Croix d’y insister au détour de la très intéressante notice intitulée « Rumeurs » (p. 525).

6Assurément, donc, ce livre rendra de grands services aux historiens de l’enseignement secondaire en Bretagne, d’autant que ce champ de recherches était et reste passablement délaissé, ce qui s’explique à la fois par des raisons historiographiques (la querelle scolaire, caractéristique de la Bretagne contemporaine et qui a focalisé l’attention de nombreux chercheurs, s’observe mieux dans l’enseignement primaire, présent partout) que documentaires (les sources relatives aux lycées bretons sont très abondantes mais conservées pour l’essentiel aux Archives nationales). Au regard de l’indigence des travaux sur la question, on peut même, sans exagérer, considérer cet ouvrage comme un événement historiographique. Il se dit qu’un dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne est à présent en préparation : serait-ce là une nouvelle expression, en abyme, de l’effet intrinsèquement stimulant de la concurrence scolaire en Bretagne ? Affaire à suivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Le Bihan, « Jean-Pierre Branchereau, Alain Croix, Didier Guyvarc’h et Didier Panfili (dir.), Dictionnaire des lycées publics de Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-4 | 2014, 190-193.

Référence électronique

Jean Le Bihan, « Jean-Pierre Branchereau, Alain Croix, Didier Guyvarc’h et Didier Panfili (dir.), Dictionnaire des lycées publics de Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-4 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2901

Haut de page

Auteur

Jean Le Bihan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page