Navigation – Plan du site

Un chantier de restauration à Angers à la fin du Moyen Âge : le compte de Jean Perier

A restoration worksite in Angers at the end of the Middle Ages: the accounts of Jean Perrier (1478)
Isabelle Mathieu
p. 41-75

Résumés

En 1478, Jean Perier est missionné par le corps de ville d’Angers pour engager la remise en état d’une partie des fossés et des murs de l’enceinte urbaine. Sa comptabilité, un registre d’une centaine de folios, fait état de nombreuses informations concernant l’organisation matérielle du chantier, l’acheminement des matériaux nécessaires à la réalisation des travaux ou bien encore les corps de métier engagés. Au fil des pages, l’auteur de ce compte nous fait entrer de plein pied dans cet univers de travail où se côtoient des individus issus d’horizons socio-économiques différents. À cet égard, il faut mentionner la présence de plusieurs hommes condamnés par la justice à venir effectuer des périodes de travail, s’étalant parfois sur toute une semaine, dimanche compris. Jean Perier à qui revient la charge de suivre le chantier et de payer les travaux au fur et à mesure de leur réalisation se fait également le porte-parole d’un quotidien fait de temps à autre d’accidents et de blessures. Ces quelques pages font également une place aux femmes, présentes pour distribuer l’eau ou prendre en charge les blessés.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Moyen Âge

Noms de lieux :

Angers
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La mise en place des travaux : une procédure bien conçue
La nature des travaux engagés
Des chantiers multiples, une organisation complexe
Les temps du chantier
Diversité des travaux engagés
Préparer le terrain
Creuser, recreuser les fossés, nettoyer les abords de la muraille
Construire, réparer
Les moyens humains et techniques
Effectifs et corps de métiers présents sur le chantier
Matériel et matériaux
Des matériaux bruts et transformés
Du gros matériel
De l’outillage et de la quincaillerie
Des outils pour transporter et porter
Le coût du chantier
Quelques aspects du quotidien d’un chantier à la fin du Moyen Âge
Un chantier sous surveillance : bagarres, désertions et tensions
Des femmes dans un univers d’hommes
« Les risques du métier » : la prise en charge des blessés

Aperçu du texte

Le « Compte de Jehan Perier » est un registre papier de cent folios répertoriant les dépenses qui ont été engagées entre le 27 mars et le 28 septembre 1478 pour « la reparacion des foussez » situés à proximité de quatre portes (Saint-Aubin, Saint-Nicolas, Saint-Michel et Lyonnaise) de l’enceinte de la ville d’Angers. À cette époque, l’enceinte s’étend sur 3,8 kilomètres et ne compte pas moins de sept portes principales (dont cinq en rive gauche) et sans doute quarante-cinq tours (24 sur la rive gauche et 21 sur la rive droite de la Maine). Protégé par une couverture en parchemin, le document est en assez bon état de conservation.

La défense et la protection de l’enceinte d’Angers font l’objet d’une attention particulière durant tout le bas Moyen Âge. En 1473, par exemple, sur ordre du conseiller du roi, Jean des Plantes, une enquête est diligentée par un collège d’experts afin de faire le point ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Mathieu, « Un chantier de restauration à Angers à la fin du Moyen Âge : le compte de Jean Perier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-1 | 2015, 41-75.

Référence électronique

Isabelle Mathieu, « Un chantier de restauration à Angers à la fin du Moyen Âge : le compte de Jean Perier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-1 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2953 ; DOI : 10.4000/abpo.2953

Haut de page

Auteur

Isabelle Mathieu

maîtresse de conférences en histoire médiévale, Université d’Angers, CERHIO UMR 6258

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page