Navigation – Plan du site

Châteaubriant et Ancenis. La « frontière » entre le duché et le royaume en 1487-1488

ou « Avoir gecté la frontière si loing des pays du Roy »
Christian Bouvet et Alain Gallicé
p. 77-101

Résumés

La réouverture du dossier concernant la prise des deux places fortifiées de Châteaubriant et d’Ancenis en 1487 et 1488 par le duc Louis de La Trémoille lors de la guerre d’Indépendance de Bretagne permet de préciser certains éléments du déroulement des événements (les sièges et le démantèlement de ces deux places) et de l’aspect du camp de La Trémoille à Châteaubriant. Elle permet également de s’interroger sur la notion de frontière à la fin du Moyen Âge. Ces deux villes sont situées dans la zone de marche qui sépare la Bretagne du Royaume. Ce n’est qu’en temps de tension et plus encore d’affrontement entre le Duché et le Royaume que la limite devient une « frontière ». Les événements militaires font varier son tracé : ainsi, selon le roi, le démantèlement de la place d’Ancenis le repousse jusqu’à Nantes, seule place importante existante au-delà d’Ancenis.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVe siècle

Noms de lieux :

Châteaubriant, Ancenis
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Châteaubriant et Ancenis face aux enjeux français et bretons
Au temps de la conjuration, mars 1487 - décembre 1487
« Soyons tous bretons », décembre 1487 - mars 1488
La prise de Châteaubriant et d’Ancenis
La prise de Châteaubriant
La prise d’Ancenis
Retour sur les sièges
Le démantèlement des deux places et la « frontière »
Le démantèlement des places
Le camp de Châteaubriant
De la frontière

Aperçu du texte

Le 20 mai 1488, soit le lendemain de la capitulation d’Ancenis alors que la place de Châteaubriant s’est rendue le 23 avril, l’amiral Louis Malet de Graville écrit dans une lettre adressée à Louis de La Trémoille, commandant l’armée royale : « il semble a de voz amys que veu le bon exploit qui a esté fait du cousté là où vous estes, qui est d’avoir gecté la frontiere si loing des pays du Roy ».

La notion de « frontière » est ici au cœur des préoccupations d’un proche conseiller du roi Charles VIII et de la régente Anne de France. Plus encore, pour lui, c’est un « exploit » consécutif aux prises de Châteaubriant et d’Ancenis. Notre problématique est d’expliquer cette situation et d’expliciter cette notion de frontière dans ce contexte. Les prises des places de Châteaubriant et d’Ancenis lors de la guerre d’Indépendance de Bretagne sont des événements connus. Cependant, des études récentes ainsi que les réflexions sur les marches de Bretagne et l’idée de frontière impulsées par un coll...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Bouvet et Alain Gallicé, « Châteaubriant et Ancenis. La « frontière » entre le duché et le royaume en 1487-1488 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-1 | 2015, 77-101.

Référence électronique

Christian Bouvet et Alain Gallicé, « Châteaubriant et Ancenis. La « frontière » entre le duché et le royaume en 1487-1488 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-1 | 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/2955 ; DOI : 10.4000/abpo.2955

Haut de page

Auteurs

Christian Bouvet

inspecteur d’académie honoraire

Alain Gallicé

docteur en histoire médiévale, chercheur associé au CHRIA, EA 1163 – Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page