Navigation – Plan du site

L’apothéose de La Tour d’Auvergne

Une grande fête publique sous la monarchie de Juillet
The apotheosis of La Tour d’Auvergne. A great public celebration during the July Monarchy
Alain Le Bloas
p. 135-159

Résumés

En 1841, Carhaix est le théâtre d’une des plus grandes fêtes publiques organisées en Bretagne sous la monarchie de Juillet. L’inauguration de la statue de La Tour d’Auvergne, héros révolutionnaire et enfant du pays, en est le prétexte. Cette commémoration voulue et préparée par le préfet Boullé est l’aboutissement d’une mobilisation conjointe de l’État et d’une partie des élites bretonnes. Le rassemblement puise dans les différents registres de la fête publique : la fête funèbre romantique, la statuomanie, la fête patriotique, la fête libérale. Elle est aussi à travers celui qui est à cette occasion propulsé grand homme de la Bretagne célébration de la région. Si le rassemblement est un succès par sa fréquentation et son parfait déroulement, il ne parvient cependant pas à fédérer pour le plus grand profit du régime comme l’espéraient les organisateurs. L’Église se montre en effet hostile au culte du héros et organise dans les campagnes cornouaillaises un véritable boycottage de la cérémonie. Quant aux participants, ils ne se laissent pas docilement manipuler par la propagande orléaniste.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Carhaix
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un retour des cendres en Bretagne
Le trajet fluvial et maritime
Le trajet terrestre de Morlaix à Carhaix
La fête funèbre
Une fête orléaniste
Un moment statuomane
Une fête patriotique
Une fête libérale
Une fête régionale
La Bretagne se découvre un héros
La Bretagne saisie par la fièvre commémorative
La fête du 27 juin 1841 comme célébration de la Bretagne
Une fête réussie ?
Une fête pour la seule Basse-Bretagne
Une fête boudée par le clergé…
…et par les campagnes

Aperçu du texte

Théophile Malo de La Tour d’Auvergne, héros des armées de la République et idole des celtomanes, est mort glorieusement pour la patrie le 27 juin 1800. Quarante-et-un ans après jour pour jour, Carhaix, sa ville natale, offre une statue à son fils le plus célèbre. Cette commémoration a été voulue et orchestrée de main de maître par le préfet Boullé. Elle donne lieu à l’une des plus grandes fêtes publiques jamais vues en Bretagne durant le règne de Louis-Philippe. Et en lui conférant l’apothéose, lance véritablement la carrière posthume du premier grenadier qui, fort de la reconnaissance publique, entre vraiment dans le panthéon des héros nationaux et devient le grand homme de la Bretagne. Cet événement et le sujet commémoré, bien oubliés depuis, font se rencontrer trois outils pédagogiques par lesquels les différents régimes qui se succèdent à partir de 1830 cherchent à imposer à la société française les va...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Le Bloas, « L’apothéose de La Tour d’Auvergne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-1 | 2015, 135-159.

Référence électronique

Alain Le Bloas, « L’apothéose de La Tour d’Auvergne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-1 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/2977 ; DOI : 10.4000/abpo.2977

Haut de page

Auteur

Alain Le Bloas

professeur agrégé d’histoire-géographie, collège de l’Harteloire, Brest

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page