Navigation – Plan du site

La production de guano artificiel, une étape dans la professionnalisation des fabricants d’engrais : l’exemple d’Édouard Derrien à Nantes (1840-1860)

« Artificial guano » a step in the professionalization of fertiliser manufacturers: The example of Edouard Derrien in Nantes (1840-1860)
Philippe Martin
p. 161-190

Résumés

Cet article contribue à l’histoire des prémisses de l'industrie des engrais. C’est l’époque des débuts de l'agriculture intensive en France, une époque de transition où le fumier se révèle insuffisant face à un besoin croissant de terres à cultiver pour une population en forte hausse. C'est alors que se constitue le marché des engrais et s’élabore des réglementations de ce marché. L'engrais devient à la fois un enjeu du commerce international à la main du négoce et le produit d'une nouvelle industrie à la main d'industriels de plus en plus spécialisés dans sa fabrication.

Dans ce contexte d'accroissement de la demande de fertilisants, les industriels de l'estuaire de la Loire en proposent de nouveaux, des engrais composés à partir de résidus industriels et urbains locaux à bas prix. Ces produits se positionnent comme substituts de produits de ce commerce des « engrais artificiels » tels que les « noirs résidus de raffinerie » et les guanos du Pérou.

À travers une étude de cas, celle du fabricant d'engrais nantais, Edouard Derrien, nous nous proposons de mettre en lumière la stratégie relationnelle, industrielle et commerciale, mise en œuvre par ces fabricants du milieu du xixe siècle en marche vers la professionnalisation. Nous suivrons leurs initiatives pour d'une part, amener à la maturité, avec des produits de qualités et innovants, cette industrie des « engrais artificiels » et pour, d'autre part, légitimer le métier de fabricant d'engrais confronté à la méfiance causée par la falsification des produits.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle

Noms de lieux :

Nantes
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Émergence des engrais artificiels
L’enjeu de la réutilisation pour la chimie agricole
Émergence d’une industrie des engrais artificiels à Nantes
Le guano artificiel d’Édouard Derrien, un produit de qualité au service d’une légitimation
Un nom « que tout le monde comprenne et prononce facilement »
Une démarche agronomique, rationnelle et expérimentale
Une demande de réglementation du marché et l’arrêté préfectoral de 1850
Des pratiques commerciales innovantes
Une légitimation avec l’appui des réseaux savants
Le développement du marché et de la filière
Les guanos artificiels dans les années 1845 à 1865 : vers la professionnalisation des fabricants
La promotion par les Sociétés d’agriculture
Une vague d’inventions de guanos artificiels
Innovation par agencement nouveau de procédés disponibles
La fin du guano artificiel

Aperçu du texte

Au début du xixe siècle, le développement démographique et urbain en Europe nécessita l’accroissement de la production agricole par l’exploitation intensive des terres déjà cultivées et par le défrichement de nouvelles surfaces. L’insuffisance des stocks de fumiers de ferme pour la fertilisation de ces terres conduisit à la quête de nouveaux engrais, des engrais artificiels. Ces derniers, encore appelés engrais commerciaux, étaient pour les auteurs de l’époque, des « engrais qui ne se préparaient pas dans les fermes à l’aide des produits directs des exploitations rurales » ; ainsi ils étaient définis par opposition aux fumiers de ferme considérés comme les engrais naturels par les cultivateurs. Parmi les engrais artificiels figurait le sous-ensemble des engrais industriels, des engrais manufacturés par des industriels.

Deux engrais artificiels dominèrent alors le commerce international : le noir résidu de r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martin, « La production de guano artificiel, une étape dans la professionnalisation des fabricants d’engrais : l’exemple d’Édouard Derrien à Nantes (1840-1860) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-1 | 2015, 161-190.

Référence électronique

Philippe Martin, « La production de guano artificiel, une étape dans la professionnalisation des fabricants d’engrais : l’exemple d’Édouard Derrien à Nantes (1840-1860) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-1 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/2979 ; DOI : 10.4000/abpo.2979

Haut de page

Auteur

Philippe Martin

Doctorant en épistémologie, histoire des sciences et des techniques, Centre François Viète - Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page