Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Henry Cyprien, Qhaghebeur Joëlle, Tanguy Bernard (présenté et introduit par), Cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé

Daniel Pichot
p. 159-161
Référence(s) :

Henry, Cyprien, Qhaghebeur, Joëlle, Tanguy, Bernard (présenté et introduit par), Cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé, Préface d’Alain Pennec, Rennes, PUR/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, coll. « Sources médiévales de l’histoire de Bretagne », 2014, 469 p., 40 €.

Texte intégral

1Ce beau livre, cartonné, soigneusement composé et illustré prend sa place dans la nouvelle collection des sources médiévales de l’histoire de Bretagne mais, précisons le tout de suite, il ne s’agit pas d’une nouvelle édition du texte déjà publié en 1896 puis en 1904 par Léon Maître et Paul de Berthou. L’entreprise, initiée par l’Association des Amis de l’abbaye sainte-Croix de Quimperlé poursuivait un but à la fois historique et patrimonial, le modèle de ce travail étant l’édition numérique du Cartulaire de Redon publiée en 1998.

2Trois introductions rédigées par des spécialistes apportent de précieux renseignements et font le point sur nos connaissances sur le cartulaire et l’histoire de la Cornouaille à l’époque féodale dont le cartulaire constitue la source principale. C. Henry, qui a beaucoup travaillé déjà sur les actes des évêques bretons était sans doute le mieux à même de faire le point sur ce manuscrit conservé à la Bristish Library. Il se livre à une analyse codicologique et diplomatique d’un grand intérêt. Le volume de format assez modeste est constitué d’un parchemin de tradition insulaire ce qui est peu commun. Ensuite, l’analyse des cahiers permet de reconstituer l’histoire complexe du manuscrit.

3Ce cartulaire est multiple et ne se limite pas à recueillir les actes de l’abbaye, l’ambition de son auteur que nous connaissons, le moine Gurheden, est décrite dans sa préface, document des plus rares. Il déroule successivement une vita de Saint Guthiern supposé fondateur, une liste des évêques de Cornouaille et de Nantes ainsi que des papes, une brève chronologie et enfin les actes diplomatiques. Il voulait ainsi répondre à plusieurs finalités : offrir des éléments juridiques pour défendre l’abbaye contre les adversaires laïcs ou même monastiques, les conflits ne furent pas rares avec Redon, mais aussi permettre une histoire de l’abbaye et garder mémoire des donateurs et des moines, sans parler évidemment de la mise au net du patrimoine. Le cartulaire est donc conçu par son auteur comme un élément majeur pour le rayonnement de l’abbaye et son prestige, alors qu’elle atteint un certain niveau de puissance mais peut être menacé, moment que C. Henry place entre 1124 et 1130. Ses continuateurs conserveront ces choix mais avec plus ou moins de bonheur. L’étude montre comment travaille Gurhéden qui veut donner une copie exacte des actes prenant modèle sur le cartulaire de Redon, ce qui ne l’empêche pas d’intervenir et de réécrire certains actes. Sa fidélité aux originaux est modulée en fonction de l’enjeu et de l’importance des actes.

4Ensuite, J. Quaghebeur présente le contexte historique et donne des pistes sur ce que le cartulaire peut apporter à la connaissance de la région en reprenant et en développant les conclusions de sa thèse et en nous faisant profiter des acquis de ses récentes recherches dans un texte intitulé « Institutions, société, vie quotidienne ». Elle y développe la formation du lignage de Cornouaille avec Alain Canhiart et reprend les éléments qui aboutissent à la fondation de l’abbaye Sainte-Croix. La comtesse Judith partit pour rencontrer Léon IX en 1050, lequel conseilla la fondation. Le cartulaire veut visiblement imposer l’idée d’une fondation largement inspirée par la papauté en ces années de réforme, même si celle-ci fut sans doute de quelques années antérieure. Alain Canhiart installa sans doute l’abbaye sur un domaine public. Par la suite, les donations se multiplièrent et Sainte-Croix devint une abbaye puissante. Le long abbatiat de Benoît, frère du comte, bientôt évêque de Nantes, contribua largement à sa prospérité. Terres, droits mais aussi commerce assurèrent son développement.

5Le troisième texte, de B. Tanguy, analyse les noms d’hommes et de lieux. Si le cartulaire est moins riche que celui de Redon, il n’en apporte pas moins des renseignements précieux, d’autant plus qu’il se place en plein cœur de la zone de langue bretonne. De nombreux détails peuvent être relevés mais le constat le plus intéressant réside dans l’évolution qui trahit une nette transition du vieux breton vers le moyen-breton.

6Après ces chapitres introductifs est intégrée la totalité du manuscrit en photographie numérique. L’ensemble est d’une grande qualité mais évidemment ne dispense pas d’une consultation de l’édition ancienne qui veut travailler sur les textes. La reproduction n’offre pas un document esthétiquement exceptionnel. Aucune miniature comme dans le cartulaire du Mont-Saint-Michel et même pas de lettrine décorée. Ce genre d’édition n’est cependant pas à dédaigner. Bien sûr, elle offre au curieux et au chercheur une reproduction très fidèle d’un manuscrit difficile à consulter et aujourd’hui, alors que l’étude des manuscrits se penche sur les moindres détails matériels, de telles photographies ne sont pas sans intérêt.

7Rééditer les textes aurait été une entreprise d’une autre envergure, mais des analyses de chaque acte sont placées dans les marges, ce qui permet un repérage et sert de base à une table très intéressante qui restitue l’ordre des textes dans le manuscrit, ordre que l’édition ancienne avait bouleversé. Enfin, les éditeurs ont ajouté des index très complets et des plus utiles. Au total, c’est donc une édition prestigieuse au caractère patrimonial incontestable mais qui ne périme pas l’édition ancienne du texte pour le chercheur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Pichot, « Henry Cyprien, Qhaghebeur Joëlle, Tanguy Bernard (présenté et introduit par), Cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-2 | 2015, 159-161.

Référence électronique

Daniel Pichot, « Henry Cyprien, Qhaghebeur Joëlle, Tanguy Bernard (présenté et introduit par), Cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3081

Haut de page

Auteur

Daniel Pichot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page