Navigation – Plan du site
Comptes rendus bibliographiques

Giron-Panel Caroline, Granger Sylvie, Legrand Raphaëlle et Porot Bertrand (dir.), Musiciennes en duo. Mères, filles, sœurs ou compagnes d’artistes

Frédérique Pitou
p. 164-165
Référence(s) :

Giron-Panel, Caroline, Granger, Sylvie, Legrand, Raphaëlle et Porot, Bertrand (dir.), Musiciennes en duo. Mères, filles, sœurs ou compagnes d’artistes, Rennes, PUR, 2015, 254 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un colloque tenu au Mans en avril 2013 à l’occasion duquel se sont rencontrés des chercheurs et chercheuses venus d’horizons divers comme le montre la rapide présentation des auteurs placée au début du volume, musicologues, historiens d’art et historiens, réunis pour réfléchir à la situation des musiciennes dans le cadre des duos d’artistes.

2Il témoigne tout d’abord d’un travail parfait sur la forme ; on y trouve certes les treize textes liés au colloque, ordonnés en trois parties, les artistes en famille, les couples d’artistes et les duos face à la société, précédées d’une préface de Michelle Perrot, à l’issue de laquelle le lecteur peut penser que l’essentiel est dit mais qui donne néanmoins envie de continuer la lecture. Un bref avertissement rappelle les difficultés, à l’écrit, de celles et ceux qui souhaitent que la langue française soit en marche vers une écriture non sexiste ; il précède une introduction due à Caroline Giron-Panel, Sylvie Granger et Bertrand Porot qui met en évidence la nouveauté des questionnements et le décentrement par rapport aux approches usuelles de l’histoire de la musique qui se retrouve dans les différentes contributions. Celles-ci sont suivies de « pistes bibliographiques », selon le titre modestement donné à la rubrique, alors que sont signalés 250 titres, de résumés des différents articles, d’un index des noms dont on sait la difficulté et qu’on trouve rarement, malgré son utilité, dans de tels ouvrages et d’une conclusion de Raphaëlle Legrand qui s’achève par un énorme défi : « à quoi donc peut donc servir un livre si ce n’est à changer la vie ? » qui donne au lecteur jusqu’alors papillonnant la volonté de se plonger dans les treize communications.

3On y trouve tout d’abord le récit de carrières de musiciennes dont l’apprentissage de la musique s’est fait dans un cadre familial. C’est Lavinia, fille d’Annibale Guasco qui publie, à Turin en 1586, le texte que son père a écrit pour elle au moment où, à onze ans, elle allait quitter sa famille pour entrer au service de la duchesse de Savoie. Catherine Deutsch donne la traduction en français des deux passages consacrés à la musique, où l’on voit l’éducation musicale des filles et ses enjeux dans la société aristocratique italienne de la fin de la Renaissance. C’est Sabina Pasqual, fille, épouse et mère de musicien, puis finalement chanteuse soliste, à Madrid au début du xviiie siècle, évoquée par Caroline Bec. Jérôme Rossi évoque les sœurs Harrison, qui figurent parmi les plus brillantes interprètes du premier tiers du xixe siècle anglais, leur passion commune pour la musique, leurs relations avec des artistes contemporains et la prégnance du cocon familial puisque les sœurs jouent en fait pour leur mère. Dans un second temps, sont évoquées des couples d’artistes. Justine Favart, mariée à un dramaturge, Marie-Thérèse Laruette et Marie-José Trial toutes les deux mariées à des chanteurs ainsi que Rose Dugazon, mariée à un acteur de la Comédie française, sont appréciées du public parisien de la seconde moitié du xviiie siècle. D’après Raphaëlle Legrand, leur aisance financière leur a fourni une certaine marge de manœuvre pour contourner les écueils de la condition féminine de leur époque et faire carrière dans la musique et le théâtre. Nicolas Derny déroule la vie d’un couple d’un genre très classique, celui formé par un maître et son élève, Vitezslava Kapralova et Bohuslav Martinu, où se développent émulation et complémentarité dans la composition alors que Renaud Bouchet, à partir d’une déclaration d’Éliane Radigue : « on partageait tout avec Arman, mon aventure musicale et son aventure picturale », présente le court parcours commun (années 1950-1960) des deux avant-gardistes. Leur duo s’achève par une séparation, contrairement à celui, durable au contraire, qui a réuni la poétesse Jehanne d’Orliac et la pianiste Geneviève Dehelly, dont Frédérick Sendra nous raconte que les débuts permettent à un commentateur bien intentionné la question suivante : « La femme pianiste peut-elle égaler l’homme ? ». Elles se rencontrent dans les années 1920 et jettent les bases d’un genre novateur : le concert-lecture. Catherine Cessac reprend pour nous l’itinéraire de l’une des grandes figures de la musique baroque française, Élisabeth Jacquet de La Guerre et construit son article autour du duo que forme la claveciniste et… son roi, Louis XIV, duo fondé sur l’affection, l’admiration, la confiance (dès l’age de 5 ans, elle se produit à la Cour, le roi l’aide par des privilèges, elle lui dédicace longuement ses œuvres). L’ouvrage s’achève par le parcours de quatre musiciennes compositrices et mariées, du xixe siècle, que Florence Launay qualifie d’« itinéraires positifs ». Ce sont Louise Farrenc, Loïsa Puget, Clémence de Granval, Marie Jaëll dont les maris ont non seulement admis les ambitions créatrices de leurs épouses, mais les ont favorisées en y participant.

4Les périodes chronologiques évoquées sont diverses, depuis les jongleresses du Moyen-Âge (xiiie et xive siècle) d’Isabelle Ragnard jusqu’à l’avant-garde du second xxe siècle. Les sources sollicitées par les uns et les autres ne sont pas également loquaces. Alors que l’historienne du Moyen-Âge cherche à saisir l’autonomie sociale de ses jongleresses, menestrelles ou menestrières par un nom relevé dans des rôles d’impôt, Renaud Bouchet peut converser avec la musicienne sur laquelle il travaille. Et c’est bien d’une source exceptionnelle, désormais bien connue des historiens et des musicologues, dont nous parle Sylvie Granger pour la fin de l’époque moderne, et dont l’exploitation doit permettre à terme de dresser un tableau des musiciens et musiciennes d’église en France en 1790. L’article se penche ici sur des femmes organistes que l’enquête révèle ; en utilisant les sources classiques des modernistes en complément des requêtes, registres paroissiaux et minutes notariales, il fait franchir « le mur de l’invisibilité » à 155 d’entre elles. On connaît le métier de 73 de leurs pères, 51 d’entre eux exercent un métier de la musique, 41 un métier en rapport avec l’orgue ; on sait la situation matrimoniale de 148 d’entre elles, 70 % sont célibataires, mais 22 maris sont musiciens et 14 sont liés à l’orgue, « endogamie organistique ». Quelle que soit la richesse des trouvailles faites dans les requêtes de 1790, c’est dans un document secondaire que s’est trouvée la perle qu’a rencontrée Sylvie Granger : parmi les quittances comptables d’une fabrique dijonnaise, un musicien reconnaît des gages reçus pour « avoir touché l’orgue par la main de son épouse ».

5L’ouvrage entraîne également ses lecteurs dans des milieux musicaux divers, la France des xiie et xive siècles, l’Italie au xvie siècle, à nouveau la France aux xviie et xviiie siècles, l’Espagne au tournant des deux siècles puis à nouveau la France à l’époque contemporaine. Il étudie l’exercice musical au féminin dans des troupes telles que celles du théâtre lyrique espagnol, de l’Opéra comique en France. Bertrand Porot montre que le développement du « vedettariat » des femmes actrices (chanteuses et danseuses) s’accompagne pour elles de salaires supérieurs à celui des hommes, parfois leurs maris. L’auteur évoque donc les différents types de duo et les attitudes qui s’y développent.

6Ce travail, parfait sur la forme, est également innovant sur le fond car non seulement il fait le point sur un certain nombre de recherches en cours mais il soumet certaines recherches déjà faites à de nouveaux questionnements. Étudier les musiciennes en duo permet évidemment une histoire sociale et culturelle totale. Que les auteurs de ce livre soient remerciés pour avoir tenté de changer l’écriture de l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Pitou, « Giron-Panel Caroline, Granger Sylvie, Legrand Raphaëlle et Porot Bertrand (dir.), Musiciennes en duo. Mères, filles, sœurs ou compagnes d’artistes », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-2 | 2015, 164-165.

Référence électronique

Frédérique Pitou, « Giron-Panel Caroline, Granger Sylvie, Legrand Raphaëlle et Porot Bertrand (dir.), Musiciennes en duo. Mères, filles, sœurs ou compagnes d’artistes », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3088

Haut de page

Auteur

Frédérique Pitou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page