Navigation – Plan du site
Comptes rendus

David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres

Christian Bougeard
p. 205-207
Référence(s) :

Paris, Fayard, 2006, 658 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de David Bensoussan, qui est tiré d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’Institut d’Études Politiques de Paris sous la direction de Serge Berstein, vient combler un vide dans l’histoire politique et religieuse de la Bretagne. Certes, certains aspects de la période étaient déjà connus, mais c’est la première étude d’ensemble qui cherche à mettre en relations tous les acteurs et tous les paramètres permettant de saisir les évolutions des forces et des partis de la droite bretonne. En outre, 16 cartes – de l’implantation de l’Action française (AF) en 1926-1927 à celle du Parti social français (PSF) en 1938, des municipalités aux réunions et manifestations dorgéristes de 1928 à 1939 – et 16 tableaux (résultats électoraux des droites catholiques et l’évolution du rapport droite/gauche) permettent de visualiser ces évolutions.

2Société catholique et rurale, la Bretagne présente l’image d’une région de droite où « l’osmose du religieux et du politique » a souvent servi de facteur explicatif principal, sinon unique, des comportements politiques de la Révolution française aux années 1950-1960. Dans cette société « de hiérarchie acceptée » par le plus grand nombre, les structures socio économiques du monde rural évoluent encore lentement, même si la Première Guerre mondiale accélère les mutations dans une région où les ruraux ont finalement accepté la république, acceptation engagée avec le Ralliement et confortée par l’Union sacrée. En utilisant le concept précieux pour les historiens de culture politique et à partir de riches fonds d’archives (départementales, privés) et de la presse catholique, David Bensoussan montre comment le « bloc agraire », longtemps dominant et dirigé par une aristocratie terrienne légitimiste, et les défenseurs de l’ordre social chrétien, réagissent à la républicanisation croissante de la société bretonne. Il a choisi de focaliser son analyse sur la période courte de l’entre-deux-guerres durant laquelle les droites bretonnes sont confrontées à plusieurs défis. Paraissant localement puissantes, voire hégémoniques (dans les campagnes de tradition blanche de Loire-Inférieure, d’une partie de l’Ille-et-Vilaine, du Vannetais et du Léon), elles doivent faire face à la fois aux évolutions religieuses et politiques nationales et internationales et aux divisions internes. Pourtant, l’opposition entre les « blancs » et les « bleus » qui recouvre les questions religieuse et scolaire reste encore opératoire, au niveau électoral, au moins jusqu’aux élections législatives de 1936 où la question sociale prend quelque importance, en Bretagne comme ailleurs, entraînant des reclassements chez les notables centristes laïques.

3Les années vingt sont « le temps des affrontements » mais en 1914 les déchirements étaient déjà en germe. Si l’identité catholique et rurale est encore forte, l’emprise électorale est déjà en régression, pour preuve : avec le basculement du Morbihan en 1913, quatre conseils généraux sur cinq (sauf la Loire-Inférieure) ont une majorité républicaine (de centre gauche) et les anciens sillonnistes, condamnés par Rome, se sont organisés en force politique dans le Finistère avec l’appui du quotidien régional L’Ouest-Éclair. Ce courant démocrate-chrétien, clairement républicain, s’attaque à l’hégémonie du « château » lié à l’épiscopat conservateur régional proche de l’Action française. Ces hommes tentent de bousculer le champ politique breton en surmontant le traditionnel clivage gauche/droite, sans y parvenir, si bien que les droites catholiques sont minoritaires en 1919. Mais la victoire du Cartel des gauches (pas en Bretagne) et sa politique anticléricale provoquent le réveil des catholiques bretons, de grandes manifestations et une offensive cléricale relayée par les unions catholiques. La fraction la plus conservatrice pense pouvoir reprendre son ascendant sur les masses rurales quand en 1926 la condamnation par Pie XI de l’Action française, pourtant peu implantée, vient déstabiliser l’épiscopat breton et les milieux traditionalistes et monarchistes. De fait, elle favorise la montée électorale de « la dissidence » démocrate-chrétienne, avec le Parti démocrate populaire (PDP) soutenu par L’Ouest-Eclair. Ces deux courants s’affrontent durement dans le Morbihan et en Ille-et-Vilaine : en 1928 les droites catholiques sont de nouveaux minoritaires et leur recul s’accentue en 1932.

4Dans une seconde partie, la plus neuve, David Bensoussan pose la question : « la Bretagne, une terre de droite ? ». Il interroge les identités, les cultures politiques et les réseaux d’influence des droites essayant de mesurer le poids du cléricalisme et de l’histoire, montrant « la tentation du repli et les tentations identitaires du catholicisme breton », dégageant les tentatives pour bâtir une contre-société catholique qui doit engager la reconquête. Pour ce faire, il analyse le poids de la presse, reprend les dossiers de l’enjeu scolaire – l’école catholique progresse – et du syndicalisme agricole qui divise les protagonistes avec la tentative avortée d’émancipation des « cultivateurs-cultivants ».

5La troisième partie du livre est consacrée aux années 1930 : « le temps des recompositions ». Alors que les démocrates-chrétiens et L’Ouest-Eclair traversent une grave crise (éviction de l’abbé Trochu), la droite conservatrice tente de se réorganiser autour de l’Alliance nationale de l’Ouest ; une droite républicaine émerge qui va s’imposer en 1936. Hostile aux Assurances sociales, touchée par la Grande Dépression, la paysannerie fait brutalement irruption sur la scène politique. Habilement instrumentalisé par les unions syndicales conservatrices comme l’Office central de Landerneau,Dorgères transforme le mécontentement paysan en agitation politique antirépublicaine aux connotations fascisantes, avant et pendant le Front populaire. Les droites catholiques se retrouvent alors dans l’apologie du corporatisme et l’opposition au Front populaire dont la victoire provoque en Bretagne comme en France leur radicalisation et une recomposition, davantage en faveur du PSF de La Rocque, que des ligues. Les évolutions de l’entre-deux-guerres mettent fin à l’espoir d’un retour à l’ordre chrétien, brièvement réactivé sous Vichy, et préparent la voie aux succès de la démocratie chrétienne, version MRP, après 1945.

6David Bensoussan nous donne une belle synthèse, dense et bien écrite, sur les droites bretonnes en comblant certaines lacunes comme sur la Loire-Inférieure. Des thèses existaient sur l’Ille-et-Vilaine et les Côtes-du-Nord. Mais pour avoir une vision d’ensemble de la période, il ne faudrait pas oublier le rôle moteur des villes et des ports dans les changements politiques et un certain essor, dessiné en creux dans le livre, des gauches avec la progression du radicalisme et du socialisme en Bretagne de 1914 à 1936. D’une grande richesse, le livre de David Bensoussan est un apport majeur à l’histoire politique, religieuse et culturelle de la Bretagne de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Bougeard, « David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-3 | 2008, 205-207.

Référence électronique

Christian Bougeard, « David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 115-3 | 2008, mis en ligne le 30 septembre 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/309

Haut de page

Auteur

Christian Bougeard


Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page