Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mathias Gardet et Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne 1944-1984. Les coordinations bretonnes pour l’enfance et l’adolescence inadaptées

Pascale Quincy-Lefebvre
p. 207-209
Référence(s) :

Rennes, PUR, 2007, 300 p.

Texte intégral

1Mathias Gardet, historien, et Alain Vilbrod, sociologue, ne nous livrent pas ici le premier travail issu de leur collaboration. On se souvient de leur excellente publication sur les Orphelins Apprentis d’Auteuil. Avec ce nouvel ouvrage, les auteurs réinvestissent un champ dont ils sont des spécialistes reconnus. Le projet a d’abord pris la forme d’un rapport réalisé dans le cadre d’un appel d’offres de la MiRe DRESS-ministère de la Santé et des Solidarités sur « Enjeux locaux et destinataires de l’action sanitaire et sociale ». La problématique était pertinente et justifiait une histoire désormais publiée des coordinations bretonnes pour l’enfance et l’adolescence inadaptées (avec la Fédération bretonne de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence mise en place en 1944 et le Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées qui, à partir de 1964, lui succède).

2Dans le débat national, l’idée d’une politique publique de coordination de l’initiative privée à partir d’une assise territoriale s’impose dans le contexte particulier de la France de Vichy. La réflexion est pourtant plus ancienne. La loi de 1943 sur les ARSEA a sa place dans une réflexion engagée dans les années trente alors que les médias traitent du scandale des « bagnes pour gosses » ou des autres établissements pour l’enfance en danger, qu’un déficit de coordination entre acteurs publics et privés est dénoncé et qu’un appel est lancé pour une véritable politique de l’enfance en danger. En 1943, elle est également le fruit d’un contexte propice à l’affirmation de la tutelle de la Santé (et des psychiatres) en matière d’enfants difficiles. Si sur un plan doctrinal, la politique alors engagée s’appuie sur un Conseil technique de l’enfance déficiente et en danger moral, sur un plan pratique, elle débouche sur les ARSEA.

3L’institutionnalisation d’un champ de la protection de l’enfance était déjà au cœur des travaux pionniers de Michel Chauvière dans les années 1980, puis, à partir de l’exemple plus précis des ARSEA, étranges associations Loi 1901, relais des politiques publiques auprès des œuvres privées, la problématique a été reprise, précisée dans les travaux de Pierre Bodineau, de Françoise Tétard mais aussi de Jacqueline Roca à l’échelle du pays ou à travers des exemples régionaux. Le travail de Mathias Gardet et d’Alain Vilbrod n’arrive donc pas sur un terrain vierge. Il était néanmoins indispensable. L’excellente connaissance par les auteurs des acteurs et institutions de l’action spécialisée en Bretagne, l’élaboration d’un projet qui englobe plus d’un demi-siècle d’histoire apportent des éclairages nécessaires à une connaissance plus étendue des formes de structuration régionale de l’action en direction de l’enfance en difficulté en France.

4Le degré de précision de l’étude est le fruit d’une enquête serrée. C’est une richesse de l’ouvrage. On peut néanmoins regretter que ce beau travail n’ait pas été conçu pour un plus large public. Certaines questions auraient peut-être gagné à être traitées de manière plus synthétique afin que les lignes de force de la démonstration ressortent davantage laissant ainsi une place plus importante à une approche comparée avec le mode de structuration adopté dans d’autres régions. Ces quelques réserves n’enlèvent rien à l’intérêt d’un ouvrage qui, par sa précision, permet justement de ne pas rester à la surface des événements.

5Le rapport au territoire est une dimension essentielle de l’histoire de la protection de l’enfance. S’intéresser à la Bretagne est une façon d’aborder une histoire qui ne doit pas évacuer l’hétérogénéité des modes de structuration des politiques de l’enfance et de la jeunesse. La Bretagne est particulièrement représentative de l’essor d’une initiative privée aux multiples visages, de l’intérêt mais aussi des résistances devant la mission de coordination et de modernisation que l’État confie en 1943 à ces structures ambiguës que sont les ARSEA. Le plan est résolument chronologique. Après un premier chapitre qui revient sur l’invention du semi-public et de la politique de proximité à l’origine des ARSEA, les chapitres suivants découpent une chronologie tout à fait significative pour l’histoire du secteur de l’enfance inadaptée en Bretagne. L’ensemble révèle la part des enjeux sociaux et plus encore culturels ancrés dans le territoire, leur accommodement avec des enjeux nationaux via la redéfinition des politiques publiques et les requalifications d’un secteur.

6Les premiers chapitres font particulièrement bien ressortir la part des héritages. Le choix du mot « Fédération » au lieu d’« Association » pour réaliser cette coordination, véritable délégation de service public, est un indice de la « spécificité bretonne », spécificité culturelle, spécificité liée à l’organisation du territoire. Il a fallu ménager les initiatives locales anciennement implantées, s’appuyer sur des hommes et des femmes d’œuvres et les représentants d’une action publique décentralisée. L’étude souligne l’expérience pionnière des personnalités comme Mme de La Morlais assistante sociale soucieuse, dès les années trente, de fédérer les premiers services sociaux auprès des tribunaux ou patronages de l’enfance en danger. Cette naissance précoce des sociétés de sauvegarde en Bretagne proches des tribunaux a des conséquences sur les orientations du travail de coordination à partir de 1944. Ailleurs, le rôle de personnalités médicales, comme les psychiatres, a pu être plus décisif. La fédération mise en place, il lui faut partir à la conquête des établissements. Les stratégies développées par des personnalités comme l’homme de terrain qu’est alors Jacques Guyomarc’h ou l’action du très médiatique Henri Joubrel qui préfère arpenter les couloirs du pouvoir sont finement analysées. C’est, par exemple, l’attention portée par le secrétaire de la FBSEA à l’organisation des tournées de la chorale des enfants de Ker-Goat, établissement-vitrine de la coordination alors que le film « La cage aux rossignols » rencontre un grand succès populaire. Le jeu des affiliations est subtil et dessine un réseau dont la Fédération est décrite comme prisonnière dans les années 1950.

7Le tournant des années 1960 est également exploré avec beaucoup de minutie. La transformation des ARSEA en CREAI à l’initiative des pouvoirs publics a été vécue régionalement de façon très différente. En Bretagne, elle a d’abord été vécue comme un ajustement à des fonctions plus tournées vers l’expertise que vers la gestion d’établissements. Avec l’ouverture de la structure à des nouveaux affiliés, une nouvelle alchimie doit être trouvée pour que le CREAI ne se transforme pas en simple relais des politiques nationales. Un des intérêts de l’ouvrage est d’ailleurs de montrer la vitalité d’un courant laïque dans une région où l’on s’attend à une domination sans concession des œuvres d’origine confessionnelle. C’est alors l’époque des grands plans d’équipement. Dans un contexte de médicalisation de l’échec scolaire, des établissements sanitaires et sociaux se reconvertissent (par exemple des sanatoriums en IME) ou sont construits.

8Enfin, le dernier chapitre explore l’impact des lois de 1975 sur les établissements sanitaires et sociaux et le handicap mais aussi le tournant des années 1980. L’existence des CREAI est en jeu alors que les établissements gérés par la coordination doivent être cédés et que l’action sanitaire et sociale semble entrer dans l’ère des « managers ». Un des intérêts de l’ouvrage est également de proposer une réflexion jusqu’à aujourd’hui avec une conclusion centrée sur les conséquences de la décentralisation. De quoi faire réfléchir les acteurs d’un secteur dont l’épaisseur historique ne peut plus être négligée pour penser le présent et l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Quincy-Lefebvre, « Mathias Gardet et Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne 1944-1984. Les coordinations bretonnes pour l’enfance et l’adolescence inadaptées », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-3 | 2008, 207-209.

Référence électronique

Pascale Quincy-Lefebvre, « Mathias Gardet et Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne 1944-1984. Les coordinations bretonnes pour l’enfance et l’adolescence inadaptées », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 115-3 | 2008, mis en ligne le 30 septembre 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/312

Haut de page

Auteur

Pascale Quincy-Lefebvre


Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page