Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La messe est dite

Yvon Tranvouez
p. 159-161
Référence(s) :

Gugelot, Frédéric, La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au xxe siècle, Rennes, PUR, coll. « Interférences », 2015, 192 p.

Texte intégral

1Auteur d’une thèse remarquable et remarquée sur La conversion des intellectuels au catholicisme en France, 1885-1935 (Paris, CNRS Éditions, 1998, réédition en 2010), Frédéric Gugelot s’est intéressé plus particulièrement depuis à la figure de l’écrivain catholique. Il a dirigé notamment, avec Alain Dierkens, Fabrice Preyat et Cécile Vanderpelen-Diagre, le précieux ouvrage collectif La Croix et la bannière. L’écrivain catholique en francophonie (xviie-xxie siècles), paru en 2007 aux Éditions de l’université de Bruxelles. Il donne ici une utile synthèse sur un thème jusque-là plus traité par les littéraires que par les historiens. Or c’est précisément l’intérêt de ce livre que d’analyser la production littéraire d’inspiration catholique consacrée au prêtre à la lumière du contexte social, culturel et religieux dans lequel elle s’inscrit.

2L’introduction rappelle que la littérature catholique, en tant que littérature adjectivée, apparaît après la Révolution. Elle naît en réaction à la sécularisation qui réduit la religion à une opinion, et elle participe donc de la vaste entreprise de restauration chrétienne qui anime le catholicisme intransigeant face à la société moderne. Mais elle se développe et se structure véritablement à la fin du xixe siècle, comme un élément du catholicisme intégral prôné par Léon XIII. L’écrivain catholique se trouve dès lors en perpétuel porte-à-faux. Accusé par les uns de pratiquer une littérature de propagande, suspecté par les autres de trahir son camp, il lui faut se défendre d’un côté de n’être qu’un pilier de sacristie et se méfier de l’autre des censeurs plus ou moins subtils – entre Mgr Calvet, critique sévère mais d’une grande finesse, et l’abbé Bethléem, vulgaire mais redoutable adjudant de quartier.

3Frédéric Gugelot distingue quatre moments dans cette histoire. Le premier, de 1885 à 1925, se caractérise par un affrontement entre deux tendances, d’une part celle des héritiers, suavement politiques, autour de Paul Bourget, Henry Bordeaux, René Bazin et autres auteurs moins connus qui célèbrent l’ordre, la morale, la famille, la patrie et l’Église, et d’autre part celle des convertis, brutalement mystiques, plus préoccupés par le salut que par le maintien de l’ordre social et qui, Léon Bloy et Joris-Karl Huysmans en tête, stigmatisent la routine bourgeoise ou paysanne du catholicisme et la médiocrité du clergé paroissial. Dans le deuxième moment, de 1925 à 1940, dominé par les personnalités écrasantes de Bernanos et Mauriac, c’est le prêtre lui-même qui est le sujet du conflit du péché et de la grâce. Point d’orgue, sans doute, mais aussi point limite : les deux romanciers verseront ensuite dans l’essai ou le journalisme, tout comme leur confrère moins célèbre, Maxence Van der Meersch, qui fait l’objet de pages passionnantes. La troisième période (1945-1955) est celle du prêtre de banlieue, figure de proue du mouvement missionnaire, dont l’emblème est certainement le roman à succès de Gilbert Cesbron sur les prêtres-ouvriers, Les Saints vont en enfer. Revenant en quelque sorte par la gauche à la littérature à thèse dont la droite catholique s’était fait une spécialité au début du siècle, les auteurs de cette veine le paient d’un appauvrissement littéraire et d’un rapide épuisement qui les conduit eux aussi au reportage ou au documentaire. Vient enfin (1960-1980 : on ne s’explique que par une distraction de plume la disparition des années 1955-1960 dans le linéaire) le temps de la raréfaction du prêtre et de sa lente exotisation dans la société contemporaine. Le propos me semble ici moins convaincant : à côté d’une analyse judicieuse sur Michel de Saint-Pierre, romancier de la réaction aux égarements du clergé new look, le rapprochement entre Jean Sulivan, prêtre du diocèse de Rennes, d’une part, et Jean Montaurier et Louis Fafournoux d’autre part, n’a d’autre pertinence que le statut clérical de ces trois auteurs, alors que tant les thèmes que l’écriture de Sulivan (qui évolue vers le nouveau roman) le démarquent de toute évidence des deux autres.

4La conclusion distingue une littérature de l’ordre et de la morale et une littérature spirituelle, dont l’opposition se serait maintenue en épousant des configurations variables induites par les circonstances. Mais la démonstration aurait sans doute gagné à une conceptualisation plus ferme, car la morale n’est pas toujours liée à l’ordre – elle roule aussi à gauche – et le vocabulaire de l’incarnation, opposé ici à celui de l’affirmation, me semble utilisé à contre-emploi. Il apparaît, en somme, qu’il y a des ouvrages centrés sur l’extériorité de l’Église, et d’autres sur l’intériorité du croyant. Ou, pour le dire autrement, en reprenant une grille éprouvée, des romans de l’incarnation et des romans de l’eschatologie (voir la thèse de théologie du futur prieur de l’abbaye de Boquen, Bernard Besret, Incarnation ou eschatologie ? Contribution à l’histoire du vocabulaire religieux contemporains, 1935-1955, Paris, Cerf, 1964). Ajoutons un point curieux que Frédéric Gugelot met bien en évidence : nombre d’écrivains catholiques se recyclent avantageusement dans la littérature régionaliste, qui leur évite les contraintes de l’hétéronomie et leur assure un public fidèle et de meilleurs profits : ainsi de Jean Anglade en Auvergne ou de Henri Queffelec en Bretagne.

5On espère qu’une prochaine réimpression permettra de procéder à la correction des nombreuses coquilles et négligences orthographiques qui polluent la version actuelle. Il faudra aussi rectifier quelques erreurs factuelles (Pierre, et non Michel, de Boisdeffre, p. 148 ; Joseph, et non Jean, Lemarchand, p. 150). On aurait aimé que le propos fût étendu au prêtre des romans pour la jeunesse ou des polars, et aussi au destin de l’écrivain catholique après 1980, d’autant plus que l’auteur connaît bien ces sujets dont il a parlé ailleurs, mais sans doute cela eût-il compliqué l’économie de l’ensemble. Cela dit, on ne peut que souligner l’importance d’un ouvrage appuyé tantôt sur une vaste bibliographie existante, tantôt sur des sources primaires (les archives déposées à l’IMEC ou le fonds privé de Michel de Saint-Pierre, par exemple), mais en toute hypothèse sur d’immenses lectures dont certaines forcent l’admiration ou la compassion. Me rappelant m’être assoupi naguère sur les romans de Jules Pravieux, et m’être demandé plus récemment comment Yves Poncelet avait pu avaler sans indigestion tant de pages assommantes de Mgr Loutil, alias Pierre l’Ermite, pour écrire sa biographie, j’imagine avec quel sens du devoir Frédéric Gugelot aura goûté les Bordeaux de l’année (mais il faut convenir que les volumes d’Histoire d’une vie, qui rassemblent les souvenirs de l’académicien savoyard, sont d’un meilleur cru).

6Je me souviens de ce rassemblement régional des communautés chrétiennes de base organisé par la Communion de Boquen début mai 1971 à Mûr-de-Bretagne, où le pasteur Georges Casalis expliqua à ses auditeurs qu’il relisait tous les ans le Journal d’un curé de campagne de Bernanos. C’était assurément une bonne lecture, mais hélas une référence datée pour les jeunes chrétiens de gauche qui l’écoutaient. Sept ans plus tard, l’écrivain belge Conrad Detrez obtenait le prix Renaudot pour un roman plus dans l’air du temps, L’Herbe à brûler, troisième volume de son « autobiographie hallucinée » d’ancien séminariste de l’université catholique de Louvain passé au messianisme révolutionnaire et à la libération sexuelle : « Mon âme avait tout appris. Elle savait à son tour que Dieu est mort, la révolution broyeuse des hommes qui la font, l’amour impossible » (cité p. 164). Quand on en est là, évidemment, la messe est dite. Ite, missa est.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Tranvouez, « La messe est dite », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-4 | 2015, 159-161.

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « La messe est dite », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-4 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 25 août 2016. URL : http://abpo.revues.org/3175

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page