Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Histoire de l’écologie en Bretagne

Yvon Tranvouez
p. 161-163
Référence(s) :

Kernalegenn, Tudi, Histoire de l’écologie en Bretagne, Rennes, Éditions Goater, 2014, 184 p., préface de Denez L’Hostis.

Texte intégral

1Dans ce petit livre très pédagogique, qui traite en fait du développement de l’écologie en Bretagne des années 1950 à nos jours, Tudi Kernalegenn expose d’abord le passage de la mentalité naturaliste et protectionniste qui animait la Société pour l’Étude et la Protection de la Nature en Bretagne (SEPNB) à ses débuts, à un esprit environnementaliste dans les années 1960 puis proprement écologiste à partir des années 1970. Il rappelle ensuite les grandes luttes qui ont mobilisé la société civile bretonne contre les marées noires et le nucléaire. À deux ans de distance, la catastrophe de l’Amoco Cadiz (1978) et la résistance de Plogoff (1980) résument et symbolisent ce moment décisif où le mouvement breton, jusque-là plutôt tourné vers l’industrialisation à tout prix, rejoint la cause écologiste. Convergence fusionnelle autour des pelles, des moutons et du gwenn ha du, dont on sait qu’elle tournera plus tard au mariage bancal – avec urticaire récurrente – entre les Verts et l’Union Démocratique Bretonne. Il explique enfin comment, depuis trente ans, l’écologie se professionnalise et s’emploie à investir les institutions politiques, économiques ou sociales. On voit que les militants écologistes bretons, moins divisés sans doute que ceux d’autres régions françaises, ont réussi à peser sur les décisions qui engagent l’avenir du territoire, à défaut de rallier un électorat stable et significatif. Le dernier chapitre, consacré à la décennie 2004-2014, montre les limites de cette stratégie d’entrisme, qui contraint à des compromis dont s’exaspère une nouvelle génération plus radicale. À cet égard, la mobilisation contre la réactivation du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes peut être lue comme le désaveu de la ligne réformiste qui avait prévalu jusque-là. Sur cette affaire symptomatique, une étude plus détaillée figure en annexe. Tout cela est servi par une écriture moderne, concise, presque journalistique, jouant beaucoup sur le visuel : le livre comporte des tableaux, cartes et illustrations – abondants et de qualité – mais aussi des encadrés biographiques présentant les principaux acteurs du mouvement, mais encore une chronologie et une bibliographie, aussi précieuses l’une que l’autre. C’est efficace.

2Contraint par le volume et le modèle, l’auteur est bien conscient des imperfections de son histoire. « Écrite avec rigueur et passion, précise-t-il in fine, elle contient néanmoins probablement des erreurs, et il y a sans aucun doute de nombreux oublis, impasses, raccourcis regrettables… » Et d’inviter ses lecteurs à faire des commentaires utiles pour une deuxième édition qui serait « corrigée, revue, augmentée et actualisée ». Bien, allons-y donc. On gagnerait d’abord à une mise en perspective plus large, mettant en parallèle, et peut-être en corrélation, divers phénomènes – et pas seulement l’évolution du mouvement breton – contemporains de ceux qui concernent les écologistes. Le succès de ces derniers doit sans doute aussi au vide créé par la disparition du prolétaire comme figure emblématique de l’utopie révolutionnaire. Paul Yonnet a montré naguère (Voyage au centre du malaise français, Paris, Gallimard, 1993) comment, au début des années quatre-vingt, l’immigré avait remplacé l’ouvrier dans l’imaginaire de la gauche, mais il y a tout lieu de penser que la nature a été l’autre recours des militants orphelins des lendemains qui chantent.

3Sans doute faudrait-il aussi étudier de plus près la base sociale du mouvement et, partant, les motivations de ses acteurs. Tudi Kernalegenn voit dans les luttes contre le remembrement, au cours des années soixante et soixante-dix, l’indice d’une prise de conscience écologiste. Peut-être, mais ces luttes ne sont-elles pas liées d’abord à l’opacité des procédures et aux aléas des évaluations des terres échangées, bref à des conflits sociaux dans les campagnes ? Il en va de même dans une affaire récente, trop marginale pour que le livre l’évoque mais à laquelle la presse locale a fait écho : le fameux « escargot de Quimper », dont la protection a été invoquée en 2012 pour faire échec à l’installation du centre de formation des jeunes footballeurs du Stade Brestois à Plougastel-Daoulas, n’est-il pas aussi un alibi commode pour conserver l’entre-soi bourgeois de cette banlieue cossue semi-rurale ?

4Les nombreuses illustrations, à commencer par celle de la couverture, donnent à penser et mériteraient d’être commentées. Il y a dans les milieux écologistes une propension aux dessins humoristiques, caricaturaux ou enfantins qui peuvent induire chez l’observateur extérieur le sentiment d’une absence de sérieux de la cause que ces dessins sont censés servir. La maladie infantile des écologistes, leur incapacité à s’entendre (pour ne pas dire leur culte de la division), s’accompagne d’un certain infantilisme de leur communication. Tout se passe comme si ces militants jouaient perpétuellement un grand jeu scout. Je le dis d’autant plus volontiers que les origines scoutes de l’écologie sont totalement passées sous silence dans le livre. Le docteur Charles-Armand Picquenard (1872-1940) aurait mérité un encadré. On se serait attendu à voir dans la bibliographie l’ouvrage de Christophe Carichon sur les Scouts et guides en Bretagne (1907-2007) (Fouesnant, Yoran Embanner, 2007) et celui d’Olivier Landron sur Le Catholicisme vert (Paris, Cerf, 2008). L’un et l’autre auraient permis de meubler le vide de l’entre-deux-guerres, mais aussi d’induire une question sur le passage, dans les années soixante-dix et quatre-vingt, d’un certain nombre de militants catholiques du rouge au vert, tant à partir du Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne (MRJC) que de Vie Nouvelle.

5L’absence de l’horizon catholique, et surtout des racines catholiques, interroge : distraction ou dénégation ? Tudi Kernalegenn raisonne sur l’écologie comme Jean-Jacques Monnier sur le mouvement breton : entre 1914 et 1945, il n’y a rien – ou que des choses qui fâchent. Ou presque, car il y a Émile Masson, présenté comme le « premier écologiste breton ». Masson, je veux bien, mais enfin c’est l’ancêtre à tout faire d’une gauche morale qui cherche à meubler une période plus portée vers la droite ou l’extrême droite, y compris chez les défenseurs de la nature. On se souvient qu’à Vichy la terre ne mentait pas. Et alors ? Faut-il effacer ce passé ? Où est le problème ? On devine qu’il y en a un quand on lit, au détour d’une page, que « l’agriculture biologique s’éloigne progressivement, à partir de 1968, des fondements réactionnaires qui avaient présidé à sa naissance ». Réactionnaire, voilà, j’imagine, le péché originel de l’écologie. Question : l’immaculée conception de l’écologie est-elle un dogme ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Tranvouez, « Histoire de l’écologie en Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-4 | 2015, 161-163.

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « Histoire de l’écologie en Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-4 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 août 2016. URL : http://abpo.revues.org/3177

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page