Navigation – Plan du site

Retour sur la fondation de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel et le rôle du duc Richard Ier de Normandie

George N. Gandy
p. 7-33

Résumés

Le point de vue traditionnellement admis selon lequel l’abbaye du Mont Saint-Michel fut fondée vers 965 par le duc normand Richard I a été largement remis en question au cours des dernières décennies car il constitue une narration normande, écrite a posteriori dans un but apologétique. Que Richard ait contrôlé la partie Ouest de son duché à une date si précoce, si toutefois il l’a contrôlée un jour, condamne cette interprétation. D’autres hypothèses ont été avancées, par exemple que des bénédictins bretons aient précédé l’arrivée des Normands et que ceux-ci, de toute façon, ne se seraient pas beaucoup intéressés à l’îlot avant le début du xie siècle. Cet article examine ces nouvelles théories et montre qu’elles sont peu convaincantes. L’auteur soutient que la communauté de clercs installée par l’évêque Aubert d’Avranches vers 709 était toujours responsable de ce lieu de pèlerinage au milieu du xe siècle ; que Richard Ier les a remplacé par des bénédictins en 965 faisant ainsi un geste politique afin d’obtenir une paix avec l’empereur Otton Ier, le roi franc Lothair et le comte de Blois, Thibaud ; qu’au même moment il a expulsé les clercs ; et que, par la suite, il a ignoré sa nouvelle abbaye qui, par conséquent, a dû lutter pendant une génération avant d’être bien établie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le clergé du Mont-Tombe
La version normande et ses critiques
Le diplôme de Lothaire, roi des Francs de l’Ouest, daté du 7 février 966
L’Inventio et miracula sancti Vulfranni (vers 1053-1054)
La charte de Maïeul de Cluny (966 ?)
L’installation des moines
Le sort du clergé aubertien

Aperçu du texte

L’histoire de la formation du duché de Normandie au cours des xᵉ et xiᵉ siècles suscite toujours des controverses. Au cours des ixᵉ et xᵉ siècles, l’interruption de la vie monastique et des successions épiscopales, Rouen mis à part, entraîna aussi la disparition de l’écriture dans la région et par conséquent une quasi-absence de témoignages. De plus, si peu à peu, à partir de la cour ducale, des sources écrites réapparaissent autour de l’an mil, avec l’œuvre de Dudon de Saint-Quentin notamment, les historiens sont mal armés pour évaluer les histoires partisanes qu’elles rapportent à cause de l’obscurité de la période précédente.

Il y a peut-être eu, par conséquent, trop d’empressement à accepter la version normande des événements. C’est à l’évidence le point de vue de quelques historiens contemporains pour qui ces premières écritures déclenchèrent une « réécriture » systématique du passé non écrit du duché naissant, en supprimant ou en ajustant des réalités inopportunes afin d’augmen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

George N. Gandy, « Retour sur la fondation de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel et le rôle du duc Richard Ier de Normandie », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-1 | 2016, 7-33.

Référence électronique

George N. Gandy, « Retour sur la fondation de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel et le rôle du duc Richard Ier de Normandie », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-1 | 2016, mis en ligne le 22 avril 2018, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3202

Haut de page

Auteur

George N. Gandy

Historien, juriste (en retraite).

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page