Navigation – Plan du site

La Tour d’Auvergne après sa mort : un héros ?

Alain Le Bloas
p. 179-200

Résumés

La Tour d’Auvergne est mort à Oberhausen, en 1800. Célébré par ses amis et admirateurs, écarté ou tout simplement négligé par Bonaparte au profit de Desaix, de Kléber et de son parent Turenne, La Tour d’Auvergne fut rangé dans la catégorie des braves et non dans celle des héros nationaux. Mais la distinction par un pouvoir, fût-il autoritaire, ne suffit pas à susciter et à ancrer l’admiration. L’héroïsme résulte en effet d’une alliance entre un représentant et des représentés : il est construction sociale. C’est avec ce regard que cet article entend s’intéresser aux modalités, aux acteurs et aux enjeux d’une héroïsation au début du Consulat.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les amis de La Tour d’Auvergne à l’œuvre
Moreau et l’armée du Rhin
Les amis et admirateurs de Paris
Le début d’un culte
Une mythologie : La Tour d’Auvergne ou la vertu incarnée
Un culte militaire : La Tour d’Auvergne héros régimentaire
Une apothéose privée : la fondation de l’Académie celtique
L’été des héros
La fête du 14 juillet : La Tour d’Auvergne, vigie de la République
La fête de la fondation de la République : des héros au service de Bonaparte
La Tour d’Auvergne, héros de l’opposition républicaine à Bonaparte ?

Aperçu du texte

Né Corret en 1743 à Carhaix, en Bretagne, entré dans la carrière militaire sous l’Ancien Régime, reconnu comme un de ses parents par le duc de Bouillon, La Tour d’Auvergne n’était qu’un obscur capitaine déjà âgé lorsque survint la Révolution. C’est lors de cette dernière qu’il se révéla à la fois comme guerrier et comme savant. Sa notoriété, qui longtemps ne dépassa pas les rangs de l’armée des Pyrénées, atteignit le monde savant parisien sous le Directoire et lui valut de se faire décerner par Bonaparte une épée d’honneur ainsi que le titre de « premier grenadier des armées de la République ». La Tour d’Auvergne, qui venait de rejoindre l’armée du Rhin comme simple grenadier à l’âge de 57 ans, mourut au combat d’Oberhausen, lors de la bataille de Neubourg, le 8 messidor an viii.

Aussitôt proposé comme héros national par ses amis, le Breton n’était pas le seul postulant à l’immortalité sur un marché de l’hé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Le Bloas, « La Tour d’Auvergne après sa mort : un héros ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-1 | 2016, 179-200.

Référence électronique

Alain Le Bloas, « La Tour d’Auvergne après sa mort : un héros ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-1 | 2016, mis en ligne le 22 avril 2018, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3219

Haut de page

Auteur

Alain Le Bloas

Professeur agrégé, collège de l’Harteloire (Brest)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page