Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Enfance bafouée, La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle

Jean-François Tanguy
p. 212-214
Référence(s) :

Le Boulanger, Isabelle, Enfance bafouée, La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle, Rennes, PUR, coll. « Histoire », préface de Frédéric Chauvaud, 2015, 210 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Isabelle Le Boulanger constitue un troisième volet d’une sorte de trilogie sur l’enfance malheureuse, après L’abandon d’enfants. L’exemple des Côtes-du-Nord au xixe siècle (pur, 2011) et Pupilles de l’Assistance publique des Côtes-du-Nord (1871-1914), (pur et Société d’Émulation des Côtes-d’Armor, 2013). Mais, cette fois, c’est au côté criminel que s’intéresse l’observateur, et plus particulièrement celui du crime sexuel, lequel est, à vrai dire, avec l’infanticide et le meurtre, un des seuls qui puissent viser directement les enfants, si l’on excepte la folie.

2L’auteur a donc examiné 349 dossiers de procédures provenant des cours d’assises de Bretagne, sélectionnant onze années-test entre 1811 et 1911, soit à peu près 10 % du total des cas similaires. L’échantillon est statistiquement acceptable et, compte tenu du fait que ce travail a été mené en un temps fort court, il était sans doute impossible d’envisager un corpus plus étendu. La date initiale s’explique : c’était un an après la mise en œuvre du code pénal de Napoléon. La date terminale aussi, si l’on veut bien considérer qu’un siècle représente une forme de « temps long » permettant de déceler les évolutions comme les permanences. L’auteur aurait pu se dispenser d’invoquer l’impossibilité d’aller au-delà, « Prescription centenaire oblige ». Elle savait parfaitement, du moins peut-on le supposer, qu’il est facile d’obtenir une dérogation sur des périodes plus récentes pour ce genre de recherches.

3Relativement court, l’ouvrage se divise en six chapitres, « Le Crime, modalités et corollaire » (ce dernier mot curieusement écrit au singulier) ; « La Victime, portrait en ombre chinoise » ; « Quand les villageois entrent en scène » ; « L’honneur blessé de la famille » ; « L’Abuseur, profil sociologique » ; enfin, « Qui sont-ils vraiment ? » (le titre de ce dernier chapitre, du plus grand intérêt sur le fond, étant très banal et peu significatif). De cet ensemble, il se dégage une image des formes d’agressions sexuelles sur les enfants, qu’on ne nomme pas encore « pédophilie ». Tout phénomène qui n’est pas nommé par un vocable précis n’est pas bien identifié, ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas. Nous sommes ici face à la lente mise en place d’une déviance et de son appréhension par la société, encore bien limitées, même si le droit, la médecine et la pratique (le droit d’abord, la médecine plus tardivement, beaucoup plus que la pratique) commencent un long travail d’identification et de définition de ces comportements. La multiplication par 7 de ces actes dans la statistique criminelle entre 1830 et 1860 en est la manifestation. On ignore absolument s’ils ont vraiment augmenté dans ces proportions tant la statistique (le Compte général de l’administration de la justice criminelle), en l’absence de toute méthode moderne, de toute enquête de victimisation est le reflet des représentations collectives beaucoup plus qu’il ne l’est d’une réalité insaisissable. Mais justement, cette croissance est plus qu’instructive sur la naissance d’une attitude attentive à l’égard des enfants en général et des atteintes à leur corps et leur esprit en particulier. Attitude corroborée par l’évolution de la législation, plus précoce que ne l’indique ici I. Le Boulanger (et comme elle l’avait d’ailleurs montré dans ses autres ouvrages). Si on ne peut certes négliger l’effet des lois des 24 juillet 1889 et 19 avril 1898 (p. 18) sur la déchéance de la puissance paternelle, c’est bien avant que le législateur s’occupe des enfants en tant qu’enfants, d’abord dans le code pénal de 1810, comme le dit d’ailleurs l’auteur, puis dans les lois du 22 mars 1841 sur le travail des enfants, du 7 décembre 1874 sur la protection des enfants travaillant dans les professions ambulantes, etc. Et l’on n’a pas tout à fait attendu le xixe siècle pour appréhender la question : dans la moralité de son conte, Charles Perrault indiquait très explicitement que la nature de son « loup », celui qui dévorait le Petit Chaperon rouge, était fort peu animale.

4Ces prémices établies, l’ouvrage passe en revue toute une série de composantes de la question, la plupart très significatifs. D’abord, la ruralité du crime (85 % des affaires, p. 22). Bien que la Bretagne de l’époque soit fortement rustique, elle est loin de l’être dans ces proportions. On peut toutefois se demander si le plus grand anonymat en ville ne conduit pas à sous-estimer le problème. De toute manière, les crimes de sang et attentats aux mœurs demeurent, dans la France entière, majoritairement ruraux jusqu’en 1880 (Compte Général, rapport rétrospectif de 1900). Plus intéressante, la mise en avant du caractère brutal, mais surtout fruste, primitif pourrait-on dire, de ce type de crime dans la Bretagne rurale. Corollaire : les crimes sexuels bretons débouchent rarement sur le viol proprement dit, défini par le code et la jurisprudence de façon très restrictive, puisque, par exemple, pour les juristes du xixe siècle, la sodomisation n’était pas un viol… Les criminels bretons se contentent le plus souvent d’une forme de satisfaction bien plus rudimentaire. Sur 349 affaires, on ne compte que 86 viols tentés ou consommés (51 pour ces derniers – p. 35). Le caractère fruste des agresseurs est confirmé par leur niveau culturel, l’écrasante majorité étant analphabète (p. 135).

5Plus essentiel encore, et typique d’une société différente de la nôtre, le refus global du monde villageois de faire intervenir les autorités, surtout policières et judiciaires, dans les affaires privées, fussent-elles des crimes. D’où le silence des victimes, à l’exception des plus jeunes (moins de six ans) dont la naïveté n’a que faire des codes sociaux. Silence renforcé par le souci de défendre l’honneur, la réputation de la famille, et de la communauté, tout le reste passant après. D’où l’absence totale des flagrants délits avant 1841. Toute plainte exige examen du cas et réflexion, mise en balance des avantages et des inconvénients. Et même, tentative de se passer complètement de la justice du roi (de l’empereur, de la République) : 20 % des dossiers évoquent une tentative d’accord entre agresseur et parents de la victime. Il est donc évident que, dans la réalité, il y en eut beaucoup plus (nous ne connaissons par définition que les essais de conciliation qui ont échoué, comme celle de « l’indemnité » fixée à trente francs, soit un à deux mois de salaire d’un ouvrier agricole à l’époque, mais non versée, d’où dépôt final d’une plainte – p. 114 !). De la Justice, Seigneur, délivrez-nous… On note aussi la mauvaise volonté des maires à ébruiter les affaires (p. 178). Le village règle ou tente de régler ses comptes lui-même. D’ailleurs, « Quand l’abus est commis par un étranger à la communauté villageoise, le sang des villageois ne fait qu’un tour et la solidarité s’organise immédiatement pour défendre l’honneur de la famille et, à travers lui, l’honneur du village. » (p. 85). Ou, « Dans son ouvrage sur l’infanticide en Bretagne, Annick Tillier évoque “Une justice parallèle, de nature communautaire et informelle, qui semble habiliter le groupe à exercer un droit de regard sur les comportements individuels” (p 19) ». Du moins est-ce vrai pour l’ensemble du xixe siècle ; mais l’évolution est marquée : peu à peu, l’intégration de la société rurale dans le réseau des institutions nationales se fait irrésistible. À l’orée du xxe siècle, elle est en voie de s’achever.

6Bien avant, on notera que certaines catégories d’agresseurs semblent protégées non seulement par le village mais aussi par leur propre hiérarchie. Ce genre d’attitudes se prolongera très avant dans le xxe siècle, comme on le sait. Il s’agit des instituteurs (sept cas) ou des prêtres, qui, pour beaucoup ou même pour tous, ne sauraient avoir failli pensent leurs supérieurs. La longue description de l’affaire du vicaire de Haute-Goulaine en 1861 (p. 166), vicaire pour qui tout le bourg prend parti, condamnant moralement les deux victimes qui, doublement victimes, doivent quitter le village, est à ce titre bien édifiante.

7Au total, un ouvrage plein d’enseignements. On mentionnera quelques éléments négatifs : l’accumulation de cas individuels prend parfois un aspect un peu fastidieux. Le dernier chapitre, à nombre d’égards le plus intéressant, corrige un peu cet aspect des choses. On regrettera aussi l’usage des formules normatives générales et définitives, toujours contestables, la réalité étant infiniment plus nuancée : « Il n’existe pas de sentiment d’insécurité dans les campagnes bretonnes », affirmation très péremptoire car on peut prouver le contraire (nous l’avons fait ailleurs) de nombreuses façons ; « Le baiser sur la bouche, et a fortiori le baiser profond, est réprouvé par la majorité des Français » (p. 39). De quelle source l’auteur s’inspire-t-elle pour énoncer une telle « vérité » ? ; « La sexualité est jugée incompatible avec la nudité » (p. 42) – et par qui, où, quand, dans quelle mesure ? Là encore, des affirmations de ce genre, tranchantes et sans nuances, sont très critiquables. Les archives judiciaires ne sont d’ailleurs nullement les seules sources sur ces questions (voir, entre beaucoup d’autres, Alain Corbin, L’Harmonie des plaisirs, Perrin, 2008 ou Jean-Louis Flandrin, Les Amours paysannes, Gallimard-Julliard, réed. 2001). Reste que, après les ouvrages d’Annick Tillier ou d’Annick Le Douget, ce livre contribue à préciser encore davantage l’histoire, de mieux en mieux connue, de la criminalité rurale en Bretagne au xixe siècle

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tanguy, « Enfance bafouée, La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-1 | 2016, 212-214.

Référence électronique

Jean-François Tanguy, « Enfance bafouée, La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-1 | 2016, mis en ligne le 22 avril 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3240

Haut de page

Auteur

Jean-François Tanguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page