Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les églises du diocèse de Nantes au XIXe siècle. Des édifices pour le culte, des monuments pour une reconquête

Samuel Guicquel
p. 214-2016
Référence(s) :

Haugommard, Stéphane, Les églises du diocèse de Nantes au XIXe siècle. Des édifices pour le culte, des monuments pour une reconquête, Rennes, PUR, coll. « Art et Société », 2015, 395 p.

Texte intégral

1Alors que se multiplient les interrogations sur le devenir des nombreuses églises du xixe siècle, la publication de l’ouvrage de Stéphane Haugommard, bibliothécaire à l’université de Nantes, apporte un remarquable coup de projecteur sur ces édifices. Les églises du diocèse de Nantes au xixe siècle est le fruit d’une thèse de doctorat d’histoire de l’art, réalisée sous la direction de Jean-Yves Andrieux, dont l’apport déborde largement le champ de cette discipline. La nature des sources mobilisées – archives des services de l’État, archives diocésaines, publications périodiques et ouvrages d’époque – sont d’ailleurs le matériau de base des historiens du religieux. Ce livre s’intègre donc pleinement dans la collection « Art et Société » des Presses universitaires de Rennes, qui offre au lecteur une riche iconographie compensant le renvoi des notes en fin de chapitre.

2Le sous-titre de l’ouvrage – « Des édifices pour le culte, des monuments pour une reconquête » – résume la thèse de l’auteur : la vague de constructions qui déferle sur les paroisses nantaises s’explique par la nécessité d’adapter les édifices aux exigences matérielles et cultuelles du temps et par le désir de montrer la vigueur du catholicisme. La démonstration suit un plan cohérent et équilibré, divisé en trois parties.

3La première revient tout d’abord sur les querelles de propriété et les modalités de l’administration temporelle des édifices religieux. L’auteur, qui connaît parfaitement la législation dans ce domaine, fait ici une très bonne synthèse illustrée des problèmes juridiques que posent les églises au xixe siècle. Il explique que leur gestion temporelle est le fruit de compromis ou de rapports de force entre le clergé, les fabriques et les pouvoirs publics et, ce faisant, il propose un remarquable éclairage sur les rouages du système concordataire.

4La seconde partie démontre ensuite que les nécessités du culte l’emportent largement sur celles de la conservation. Quelques figures affirment individuellement leur intérêt pour les édifices anciens, mais les intérêts religieux balaient leurs préoccupations patrimoniales. Le désir de tourner symboliquement la page de la Révolution et la nécessité d’adapter les églises aux exigences du temps amènent 80 % des paroisses nantaises à remanier profondément ou à reconstruire leur église à partir de la monarchie de Juillet. Rapidement, le néo-gothique s’impose : il montre la volonté de réactiver un xiiie siècle utopique et de renouer avec une influence mythifiée de l’Église sur la société. Le néo-gothique s’intègre pleinement dans une théologie du beau, qui doit encourager la piété en permettant à la prière de s’élever. En outre, il se prête pleinement à une approche arithmétique des besoins religieux, en permettant d’adapter la superficie des nouveaux bâtiments au nombre des fidèles. Dans ce contexte, les rares églises d’Ancien Régime qui traversent le siècle sont celles de paroisses qui ont manqué de ressources pour participer au mouvement de rénovation.

5La troisième partie de l’ouvrage analyse le regard de l’Église sur les monuments anciens, et plus particulièrement l’investissement des clercs dans la science archéologique. L’Église ne reste pas à l’écart de l’engouement pour les monuments anciens qui se développe au xixe siècle, comme en témoignent la naissance d’un cours d’archéologie dans les années 1840 au petit séminaire de Nantes, la participation d’ecclésiastiques à des campagnes de fouilles et le vif intérêt des clercs érudits pour les vieilles pierres. Mais, au final, ces cours et ces travaux accréditent l’idée que l’architecture et l’art chrétiens doivent s’inspirer des modèles médiévaux. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant d’observer que les résistances face à la démolition ou la désacralisation des vieilles églises sont rares et que les interrogations se concentrent sur le devenir des pratiques religieuses.

6Stéphane Haugomard démontre donc de façon probante tout au long de son ouvrage que l’impératif cultuel l’emporte toujours sur l’intérêt historique ou artistique des vieux bâtiments. Il fonde son argumentation sur de nombreux exemples pris dans l’ensemble du diocèse, qui auraient parfois pu être davantage condensés pour offrir plus de place à la comparaison avec d’autres espaces. On aurait par exemple aimé voir des passerelles lancées vers la Savoie étudiée par Annick Rey-Bogey ou le Lyonnais par Philippe Dufieux, d’autant plus que l’absence de bibliographie ne permet pas de renvoyer le lecteur intéressé vers ces travaux récents. Ce livre a toutefois vocation à trouver un public au-delà du diocèse de Nantes : en insistant sur la force symbolique des églises de la période concordataire, Stéphane Haugommard livre des réflexions qui constituent un jalon remarquable dans l’histoire des églises de la période concordataire et propose une base de réflexion fort utile à tous ceux qui s’intéressent aux enjeux patrimoniaux qu’elles soulèvent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Guicquel, « Les églises du diocèse de Nantes au XIXe siècle. Des édifices pour le culte, des monuments pour une reconquête », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-1 | 2016, 214-2016.

Référence électronique

Samuel Guicquel, « Les églises du diocèse de Nantes au XIXe siècle. Des édifices pour le culte, des monuments pour une reconquête », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-1 | 2016, mis en ligne le 22 avril 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/3242

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page