Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Chansons et contes de Haute-Bretagne, Une transmission orale au cœur de la bourgeoisie rennais, XIXe-XXe siècles

Jean-François Tanguy
p. 218-221
Référence(s) :

Duplessix, Angélina [collectés par], Chansons et contes de Haute-Bretagne, Une transmission orale au cœur de la bourgeoisie rennais, XIXe-XXe siècles, Rennes, Dastum/La Bouèze/PUR, coll. « Patrimoine oral de Bretagne », avant-propos et présentation de Vincent Morel, 2015, 280 p.

Texte intégral

1Voilà un ouvrage peu banal et dont, disons-le d’entrée, on ne peut que féliciter chaudement les trois co-éditeurs. On sait à quel point la collecte des contes, légendes et chansons « populaires » aux xixe et xxe siècles s’est identifiée à un seul type de sources, celle des hommes et femmes du peuple, ruraux dans une écrasante majorité, teilleurs et tisserands, tailleurs et couturières, cultivateurs et mendiants, colporteurs et rhapsodes foraines. Même quand un intermédiaire « bourgeois » ou « lettré » a transcrit les récits et chansons, ce qui est assez fréquent, la source primitive est rurale et populaire. Sans parler des contes entièrement réécrits comme chez Henri Pourrat, et bien sûr Charles Perrault, voire les frères Grimm. Or, l’origine des contes remonte à des millénaires et ils n’ont cessé d’osciller entre culture savante et culture populaire, passant de l’une à l’autre et de l’autre à l’une, de l’Océan des Rivières de contes, des Mille et Une Nuits et des grands recueils chinois à Grimm, Luzel ou Italo Calvino, et inversement (Perrault et le conte « de fées » du xviiie siècle en étant des exemples presque caricaturaux). D’où l’intérêt de cet ouvrage, reprenant des collections de chansons et contes « populaires » transmis par une famille de la bonne bourgeoisie rennaise sans que celle-ci ne se soucie de préciser qu’elle les a recueillis de sa vieille laveuse ou de la tante des pauvres à qui elle portait du linge aux portes de l’hiver. C’est de sa propre famille qu’Angelina Duplessix assurait tenir contes et chansons.

2La présentation de Vincent Morel, courte mais précise, situe la « folkloriste » dans sa famille et son milieu. Née en 1857, cette très jolie femme (qualité très sensible à travers les photographies, malgré la peu valorisante mode féminine de la bourgeoise de province de l’époque) provient d’un milieu remontant d’ailleurs au « peuple » en quelques générations seulement (boulanger, cultivateur…), puis s’enrichissant, avec mesure, par le négoce du bois ; son père, Ange Bossard, y fait fortune. Elle épouse à 21 ans Émile Duplessix, 28 ans, devenu notaire l’année suivante, très impliqué dans la société judiciaire et intellectuelle rennaise. Le couple semble assez représentatif de la bourgeoisie provinciale : trois enfants, des domestiques, un réseau de relations développé… L’imbrication (doit-on parler d’ascension ?) sociale se poursuit avec la fille du couple, Hélène, qui épouse en 1899 Paul Maulion, fils du Premier Président de la cour d’appel de Rennes, plus tard conseiller général et sénateur. Colette Maulion, leur petite-fille, née en 1929, est aujourd’hui la gardienne de la mémoire familiale.

3Bien que le mariage d’Hélène ait été célébré à l’église Notre-Dame en grand apparat et en présence du « Tout-Rennes », la famille Duplessix se situait politiquement du côté républicain. Ange Bossard fut un des responsables de la loge maçonnique de Rennes, La Parfaite Union. Paul Maulion fut élu député radical en 1919, sénateur en 1933. On n’est pas dans une famille de notables catholiques conservateurs, moins encore aristocratiques. La religion y joue un rôle social mais sans excès. Angélina Duplessix dit de ses grands-mères qu’« en dépit d’une sincère piété, elles avaient l’esprit large ». Le texte de plusieurs chansons le montre, on va y revenir.

4Les 120 chansons du recueil sont reproduites ici en fac-simile avec leur notation musicale, ce qui permet éventuellement de les fredonner si le lecteur est un tant soit peu familier du solfège (ou les lit devant un piano). Petit inconvénient : Angélina avait noté les paroles du premier couplet sous la musique, ce qui ne facilite pas le déchiffrage. Elle indique, pas toujours mais la plupart du temps, en bas de la page, la source : « De ma mère », « De ma grand-mère », « Recueilli à Elven », « De mon père », « De Melle Marie Bouvet », « Souvenir de pension », et note la chose quand elle connaît une autre version recueillie par des folkloristes plus professionnels qu’elle, Adolphe Orain et Decombe au premier chef.

5Beaucoup appartiennent à un fonds commun qu’on retrouve à travers les régions et les âges, avec des variantes : Monsieur de Saint-Gilles (p. 16) qui rappelle un peu le thème de Malborough s’en va-t-en guerre, La fille du geôlier, et son prisonnier dont elle tombe évidemment amoureuse (p. 22, mais il n’est pas dit ici qu’on est à Nantes…), le soldat qui part en guerre mais retrouve au bout de sept ans sa patiente fiancée (Thérèse, p. 26), le père enfermant sa fille pour la soustraire à un galant non désiré – par lui (Brave capitaine, p. 30), l’enlèvement de la jeune fille par un marin amoureux (Le marinier de Nantes, p. 87, dont on retrouve de nombreuses variantes sises à Saint-Malo ou à Bordeaux), etc.

6Il y a plus étonnant pour une autre série de chansons dans un recueil consacré aux chansons de grands-mères… Ce sont des couplets qu’on ne trouvera pas dans les magazines pour jeunes filles de l’époque ni même dans la Semaine de Suzette au xxe siècle. Les grands-mères d’Angélina Duplessix étaient pieuses mais avaient l’esprit large. Certes. Dans l’avant-propos, l’auteur s’en excusait par avance, sûre que plusieurs textes choqueraient une partie de la « société », surtout venant d’une honorable bourgeoise de presque cinquante ans, mère de famille, belle-mère d’un honorable notaire. Car si l’ouvrage ne fut pas publié à cause de la mort précoce d’Angélina à cinquante-deux ans (1909), il est certain qu’elle comptait le faire un jour : « Quelques-uns, aussi [de ces couplets] accusaient une pointe marquée de gauloiserie ; mais c’était alors l’habitude de dire en chantant bien des mots qu’on n’eut jamais voulu prononcer dans la conversation, et mes aïeules suivaient tout naturellement les vieux usages de leur jeune temps », c’est-à-dire avant le déferlement de bigoterie qui marque le xixe siècle.

7On y rencontre nombre de moines et curés paillards dans la plus pure tradition des fabliaux, des Cent Nouvelles nouvelles ou des Contes du bon La Fontaine. Ainsi Frère Nicolas (p. 32) : « Oh ! Ne m’exorcisez point/Le diable, je ne suis point/Voilà cinq ou six semaines/Que je couche avec le moine – Ah ah ! Frère Nicolas/Vous ne nous le disiez pas/Vous aurez la discipline/Pour l’amour de Jacqueline. » Dans la même veine, Le Curé de Saint-André (p. 34), Le Moine blanc (p. 38), Le Père capucin (p. 39), Le Moine plaisant (p. 40 – dans la tradition du cocu non pas battu mais content), le Frère cordelier (p. 43). Il n’y a d’ailleurs pas que des curés paillards mais aussi des curés gourmands, comme celui de Kyrie (p. 11), reprenant le thème des nantis et des miséreux (« et nous autres, pauvres apôtres, pauvres moines, tripaillons de moines »), qu’on retrouve dans les célèbres Canuts. Les chansons lestes peuvent d’ailleurs ne pas se soucier uniquement du clergé : Marion va-t’au moulin (p. 48-49) est une histoire très ancienne, celle de la femme qui trompe son mari en laissant son âne à la porte, âne dévoré par le loup ; l’amant donne à la femme de quoi racheter un âne, le mari s’aperçoit que ce n’est pas le même et la femme : « Ne sais-tu pas, mon grand nigaud/Que les ânes changent de peau », ce dont le cocu se contente là aussi… Ou encore, deux Vieux maris, le premier (p. 42), féroce : « J’aurais voulu un édit/Qu’on écorchât les vieux maris […] J’écorcherais le mien aussi/Je porterais la peau à Paris », l’autre (p. 81) très conforme à la tradition grivoise, le mari étant incapable de prendre le pucelage de sa femme et lui demandant « au bout de six semaines », « Me l’avez-vous gardé ? », celle-ci répondant : « Oh ! Non,/Vous avez trop tardé/C’est votre valet Pierre/Qui me l’a demandé […] Si les… surnagent/Vous n’serez point noyé ». Situation inverse : le vieux mari délaissé par sa femme ; on la lui ramène et il n’en veut plus : sa servante suffit à tout « la nuit et le jour » (En plantant des choux, p. 48). Mais il ne faudrait pas croire que le recueil se limite à ces quelques thèmes, il y en a bien d’autres, chansons à boire, chansons à danser, thème du mariage (très fréquent), humour féroce (Isaure, p. 34), farces (La Chèvre, p. 56-57), mais aussi beaucoup de chansons tristes, voire sinistres (La Fille du Lion d’or, p. 31, sombre histoire d’infanticide conclu par une exécution capitale… ou La complainte des amoureux, p. 28-29, noir récit du sort des amoureux mal mariés et qui préfèrent mourir ensemble.)

8Angélina Duplessix n’avait pas classé les chansons par rubrique, sauf à la fin du recueil pour trois catégories : « Dérobées et drôlettes » (chansons à danser pour les familles manquant d’instruments de musique), « Chansons pour les tous petits » (à qui on épargnera les histoires de moines lubriques), « Rondes ». Les contes furent, eux, publiés en 1910, un an après la mort de l’auteur, sous le pseudonyme transparent d’A.D. Roazun, avec une préface d’Anatole Le Braz, rien de moins, qui avait rencontré Angélina. Ils possèdent la même origine que les chansons, les mère et grands-mères d’A.D. Dans une très brève introduction, elle notait que certains d’entre eux se retrouvaient dans le folklore paysan mais que, et cela est intéressant au plus haut point, le passage de bouche éduquée en oreille instruite les avait transformés et leur avait fait perdre « une partie de leur saveur primitive ». En quelque sorte du Pourrat, mais ici spontané et inconscient. Les vingt contes publiés appartiennent tous à la tradition gallèse et bretonnante, dans la mouvance d’un Luzel ou d’un Sébillot, et se rattachent tous à la galaxie des contes français ou occidentaux.

9Le livre est utilement complété par plusieurs annexes, la liste de titres, les références aux grands catalogues de chansons et de contes (Coirault et Laforte pour les chansons, Delarue-Tenèze et Aarne-Thompson pour les contes), enfin, un glossaire des termes gallos. Un tel ouvrage fait plaisir et, on l’espère, pas seulement au petit cercle des spécialistes, folkloristes et historiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tanguy, « Chansons et contes de Haute-Bretagne, Une transmission orale au cœur de la bourgeoisie rennais, XIXe-XXe siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-1 | 2016, 218-221.

Référence électronique

Jean-François Tanguy, « Chansons et contes de Haute-Bretagne, Une transmission orale au cœur de la bourgeoisie rennais, XIXe-XXe siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-1 | 2016, mis en ligne le 22 avril 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://abpo.revues.org/3258

Haut de page

Auteur

Jean-François Tanguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page